Clarebout Warneton – Demande de permis unique pour le second congélateur géant et de nouvelles extensions. Enquête publique du 2 au 17 mai 2017.

 L’affichage de la demande de permis relative à ce projet et l’annonce de l’enquête publique ont été réalisées le 24 avril 2017, ce qui nous laisse que 7 jours avant le début de l’enquête publique pour résumer les tenants et aboutissants de ce projet…
Le dossier de cette demande de permis unique contenant 92 documents (!) nous avons pris l’initiative d’entreprendre son étude afin de mettre à votre disposition une synthèse efficace et réaliste, donc plus « digeste ».
Afin faciliter l’accès à ce type de document et de permettre à chacun de s’exprimer plus facilement nous allons demander à l’administration communale de Comines-Warneton de mettre à disposition les demandes de permis unique en téléchargement libre au moins 15 jours avant le début de l’enquête publique.

Motivation de la demande

A l’arrière du congélateur existant, Clarebout Potatoes souhaiterait construire un nouveau congélateur. La variété des qualités et des produits voulues par les clients exige de plus en plus de place de stockage. La construction du nouveau congélateur permettra également de réunir l’ensemble des stockages de frites surgelées chez des tiers dans un seul endroit. Actuellement, une grande partie des frites surgelées (produite dans les sites de Warneton et Neuve-Eglise) est stockée chez des tiers, ce qui provoque un trafic inutile.
Réf.: Annexe 8, §8.5, p. 75

Objet de la demande de permis unique

  • Implantation d’un bâtiment congélateur de stockage automatisé (T=-22°C, L=138,75m x l=81,4m x h=32m, contenance : 65 520 palettes, avec système de transport intégré et automatisé par convoyeurs de 175kW, ponts roulants de 300kW et rouleaux de 60kW;
  • Aménagement d’un bâtiment logistique avec 10 quais de chargement (T=-22°C, L=77,45m x l=59,85m x h=15m);
  • Extension d’installation de réduction d’oxygène (extension du bâtiment existant: B021: installation de réduction d’oxygène existant, 170kW);
  • Extension avec des bureaux logistiques (avec un axe de liaison technique, L=35m x l=8m, prévu entre le congélateur existant et celui en projet);
  • Zone d’attente pour les camions (20 places);
  • Zone d’attente pour 10 camions pendant les week-ends (zone exclusive pour les week-ends, cette nouvelle zone évite que les camions doivent se garer près de la route, avec un local de repos et sanitaire);
  • Débourbeur et séparateur d’hydrocarbures (traitement des eaux pluviales venant du nouveau parking, 12 226 l, Classe I);
  • Local sanitaire – repos avec une fosse septique et une épuration individuelle, rejet vers la station d’épuration (STEP) existante (local sanitaire servant aux chauffeurs de camions les week-ends);
  • Bâtiment contenant la pompe (existante et autorisée) pour le captage d’eau de .surface (existant et autorisé);
  • Talus (le long du congélateur : h=10m, le long de la Chée du Pont rouge: h=4,5m);
  • Stockage des eaux pluviales à réutiliser (2 citernes de 975m3);
  • Bassin d’orage (aérienne) avec une zone humide (2 595m3).

Réf.: Annexe 8, §8.5.1 (p. 75 & 76)

Visualisations du projet

Cliquer sur les images pour les agrandir

Extension des bâtiments de congélation et d’expédition – Extension et modifications des locaux techniques.

