L’usine Clarebout de Neuve-Eglise a averti les pompiers une heure après le début du feu en septembre 2015

Het Laatste Nieuws (31/03/2016) – La Commune reçoit un mauvais rapport suite à l’incendie (Traduction : E. S.)

8534584Image d’archives de l’incendie chez CL l’année dernière. (BELGA)

La manière dont l’incendie de l’année dernière chez CL a été pris en charge met l’administration communale dans l’embarras. Cela ressort du rapport d’évaluation. Selon Bernard Heens (CD&V) , « le contenu du rapport n’est pas bon du tout pour la commune » . Le bourgmestre Marc Lewyllie admet que des fautes ont été commises. Il rencontrera le mois prochain tous les services compétents. « Nous allons actualiser le plan catastrophe et mettre sur pied, avec l’entreprise, un plan de secours et d’évacuation . »

SEBASTIAAN CROTT et MARC DESENDER

Selon le rapport d’évaluation de l’incendie du 7 septembre dernier à la société CL de NE, il apparaît que de graves fautes ont été commises.
Les services de secours auraient été appelés une heure après (le début de) l’incendie, depuis l’entreprise.
« Il y a eu des manquements inadmissibles », dit le conseiller communal d’opposition Bernard Heens lors du conseil communal, brandissant le rapport d’incendie. « Pour commencer, il ressort du rapport que les services de secours ont été appelés seulement une heure après le début de l’incendie depuis l’entreprise. Le commandant des pompiers qui enseignait dans la petite école locale, voyant de la fumée, a été le premier à avertir les services de secours. « A ce moment-là le toit de l’entreprise était en flammes avec un énorme nuage de fumée », dit le conseiller communal.
Le bourgmestre Marc Lewyllie (Gemeentebelangen) (Intérêts communaux) a dû admettre lors du conseil communal que l’appel aux services de secours a trop tardé. « Il ne s’agit pas de déterminer si c’était une heure, mais effectivement cela a duré trop longtemps. Ce fait mis à part, nous avions déjà prévu d’associer les plans catastrophe de la commune et de l’entreprise pour arriver à un plan de secours et d’intervention plus efficace », dit le bourgmestre.

Le plan n’a pas été suivi
Selon le rapport, l’exécution du plan catastrophe communal ne s’est pas déroulée correctement. « Le plan catastrophe a été déclaré seulement une heure après l’évacuation de l’école. En plus, l’initiative est venue des services de secours, qui ont été avertis trop tard, et pas de l’administration communale, selon Heens.
Pour cela, le comité de coordination n’était pas au bon endroit. « Selon la procédure le comité de coordination doit être mis en place hors du terrain. Et de surcroît, il doit être dirigé par le bourgmestre. Cela ne s’est pas produit » , poursuit Heens.
« En effet, tout le monde était sur le site de la catastrophe. C’est là que nous sommes fautifs », a réagi le bourgmestre. « Je ne dirais pas qu’à cause de ce rapport l’administration communale est dans l’embarras. Le rapport ne veut pas pointer du doigt, mais nous permet de tirer des leçons pour l’avenir, » conclut le bourgmestre.

Etrange
L’entreprise de transformation de pommes de terre nie que l’appel aux services de secours est intervenu tardivement. « Ce serait étrange si l’entreprise avait attendu une heure pour appeler les pompiers. Je n’ai pas idée où ils ont trouvé cette information que cela aurait duré aussi longtemps. Quand et par qui l’appel a été fait, je ne le sais pas, mais ce jour-là Clarebout a agi comme il le fallait » raconte Danny Wiels, responsable de communication chez Clarebout Potatoes.

Source : Het Laatste Nieuws (31/03/2016)

Non à la nouvelle extension de Clarebout Warneton !

