Poussée de fièvre porcine…

Par Marie-France Philippo

Déjà malmenée par l’usine de frites surgelées, la population devra-t-elle accepter des milliers de porcs supplémentaires? Un comité réagit.

Jusqu’au 20 septembre, trois enquêtes publiques sont en cours concernant trois projets de la S.A. Taveirne. Le dossier peut être consulté au service environnement auprès d’Emmanuel Dubuc.
Pour rappel, le permis global passe de 21 251 à 28 945 unités, soit une augmentation de 36 %. A nuancer par le fait qu’un porcelet (moins de 30 kg) n’a pas le même impact environnemental qu’un porc à l’engrais (120 – 120 kg).
De quoi agacer le comité « Stop aux élevages démesurés à Comines-Warneton», qui s’était justement créé en 2007 lorsque la société Taveirne avait tenté d’introduire un projet du même acabit.
Le comité est composé d’une quinzaine de personnes, bien remontées alors qu’au-delà du méga-projet Taveirne d’autres sont déjà en cours : le projet Bougeois à Houthem : l’exploitation passe de 48.000 à 78.000 poulets (+ 66 %) ; les projets Taveirne (Ploegsteert / Warneton / Ten Brielen) et le projet Delefortrie (Ploegsteert) : régularisation & extension : augmentation afin de détenir 10 000 porcs.
« Je pense que Comines-Warneton est déjà sursaturée en porcheries et poulaillers industriels, précise Joël Lindeboom, combattant de la première heure contre les mastodontes de l’agroalimentaire. Nous avons déjà environ 70 000 porcs et 250 000 poulets. Un porc wallon sur quatre se trouve chez nous ! Il est grand temps qu’on se mobilise, sinon nous aurons toujours davantage de nuisances (odeurs, pollutions, trafic, etc.) et une dégradation de notre environnement. En plus, il n’y a pratiquement pas d’emplois locaux à la clé. »
Autre souci : la dégradation de l’image de qualité de la région : « Elle possède un beau potentiel, poursuit celui qui est aussi guide touristique. On le gaspille vraiment ! Quand on voit le nombre de cyclos qui parcourent nos rues, on se dit qu’ils apprécient nos paysages. On souffre déjà tellement des nuisances de l’usine Clarebout Potatoes qu’il ne faut pas en rajouter ! »
Selon lui, l’avenir à l’agriculture familiale : « Dans le comité, nous craignons qu’à l’avenir, il n’y aura plus un seul projet qui soit accepté. Celui qui souhaitera créer un élevage bio à dimension raisonnable va être bloqué. De surcroît, la viande des animaux produits de façon industrielle sont une menace pour notre santé, avec des risques d’allergie et de résistance aux antibiotiques. »
Pour stopper cette fièvre porcine, le comité a mis en place une pétition (www.change.org + Stop aux élevages démesurés) où des centaines de personnes ont déjà exprimé leur opposition.
« Le samedi 17 septembre, nous organisons un apéritif-mobilisation, dès 10 h 30, à la cafétéria du moulin de Ten-Brielen. Il est faut absolument faire comprendre à nos décideurs politiques qu’il faut arrêter d’octroyer des permis. Trop c’est trop. »
Contact : stopauxelevagesdemesures@gmail.com

Source : L’AVENIR – 10 septembre 2016

Articles connexes

– 26/08/2016 – Des permis pour 28 945 porcs
– 25/08/2016 – Des permis pour près de 30.000 porcs
– 13/06/2015 – Un cinquième des porcs wallons
– 13/06/2016 – Trois projets pour la S.A. Taveirne
– 8/05/2015 – La S.A. Taveirne présentera trois projets

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.