Cliquer sur les images pour les agrandir

_plan-1--compl_20170330_0001-m

Plan d’implantation, plan de situation et plan cadastral (Réf.: Urbanisme, plan 1)

clarebout-2e-congelateur-et-local-expedition-profils-terrain-plan-2--compl_20170330_0001-m

Profils du terrain – B028: congélateur automatique, B029: entrepôt expédition – Logistique, B030: axe de liaison, B031: bureaux logistiques, B032: local repos-sanitaire. (Réf. Urbanisme, plan 2)

_plan-4--compl_20170330_0001-m

Plan niveau 1.20 (DNG 19.72) , B028 : congélateur automatique, B029: entrepôt d’expédition – Logistique, B031: bureaux logistiques (Réf.: Urbanisme, plan 6)

urbanisme-plan-9-de-10_20161215_0001-m

Extension & Modification – Plan de masse – Façades, coupe. B008: Chaufferie et locaux techniques (extension locaux techniques), B035: bâtiment captage d’eau de surface (extension locaux techniques). (Réf.: Urbanisme, plan 9)

Mise à jour des activités cfr. les registres de modifications

Rubrique Définition Permis actuel – autorisé Objet de la demande Classe
15.31.03 Transformation et conservation de pommes de terre en ce compris la production de préparations surgelées à base de pommes de terre, lorsque la capacité de production ou de conservation est supérieure ou égale à 500T/jour.

Tapis à tétines
(septembre 2012)

Bandes transporteuses, stockage et triage de pommes de terre (déjà autorisé)
1800 T de pommes de terre / jour
EXTENSION avec des tapis à tétines

Total: 1800T / jour (égale)

1
40.20.03.01.02 Autres traitements physiques des gaz, lorsque la puissance installée est, pour l’air et les gaz inertes, égale ou supérieure à 200kW Compresseur d’air 240 kW EXTENSION avec 450 kW

Total: 690 kW

2
Rubrique Définition Permis actuel – autorisé Objet de la demande Classe
90.10.01 Déversement d’eaux usées industrielles telles que définies à l’article D.2, 42°, du livre II du Code de l’Environnement, contenant le Code de l’Eau, dans les eaux de surface, les égoûts publics et les collecteurs d’eau usées:
Rejets supérieurs à 100 équivalent-habitant/jour ou comportement des substances dangereuses visées aux annexes I et VII du Livre II du Code de l’Environnement, contenant le Code de l’Eau.
Station de traitement des eaux (déjà autorisée)
200 000 EH

(EH=Equivalent-Habitant)
EXTENSION de la station de traitement des eaux (déjà autorisé)
avec
– Bioréacteur à membrane (BRM)
(Novembre 2012)

– Installation de déphosphatation
(décembre 2012)

– 3 centrifugeuses
(août 2013, janvier et mai 2015)

– Adoucisseur
(janvier 2015)

Capacité total :
200 000 EH
(égale)
2
(90.10.01)
90.17.03 Station d’épuration des eaux usées industrielles telles que définies à l’article D.2, 42°, du Livre II du Code de l’Environnement contenant le Code de l’Eau, lorsque la capacité d’épuration est égale ou supérieure à 50 000 équivalent-habitant, dans toutes les zones sauf en zone d’habitat.

– Bioréacteur à membrane (BRM)
(novembre 2012)

– Installation de déphosphatation
(décembre 2012)

– 3 centrifugeuses
(août 2013, janvier et mai 2015)

– Adoucisseur
(janvier 2015)

1
(90.17.03)

Réf.: Annexe 8, § 8.6.2, p. 79, 80 et 81

Liste des installations et rubrification

2 LIGNES DE FRITES
Réf. Description de l’installation Forces, quantité, débits,… Force motrice Sur parcelle n° Dans bâtiment n° Rubrique
I 015 Bandes transporteuses, stockage et triage de pommes de terre (déjà autorisé), EXTENSION Tapis à tétines 1800 tonnes/jour 300,00kW 1 B001 15.31.03
I 021 Lignes de cuisson
(déjà autorisé)
1600 tonnes/jour 440,00kW 1 B002 15.31.03
2 LIGNES DE FLOCONS
Réf. Description de l’installation Forces, quantité, débits,… Force motrice Sur parcelle n° Dans bâtiment n° Rubrique
I 023 Lignes de coupe, blanchiment-cuisson pour flocons (déjà autorisé) 60 tonnes/jour 230,00kW 1 B002 15.31.03
I 024 2 cylindres de séchage flocons (séchage après cuisson) (déjà autorisé) 60 tonnes/jour 200,00kW 1 B002 15.31.03
3 LIGNES DE SPECIALITES
Réf. Description de l’installation Forces, quantité, débits,… Force motrice Sur parcelle n° Dans bâtiment n° Rubrique
I 044 Lignes de spécialités: fabrication (déjà autorisé) 216 tonnes/jour 258,00kW 1 B024 15.31.03