Ce nouveau projet faisant l’objet d’une enquête publique qui se termine le 31/10/2016 à 11h00 consiste en :

  • un hangar de stockage de pommes de terre (1.000 tonnes),
  • un stockage de 65.000 litres de carburant dans des réservoirs aériens,
  • une station-service,
  • un parking pour poids lourds (28 remorques),
  • une station de lavage pour les camions,
  • un débourbeur, un filtre de coalesence et un séparateur d’hydrocarbures.

Dans la demande de permis unique ce “hangar tampon” est destiné à stocker 1.000 tonnes de pommes de terre, ce qui devrait permettre à l’usine Clarebout de Warneton de se passer des transports de pommes de terre le week-end…

Ces 1.000 tonnes  suffisent à peine pour alimenter une des trois chaînes de production actuelles conçue à l’origine pour produire chacune 20 tonnes de frites surgelées par heure…. Nous savons que la capacité de production de ces chaînes est plus que largement dépassée et qu’elle avoisinerait (selon nos sources) les 50 tonnes / heure (soit 150 tonnes / heure pour les trois chaînes)…  et que deux nouvelles chaînes de production de frites surgelées vont être mises en service début 2017… Cela nous fait nous interroger sur la capacité réelle de stockage de ce hangar. Manquerait-il un zéro ? Serait-ce plutôt 10.000 tonnes au lieu des 1.000 tonnes annoncées dans la demande de permis?

De plus, s’il n’y a plus de transport de pommes de terre le week-end nous en déduisons qu’il y en aura davantage du lundi au vendredi. Nous en concluons que ce hangar “tampon” va inévitablement générer de nouvelles nuisances (charrois, bruits, pollution de l’air avec les gaz d’échappement contenant des particules fines cancérigènes, dégradation des voies publiques,…)

Nous remarquons aussi que cette demande de permis a été déposée quasiment en même temps que celle concernant la nouvelle cheminée de 60m de haut et de 3m de diamètre alors qu’on nous avait annoncé lors de la réunion Odometric le 23 juin 2016 une cheminée de 40m de haut et de 1,5m de diamètre, dixit la sté OLFASCAN. Ces deux projets sont donc bien associés et leur motivation est officiellement de réduire les nuisances mais aussi et surtout permettre à l’usine de Warneton de produire plus et toujours plus…

Dans cette usine, toutes les machines sont employées bien au-delà de ce pour lequel elles ont été conçues, ce qui explique les nombreux incidents techniques graves et les nuisances notamment olfactives…

Concernant le stockage de carburant dans des réservoirs aériens, il y a au 1er étage de ce hangar trois réservoirs contenant au total 65.000 litres de diesel et de Ad Blue (additif pour diesel). Ce stockage de 65.000 litres de carburant dans des réservoirs aériens situés à proximité d’habitations présente de nouveaux risques majeurs d’incendie. Cela a de quoi inquiéter et, ce, d’autant plus que l’usine Clarebout a connu plusieurs incendies importants dans le passé. Enfin, ce stockage de carburant vient s’ajouter aux réserves considérables existantes de produits toxiques, inflammables et dangereux telles que les cuves contenant plus de 30.000 litres d’ammoniac. Cela ferait-il de cette entreprise un site SEVESO comme le définit la “directive Seveso III”  entrée en vigueur en Wallonie depuis le 10 juin 2016?

Pour toutes ces raisons il faut que nous soyons nombreux à faire savoir à notre administration communale et au Département des Permis et Autorisations – Direction de Mons que nous refusons la nouvelle extension de Clarebout Warneton.
Une lettre-type figure au verso. Recopiez-la ou téléchargez-la en suivant ce lien : https://amisdewarneton.org, complétez-la
avec vos nom et prénom, adresse, date et signature puis déposez-la AVANT LE 30/10/2016 dans la boîte aux lettres du 3 rue d’Ypres à Warneton.

non-a-la-nouvelle-extension-clarebout-warneton-versoTélécharger la lettre-type (format Word)

Quelques plans du projet d’extension Clarebout Warneton

 

Reportage vidéo de 6mn sur les nuisances causées par l’usine Clarebout (réalisé par l’association Deûlémont Environnement)

Comines-Warneton: la RN58 limitée à 90 km/h, les tracteurs pourront l’emprunter

20/10/2016 – La RN 58 sera bientôt mise à 90 km/h et les convois agricoles pourront l’emprunter. La majorité entend ainsi désengorger le centre de Warneton où le charroi se rendant chez Clarebout est de plus en plus important. Mais pour le MR, cette décision est une catastrophe pour les Cominois.

