Clarebout Warneton – Bilan Odometric du 23/06/2016 à la Rotonde à Warneton (B)

Mise à jour : 24 août 2017

Au début de cette réunion, le responsable de la DPC de Mons a déclaré être étonné du peu de personnes présentes. Il a fallu lui expliquer que notre administration communale n’a pas distribué d’avis toutes boîtes pour nous informer de cette réunion et que nous l’avons appris par l’association Deûlémont-Environnement…
La Police de l’environnement (DPC de Mons) avait en effet contacté l’administration communale de Comines-Warneton pour lui demander de faire savoir aux Warnetonnois qu’ils étaient invités à y participer.

Intervention de M. Van Elst, directeur de la sté OLFASCAN

CL Warneton a chargé la société Olfascan d’étudier les causes des incessantes nuisances olfactives et les solutions techniques à apporter dans l’usine de Warneton pour y mettre fin...
Parmi les solutions évoquées par M. Van Elst nous avons noté les nouvelles installations suivantes

une nouvelle cheminée de 40m de haut et de 1,5m de diamètre. Selon lui cette cheminée a été commandée en juin 2016 et sera installée octobre 2016. M. Van Elst a aussi évoqué la possibilité d’installer une deuxième cheminée. (curseur de la vidéo ci-dessous sur 12:52, 15:24 puis 15:37).

un deuxième incinérateur (oxydateur thermique) qui permettra de détruire les vapeurs d’huile émises par les friteuses (à une température de 850°C). Ce matériel a été commandé en février 2016 et sera installé en août 2016. (curseur de la vidéo : 21:14).

Lire la suite

Neuve-Eglise – Des habitants réclament des sanctions pour les odeurs de pommes de terre de Clarebout

Article paru dans le journal Het Laatste Nieuws du 28/07/2016.

Neuve-Eglise subit depuis une semaine une odeur insoutenable causée par l’entreprise
de transformation de pommes de terre Clarebout Potatoes. « Depuis hier il y a une amélioration, mais on en était vraiment indisposés », raconte Marijn Vanloosveld (35), habitant de N.E.

Marijn Vanloosveld

«Depuis mercredi dernier nous gardons portes et fenêtres le plus possible fermées . Le matin l’odeur nous réveille et nous perdons l’appétit. Cela sent la viande pourrie. J’ai conseillé à mes enfants d’aller jouer au Mont Rouge, car dans notre jardin l’odeur était insupportable. » D’autres habitants restent le plus possible à l’intérieur. « Maintenant cela va un peu mieux, mais c’était scandaleux. Quand je suis allé boire un verre sur la Grand’Place, nous sommes rentrés de misère à l’intérieur», dit-il.

Quelques habitants ont introduit une plainte auprès de la police et l’inspection flamande de l’environnement a rédigé un procès-verbal. «Ce qui me dérange le plus, est le fait que mercredi j’ai avant tout téléphoné à l’entreprise», dit Marijn. A ce moment-là, ils ne savaient rien, soi-disant. «C’est après plusieurs plaintes auprès de la police que lundi ils ont entrepris une action contre la mauvaise odeur. Il y a aussi un manque total de communication. Personne ne savait comment cette odeur était subitement apparue ». Sur pression de la commune l’entreprise donna quand même une explication. Les riverains ont reçu mardi soir une lettre en toutes-boîtes, impliquant une erreur de livraison de produits chimiques pour l’épuration de l’eau.

Selon eux (Clarebout), le fournisseur étranger a apposé une étiquette erronée sur le produit. La semaine prochaine le problème devrait être résolu.

« Ils se cachent de nouveau derrière la faute d’un autre », dit Marijn, qui fait partie d’un groupe de travail mis sur pied suite au violent incendie de septembre de l’année précédente. « Nous avons une réunion mensuelle avec des délégués de l’entreprise et la commune. Avec une interruption en été.Nous allons réunir le plus possible de matériel pour la réunion de septembre. Avec l’espoir d’une sanction pour Clarebout ».

(A.H.K.)

Traduction : E. S.
Source : http://www.hln.be/regio/nieuws-uit-heuvelland/bewoners-willen-sanctie-voor-geurhinder-clarebout-potatoes-a2814124/

Clarebout Potatoes, invité surprise dans le débat des élus deûlémontois

La Voix du Nord (28/09/2016) – Mardi soir, au conseil municipal de Deûlémont, on a beaucoup parlé de Clarebout Potatoes : l’usine de frites surgelées, installée côté belge à Warneton, prévoit de nouvelles constructions sur son site. Et ça inquiète.

warneon-clarebout-nouvelle-cheminee-03
Mardi sur le site de Warneton (B), une nouvelle cheminée de 40 m de haut était en cours d’installation sur le site de Clarebout, en attendant sa prolongation à 60 m.

Rentrée plutôt chargée pour les élus du village, mardi soir : le maire, Christophe Liénart, avait en effet reçu le jour même du conseil un recommandé des autorités belges l’informant de futurs travaux sur le site de l’usine Clarebout Potatoes. Rien à voir avec le projet de second congélateur géant, pour lequel le permis de construire n’a toujours pas

« Les autorités wallonnes parlent d’un hangar de stockage de pommes de terre, pour éviter les transports le week-end.