Réf.: Annexe 8, § 8.7, p. 83 et 84

Annexe 9 – Effets sur l’environnement – Mesures prises en vue d’atténuer les effets négatifs sur l’environnement

9.1 – Introduction

(…)

Nouveau parking, zone d’attente
(…) Une zone d’attente pour les camions comprenant 20 emplacements est située à côté du bâtiment logistique.
10 de ces 20 emplacements sont prévus pour les week-ends. De cette façon il n’est plus nécessaire pour les camions de se garer près de la route.
(Réf. §9.1, p. 92)
Les eaux pluviales potentiellement polluées venant du nouveau parking seront traitées dans un débourbeur et séparateur hydrocarbures (classe I, 12 266 l). (…)
(Réf.: §9.1, p. 93)

Bassin d’orage avec une zone humide
(…) Le nouveau congélateur automatique et le bâtiment d’expédition – logistique sont repris en zone d’aléa inondation très faible.
Afin de permettre une bonne gestion des eaux en cas d’orage, le demandeur prévoit la mise en place d’un bassin d’orage et d’une zone humide. (…)
Ce bassin d’orage d’une capacité de 2 595 m3 pourra retenir les eaux pluviales (jusqu’à 60 l/m2) provenant d’une surface imperméabilisée de 43 250m2. Cette surface est plus grande que la surface des toitures du nouveau congélateur et du bâtiment logistique. (…)
Réf.: § 9.1, p. 93 et 94

Stockage des eaux pluviales réutilisables
Les eaux pluviales provenant des toitures (16 317,2 m2) seront stockées dans 2 cuves de 975 m3 (1950 m3). Les eaux pluviales stockées dans ces cuves seront utilisées dans la production (eaux de refroidissement,…). Le trop-plein sera rejeté dans le ruisseau Six, eau non-navigable cat.3. (devenu rejet R5). Voir profil terrain 9
(Réf.: §9.1, p.94)

9.2 – Conséquences environnementales potentielles

Cette notice est consacrée à la description de ce nouveau projet et aux conséquences environnementales potentielles que ce projet implique. Cette annexe contient une description de ces effets sur:

  • Nuisances d’un chantier de construction;
  • Impact sonore;
  • impact olfactif;
  • Qualité de l’air;
  • Energie;
  • Charroi;
  • Déchets.

9.3 – Nuisances d’un chantier de construction

9.3.1 – Introduction
Les constructions projetées vont se succéder dans une seule phase sur une durée de 12 mois à dater de la réception du permis unique.
– Horaires de travail : 6h00 – 19h00
– Estimations du nombre d’ouvriers : ca. 100
(Réf.: § 9.3.1, p. 95)

9.3.2 – Les salissures et les poussières
En cas de temps sec et/ou venteux, il sera prévu une aspersion d’eau de manière à rabattre les envolées de poussières. En cas de vent tempétueux, les travaux générant des bouffées de poussières seront suspendus.
(Réf.: § 9.3.2,  p. 96)

9.3.3 – La circulation
– Toupies de béton : max. 100 charrois/jour pendant ca. 10 jours
– Livraisons panneaux et acier: max. 10 charrois par jour
(Réf.: § 9.3.3, p. 96)

9.3.4 – Le bruit
Les camions accéderont au site par la Chaussée du Pont-rouge et l’organisation  sera telle qu’aucune file d’attente ne se formera à l’extérieur de la propriété.
(Réf.: § 9.3.4,  p.96)

9.4 – Impact sonore

9.4.1 – Situation actuelle
Une étude de bruit rédigée par Acoustical Engineering (Voir annexe 13) détermine le climat sonore actuel. Des mesures ont été réalisées pendant quelques jours: du 17 au 27 mars 2014, du 5 au 10 février 2015 et du 26 novembre au 3 décembre 2016.