224108147_b9710023001z-1_20161020161013_000_gea7qu1v6-5-0A partir de Comines, vers la France, on roulera désormais à 90 km/h.

L’entreprise Clarebout était au centre des débats lundi soir lors du conseil communal de Comines, comme c’est souvent le cas. Le chef de file MR, Didier Soete avait ajouté deux points à l’ordre du jour concernant l’entreprise de transformation de pommes de terre. L’un concernant les nuisances olfactives, environnementales et l’impact sur la santé des Cominois (voir encadré). L’autre concernant le nombre toujours plus important de camions et de tracteurs qui se rendent à l’entreprise et paralysent ainsi les centres-villes de l’entité, en particulier celui de Warneton….

Lire la suite de l’article : Nord Eclair – 20/10/2016

Pont interdit aux 3,5 T et RN58 à 90km/h

1ab936f8-60e4-41b4-b2c9-7dd3fe5e296b_originalDès la semaine prochaine, tout véhicule de plusde 3,5 T sera interdit sur le pont-frontière

Charroi en ville ou sur la RN58? Face au dilemme, la majorité a tranché. Voitures et tracteurs se côtoieront, avec des mesures d’accompagnement.

Lundi, les élus se sont réunis durant 2 h 30. Le problème de la mobilité a constitué le plat de résistance. Un débat avec l’ombre des cheminées Clarebout en arrière-plan…

La bourgmestre a annoncé deux mesures: l’interdiction du pont de Warneton aux 3,5 T. «L’ordonnance de police est rédigée; les panneaux sont acquis et devraient être installés cette semaine ou début de semaine prochaine.»

Cela bouge aussi du côté de la mise à 90 km/h de la RN58….

Source : Vers l’Avenir du 19/10/2016

Clarebout Warneton – Odeur de clou de girofle particulièrement irritante dans la chaussée du pont rouge à Warneton (B)

Nous sommes contactés ce 20/10/2016 par des riverains de la chaussée du Pont rouge qui disent être exposés depuis 9h00 ce matin à une odeur de « clou de girofle » particulièrement irritante pour les voies respiratoires.
Selon eux, cette odeur pourrait provenir d’une pulvérisation de produit chimique dans le grand hangar de pommes de terre de Clarebout situé derrière chez eux.
Ils précisent que dans la demande de permis que CL Clarebout a introduit pour pouvoir construire ce hangar il était précisé qu’il n’y aurait qu’un système de ventilation et pas de telles pulvérisations…

Clarebout-gaz-20_10_2016.jpgCommentaire du riverain qui pris cette photo : « On voit un gars avec une machine, le tuyau rentre par un trou dans la porte du hangar. Comme la manipulation se fait de l’extérieur forcément le produit se diffuse dans l’atmosphère ! J’ai relu les lettres d’informations de Clarebout qui avaient été distribuées à l’époque avant la construction des hangars et il n’est jamais fait mention de ces manœuvres. » 

13h15 – Nos amis de la Chaussée du Pont rouge nous font savoir que cette odeur de clou de girofle émane toujours de ce hangar de pommes de terre et nous informent qu’ils ont alerté la Police de l’Environnement.