été déposé (lire ci-dessous). Mais pour le maire de Deûlémont, il s’agit bien de «  travaux d’extension » de l’usine. «  C’est assez flou, cela demande une étude plus complète mais on y parle de construction d’un hangar de stockage de pommes de terre pour 1 000 tonnes, d’une station de lavage de camions, d’une station-service avec quatre pompes, d’un parking de 28 places pour les remorques des camions, d’un bassin de rétention…  », a détaillé Christophe Liénart pour qui cette demande de permis de construire induit l’ouverture d’une enquête publique. Le hangar de stockage serait d’une hauteur de 13 mètres, pour 35 mètres de long et de large, la station de lavage étant elle prévue pour accueillir trois camions à la fois.

Lire la suite dans La Voix du Nord

Odeurs de frites persistantes entre le 19 et le 25/09/2016…

Nous venons de recevoir le témoignage suivant d’un habitant de la Chaussée de Lille à Warneton concernant les odeurs de frites.
– 19 au 23/09/2016 : odeurs de frites tous les jours
– Samedi 24/09 : fortes odeurs de frites,
– Dimanche 25/09 : odeurs également.

Et vous? Avez-vous aussi senti ces odeurs de frites? Dans l’affirmative et si vous souhaitez apporter votre témoignage, n’oubliez pas de mentionner le nom de votre rue.

Des blocs de béton pour empêcher les camions : un conflit communautaire

Un dégât collatéral de l’intense trafic généré par l’entreprise Clarebout, à Warneton.
Depuis le 7 septembre, la chaussée d’Ypres est interdite à la circulation en raison d’indispensables travaux de rénovation menés par le SPW.
On le sait, cet axe est très fréquenté puisqu’il permet de relier Ypres à la RN58, mais qu’il est aussi une voie de prédilection des camions de l’entreprise de frites surgelées Clarebout Potatoes, pour l’acheminement des pommes de terre, mais aussi pour relier les différents sites.
Si les déviations des voitures sont assez raisonnables, il n’en est pas de même pour les plus de 7,5 tonnes qui doivent effectuer un détour de 40 km pour rejoindre Ypres depuis Warneton.

La raison
La ville de Messines (Flandre) a refusé de lever temporairement l’interdiction de 7,5 tonnes dans son centre. Une décision qui entraîne un conflit entre les édiles messinois et cominois.

Agriculteurs locaux aussi victimes
Vu les 40 km et les assez larges routes messinoises, bien des camions ont décidé de braver l’interdiction. Ce qui n’est pas du goût de Sandy Evrard, le bourgmestre de Messines, furibard que sa population doive subir des désagréments issus de Wallonie.
Il a contacté la police d’Ypres dont dépend sa commune, le gouverneur et les services flamands de mobilité afin d’installer des obstacles physiques.
Ce lundi matin, dans la chaussée d’Armentières, non loin de la tour de la paix, des blocs de béton ont été parsemés sur la route!
Malgré tout, les camions continuent à slalomer à travers les obstacles. «Les contrôles de police seront sévères et une caméra sera installée dans les prochains jours», clame Sandy Evrard.
Quant aux agriculteurs du coin, ils n’apprécient pas du tout ce dispositif et se demandent bien comment certaines longues machines vont franchir l’obstacle.

Marie-France Philippo
Vers l’Avenir – 28/09/2016

Projet d’aménagement d’un port autonome et création d’un zoning au Pont rouge qui est une zone inondable…

Le pont rouge est une zone inondable sur laquelle les autorités projettent d’aménager une plateforme portuaire et par la suite un zoning industriel alors que la législation interdit toutes constructions sur les zones inondables…

 Photos d’inondations du Pont rouge à Warneton (B)

 

Aléa inondations au Pont rouge

warneton-zones-inondables-02

Source: geoapps.wallonie.be

Pesticides, le poison de la Terre / Pollution, la France irresponsable. Qu’en est-il en Belgique et dans notre région?

Documentaire diffusé sur France 5 le 6/09/2016.

Ils ont perdu un enfant, un père, un patient, touchés subitement par un cancer alors que rien ne les prédisposait à être malades… Pourquoi ces ruraux, en Gironde ou en Charente, situés à proximité des vignes ou des milieux agricoles, sont-ils décédés ? Pourquoi les riverains de Birac, une petite commune charentaise, développent-ils un nombre surprenant de cancers des ganglions? Pourquoi les enfants du village de Preignac en Gironde sont-ils plus touchés par les leucémies ?

Pour Valérie, Didier et Jean-louis, c’est une évidence : il existe un empoisonnement aux pesticides. Ces substances chimiques sont utilisées pour lutter contre des organismes jugés nuisibles aux cultures comme, les insectes, les champignons ou d’autres parasites. Ces produits sont pointés du doigt depuis des années, par plusieurs associations, pour leur toxicité. Et pourtant, ils sont toujours utilisés.

Aujourd’hui, ceux qui s’estiment victimes des pesticides dénoncent le silence des autorités. Seuls dans leurs combats, ils tentent d’alerter l’opinion publique. Aude Rouaux, la réalisatrice les a suivis pendant près d’un an. Elle nous livre ici des témoignages forts et pudiques, mais aussi une enquête glaçante sur ce qui est encore, en 2016, un tabou dans le monde agricole.