Pour la France une étude de bruit a été faite par SGS. Voir les résultats en annexe 13 (à partir de la page 127)

(…) Depuis 2009 CL Warneton tient un registre des plaintes. Le but principal est d’offrir aux riverains un point de contact unique. Chaque plainte est enregistrée, la cause est recherchée ainsi que la solution adaptée et/ou les mesures afin d’éviter une nouvelle occurrence, comme:

  • L’enveloppement – le capotage des ventilateurs – blowers;
  • Isolation des tuyauteries;
  • Isolation des portes au niveau du local des compresseurs;
  • Optimalisation des soupapes de sécurité et intégration entre le plafond et le faux plafond (plénum)

Situation actuelle : Etude Acoustical Engineering
Voir annexe 13 contenant l’étude de bruit rédigée par Acoustical Engineering. (…)
Ce rapport a été réalisé en vue de déterminer le climat sonore actuel (bruit de fond) et futur dans les environs du site de CL Clarebout Warneton avec les extensions relatives à la demande (nouveau congélateur, bâtiment logistique,…). Dans ce rapport figurent :

  • les résultats des mesures acoustiques dans trois points dans les environs (détermination du bruit de fond);
  • la comparaison du bruit de fond avec les valeurs guides;
  • le calcul des puissances sonores des sources principales pour l’extension;
  • l’établissement (présentation) d’un modèle acoustique pour la situation future;
  • les propositions des mesures de réduction.

L’étude prend en compte :

  • les sources fixes (aérations, ouvertures, portes);
  • les sources mobiles (transport).

Situation actuelle : Etude SGS (côté français)
CL Warneton a voulu savoir si les normes de bruit, applicables en France, sont respectées. (…) Pour cette étude, CL Warneton a consulté un spécialiste, SGS Belgium.

(Réf.: § 9.4.2, p.97 et 98)

9.4.2 – Impact sonore des nouvelles extensions et recommandations – Etude Acoustical Engineering (France et Belgique)
Le rapport conclut que les mesures des niveaux de bruit actuels sont partout conformes aux valeurs guides.
Ces mesures montrent aussi que les niveaux de bruits actuels en France sont inférieures à 55dB(A) pendant la journée et inférieures à 45dB(A) pendant la nuit (à partir des récepteurs les plus proches situés en France).
La simulation montre également que les niveaux de bruit dans le futur sont partout conformes aux valeurs guides après l’implantation des nouvelles extensions.
Enfin, ce rapport contient trois recommandations:

  • Prévoir le raccordement électrique au niveau de la zone d’attente pour les camions;
  • Prévoir le raccordement électrique au niveau de tous les quais de chargement;
  • Direction opposée des camions avec groupe frigo.

(Réf.: § 9.4.2, p. 98)

9.5 – Impact olfactif

Les activités de la sté CL Warneton sont susceptibles de générer des nuisances olfactives étant donné les émissions de buées provenant des opérations de pelage, séchage et cuisson des frites et autres produits.
Depuis 2009 CL Warneton tient un registre de plaintes. Le but principal est d’offrir aux riverains un point de contact unique.
CL Warneton fait tout son possible pour diminuer ces émissions et pour résoudre les problèmes techniques.
Afin de résoudre les problèmes d’odeur dans le voisinage, CL Warneton a commandé une étude d’impact olfactif et d’assainissement chez Olfascan afin de déterminer les principales causes de ces nuisances et la façon d’y remédier.
Il est prévu que cette étude soit finalisée dans le courant du mois de janvier 2017. Voir annexe 14.