13h30 – Je me rends sur place. En passant devant l’ancienne briqueterie Wienerberger je confirme qu’il y avait  bien une odeur de clou de girofle dans l’air…
Arrivé au domicile d’un des riverains qui nous ont signalé cette pollution olfactive j’apprends qu’il venait de rencontrer un représentant de la police de l’environnement et ajoute : .
« Bon, selon cet agent de la SPW l’entreprise Clarebout est en règle et explique que cette odeur de clou de girofle est causée par la pulvérisation d’un produit anti-germinatif sur les pommes de terre et qu’il n’est pas dangereux. L’odeur est forte en effet mais elle doit se dissiper dans les 4 heures ! Il ajoute que ce « détail » ne devait pas apparaître dans le permis car c’est un traitement qui vient après, un peu comme si nous on désherbait notre jardin !
Mais voilà, ce nouvel épisode montre bien que tout n’est pas dit et qu’il y a toujours des nuisances en plus de ceux pré-annoncés dans les demandes de permis uniques faisant l’objet d’une enquête publique et qu’il y a de mauvaises surprises une fois le permis accordé et le projet réalisé ! »
Il termine en disant « Cet agent n’est pas venu pour rien car il a fait un reportage photo sur l’état du site avec les monts de terre et la ferraille qui traîne partout ! »

Selon vous, pourquoi Clarebout Warneton n’adresse-t-il pas la veille ou l’avant veille une circulaire toutes boîtes dans la chaussée du pont rouge pour informer les riverains qu’il va faire effectuer une pulvérisation de produit chimique (irritante pour les voies respiratoires) et conseiller à ces riverains de ne pas sortir de chez eux pendant les 4 heures qui suivent ce traitement???

Nouveau projet d’extension Clarebout Warneton. Site Seveso ?

19/10/2016 – Dans le cadre de l’enquête publique en cours concernant ce projet un ami de Warneton attire notre attention sur les risques d’accidents majeurs que représente la présence des réservoirs aériens contenant 65.000 litres d’hydrocarbures (diesel et additif Ad Blue) dans le hangar figurant dans ce projet : matière inflammable au milieu d’habitations…
Il nous pose cette question : sommes-nous en présence d’un site SEVESO ?

vue-de-dessus-nouveau-hangarCliquer sur ICI pour visionner ce plan en haute définition

Pour mémoire : À la suite de la catastrophe de Seveso en Italie (1976), des directives européennes dites « Seveso » ont été adoptées en vue de prévenir les accidents majeurs impliquant des substances dangereuses: (installations pétrochimiques, raffineries, explosifs,…)

Ainsi, en Wallonie, tous les établissements Seveso sont soumis à une réglementation stricte. Le nouvel accord de coopération du 16 février 2016 qui transpose la directive 2012/18/UE du 4 juillet 2012, appelée communément directive Seveso III, est en vigueur depuis le 10 juin 2016.

Cette législation impose notamment
– des actions préventives,
– des inspections,
– l’élaboration et l’introduction, par les établissements seuil haut, d’un rapport de sécurité consultable auprès de l’administration (DRIGM), ainsi que
– l’élaboration d’un plan d’urgence interne et, pour les établissements seuil hauts, d’un plan d’urgence externe.

Pour en savoir plus : http://environnement.wallonie.be/seveso/

Warneton (B) – Irrégularité dans l’affichage de la demande de permis unique relative au nouveau projet d’extension de l’usine Clarebout ?

Nous avons découvert ce matin 18/10/2016 que l’affiche jaune de la demande de permis unique relative au projet de nouvelle extension de l’usine Clarebout est posée sur une table dans le hall de l’ancien hôtel de ville de Warneton et n’est visible que de 9h00 à 12h00 alors qu’elle devrait se trouver dans une des vitrines situées en façade de façon à être visible de tous et à tous moments de la journée….
L’enquête publique a commencé hier, lundi 17/10/2016 (Clôture de l’enquête : 31/10/2016 à 11h00)….

Photos : P. M.

Pour voir les photos en haute définition suivre ce lien https://plus.google.com/+LesamisdeWarneton/posts/KoDVL951Seo