9.5.2 – Détermination des sources olfactives

  • Eplucheurs;
  • Ligne de flocons;
  • Sécheurs;
  • Air ambiant;
  • Cheminées 1 et 2;
  • Incinérateurs (post-combustion).

Eplucheurs
Les émissions des éplucheurs sont connectées à la cheminée des éplucheurs dont la hauteur d’émission est de 40m / 60m. Le débit de cette cheminée est augmenté par un ventilateur qui améliore la vitesse et la dispersion des odeurs émises.
Le caractère gênant ou agressif de l’odeur décrite comme « pomme de terre, pelure de pomme de terre, pomme de terre humide » est limité.
Comparé à l’ensemble des émissions d’odeurs de l’usine les émissions des éplucheurs n’est que de 2,5%.
Traitement :
– pulvérisateurs d’eau dans les tuyaux (2 séries).
Points d’amélioration :
– Installation de pulvérisateurs supplémentaires (en cours d’exécution);
– Refroidissement de l’eau d’arrosage;
– Entretien des pulvérisateurs (déblocage).
(Réf.: § 9.5.2, p. 99 et 100)

Ligne de flocons
L’odeur des émissions générées par la ligne de flocons est considérée comme pas ou peu gênant.
Comparées à l’ensemble des émissions d’odeurs de l’usine les émissions de la ligne de flocons est de 2,5%.
Traitement :
Les différents points d’émission de l’installation de flocons sont raccordées à une chambre collectrice (avec effet silencieux) où les buées sont arrosées avec de l’eau.
Points d’amélioration :
Refroidissement supplémentaire de l’eau d’arrosage;
Installation d’une cheminée additionnelle (hauteur: 60m, diamètre: 3,5m) afin d’optimiser la dispersion atmosphérique des odeurs et donc de diminuer la concentration d’émission.
Vu le débit énorme et les concentrations relativement faibles, il n’y a techniquement pas d’autres solutions de traitement.
(Réf.: § 9.5.2, p. 100)

Sécheurs
Comparées à la totalité des émissions d’odeurs de l’usine les émissions des sécheurs est de 14%.
Les concentrations d’odeur sont relativement faibles mais les débits sont énormes (±600 000 m3/h). (…)
Points d’amélioration:
– Amélioration de l’aspiration dans les zones de fours;
– Installation d’une chemine additionnelle (hauteur: 60m, diamètre: 3,5m) afin d’optimiser la dispersion atmosphérique des odeurs et donc de réduire la concentration d’émission. (…)
(Réf.: § 9.5.2, p. 100)

Air ambiant
Il y a encore des canaux carrés sur le toit qui causent une émission d’ai ambiant provenant de la ligne (NDLR : j’ai du mal à comprendre: « canaux carrés » ? « provenant de la ligne » ? Quelle ligne ?)
Points d’amélioration :
– Installation d’une chemine additionnelle (hauteur: 60m, diamètre: 3,5m) afin d’optimiser la dispersion atmosphérique des odeurs et donc de réduire la concentration d’émission. (…)
(Réf.: § 9.5.2, p. 100 et 101)

Petite et grande cheminée (cheminées 1 et 2 – Buées des fours)
Les émissions de ces deux cheminées sont responsables pour 77% des émissions de l’usine.
Les différents flux entrant dans les deux cheminées sont rassemblés dans une chambre collectrice afin de diminuer le niveau sonore des ventilateurs. Au départ de cette chambre les odeurs sont dirigées vers les deux cheminées.
Points d’amélioration :
– Contrôle de l’étanchéité de la chambre collectrice en amont des cheminées afin d’éviter des émissions diffuses;
– Installation de nouveaux circuits d’échange de chaleur;
– Installation de destructeurs de chaleur pour baisser la T°C de l’eau;
– Installation d’un second incinérateur postcombustion pour détruire toutes les buées condensables;
– Installation d’une chemine additionnelle (hauteur: 60m, diamètre: 3,5m) afin d’optimiser la dispersion atmosphérique des odeurs et donc de réduire la concentration d’émission.
(Réf.: § 9.5.2, p. 101)

Incinérateur (post-combustion)
La concentration des émissions de l’incinérateur est très faible. Vu la T°C de l’émission la dispersion sera idéale et l’impact de cette source sera nul. De plus, le caractère de l’odeur n’est plus l’odeur typique de l’usine, mais plutôt une odeur piquante causée par la teneur de NOx (oxyde d’azote) et/ou SO2 (dioxyde de soufre) . Cette odeur piquante sera imperceptible dans les environs.
(Réf.: § 9.5.2, p. 101)

9.5.4 – Impact olfactif suite à l’objet de cette demande
Nouvelles chaudières à vapeur et installation de post-combustion
– une chaudière à vapeur (+17MWth) et une installation de post-combustion (+16,5MWth);
– deux chaudières à huile thermique (+12,6 MWth)
Les chaudières (alimentées au gaz naturel et biogaz) peuvent émettre des gaz de combustions (CO, NOx, CO2,…). Les nuisances de combustion sont considérées comme néant.
L’installation de post-combustion est conçues pour traiter les buées incondensables et l’air ambiant provenant des friteuses.
(NDLR : MWth = Megawatt thermique : unité de mesure de la puissance thermique (chaleur).
(Réf.: §9.5.4, p. 103)

Modification et extension de la station d’épuration
– 3 centrifugeuses;
– Un adoucisseur;
– Un bioréacteur à membrane (BRM) dans un nouveau bâtiment (B033);
– Une installation de déphosphatation.
Une station d’épuration représente une source d’odeur liée au processus industriel suite au traitement des liquides chargés de l’usine. Dans le circuit du traitement c’est surtout le réacteur anaérobie qui pourrait causer des nuisances olfactives.
De ce fait, un bon fonctionnement et l’étanchéité du couvercle permettront de maîtriser les émissions atmosphériques.
Les nuisances olfactives causées par les 3 centrifugeuses et l’adoucisseur sont considérées comme nulles.

Le bioréacteur à membrane (BRM) dans un nouveau bâtiment
Le BRM (BioRéacteur à Membrane) combine une épuration biologique (aérobie : boues activées) avec une séparation par filtration membranaire.
Le BRM est utilisé comme post-traitement des eaux sortant du  réacteur aérobie. L’eau entrante dans le système BRM a une charge très limitée. Le rétentat (NDLR: fluide qui contient les substances retenues par la membrane.) concentré est renvoyé vers le réacteur aérobie. La qualité élevée de l’eau sortant du BRM peut être réutiliser dans certains processus de production.
Compte tenu du processus aérobie, de  la charge très limitée des eaux entrantes et du traitement interne les nuisances olfactives causées par le BRM sont considérées comme nulles.

Installation de déphosphatation
L’installation de déphosphatation se trouve entre le réacteur anaérobie et le réacteur aérobie. Par l’ajout de sels de magnésium (NDLR : chlorure de magnésium) les phosphates solutés sont cristallisées en struvite. La struvite solide peut être facilement séparée et désydratée.
Les nuisances olfactives de ce processus de déphosphatation formant de la struvité sont considérées comme nulles.
(Réf.: §9.5.4, p. 103)

9.6 – L’impact sur la qualité de l’air

Les activités de la sté CL Warneton consistent à fabriquer des produits  de pommes de terre, mettant en oeuvre des procédés de fabrication mais aussi des unités de production d’énergie : eau chaude, vapeur,… Ces activités ne génèrent pas de manière notaoire de fumées, de suies, de poussières ou de gaz toxique ou corrosifs. En terme de rejets atmosphériques on parle principalement d’émissions canalisées.

9.6.1 – Les sources de rejet d’air identifiées suite à la demande de permis d’environnement
Un bâtiment congélateur de stockage automatisé
Le nouveau congélateur automatique est refroidi par un groupe frigorifique fonctionnant à l’ammoniac. La capacité thermique du groupe existant est suffisante pour refroidir un congélateur supplémentaire. Dans la configuration demandée un groupe frigorifique supplémentaire n’est pas nécessaire.
Des émissions d’ammoniac accidentelles suite  au nouveau congélateur ne sont pas pertinentes.

Bâtiment logistique (expédition),
Impact nul

Débourbeur et séparateur d’hydrocarbures
Impact nul

Local sanitaire – repos avec fosse sceptique et l’épuration individuelle
Impact nul

Talus
Sans émission d’air

Bâtiment abritant la pompe de captage d’eau de surface de la Lys (existante et autorisée)
Sans émission d’air

Stockage des eaux pluviales réutilisables (dans deux réservoirs)
Sans émission d’air

Bassin d’orage avec une zone humide
Sans émission dair

Stockage des déchets de graisse (+15 000 l)
En cuve fermée, pas d’émissions d’air

Une chaudière à vapeur (+17MWth) et installation de post-combustion (+16MWth)
Dans une extension du bâtiment existant (B008). La nouvelle chaudière à vapeur et l’installation de pos-combustion est similaire à l’installation existante et autorisée.

Deux chaudières à l’huile thermique (+12,6MWth)
Dans une extension du bâtiment existant (B008). Les chaudière pouvant émettre des gaz de combustion (CO, NOx, CO2,…) assurent la production de vapeur nécessaire pour l’entièreté du site.
Outre le gaz naturel les chaudières sont utilisées comme unité de valorisation du biogaz produit par la biométhanisation.
La post-combustion est conçue pour traiter les buées incondensables et l’air ambiant provenant de la friteuse. Le gaz de combustion sont refroidis dans la chaudière à vapeur qui produit de la vapeur saturée.
Le système de congélation et les émissions d’air sont identiques au congélateur automatique. L’impact sur les émissions d’air suite au bâtiment logistique est nul.
Ces chaudières engendreront des rejets atmosphériques supplémentaires qui devront respecter des normes d’émission fixées par l’autorisation.

3 compresseurs d’air (+158 kW, +160 kW et +132 kW)
Sans émission d’air

Des tapis tétines (300 kW)
Sans émission d’air

Extension du traitement des eaux usées industrielles
– 3 centrifugeuses : sans émission d’air;
– Un adoucisseur : sans émission d’air;
– Un bioréacteur à membrane (BRM) dans un nouveau bâtiment (B033) : sans émission d’air.
– Installation de déphosphatation : sans émission d’air

(Réf.: §9.5.4, p. 104 à 106)

(…)

9.8 – Transport

9.8.1 – Localisation des principales voies de communication
(…) Le site est facilement accessible à partir de la N58 (sortie Ploegsteert) et par la nouvelle route. Les camions devant entrer ou quitter le site doivent emprunter la route de Ploegsteert en direction de la N58 de manière à ne pas gêner ma circulation dans les zones habitées. (…)
(Réf.: §9.8.1, p. 111 et 112)

9.8.2 – Mesure d’aménagement de la circulation autour du site
Nouvelle voirie : Suite à la demande de permis unique précédente, une nouvelle voierie était tracée dans le prolongement de l’entrée (NDLR du grand parking à camions). Cette nouvelle voirie désengorge la Chée de Lille. De cette façon les camions sont déviés directement à partir de la N58 jusqu’à la Chée du Pont rouge.

Limitation de vitesse à 90km/h sur la N58
(…) Le passage à 90km/h de la N58 permettrait aux tracteurs d’emprunter la route expresse vers le site CL Clarebout en évitant le centre de Warneton.
En plus, il y a une interdiction pour les camions de plus de 3,5T au niveau du pont-frontière à Warneton.
(Réf.: §9.8.2, p. 112)

9.8.3 – Circulation externe due à la société CL Clarebout Warneton

(Nombre actuel) px E.I.E. 2011 (Estimation autorisé)
Description dd. 2016 Nombre de camions/jour px Description dd. 2011 Nombre de camions/jour
Livraison matières premières (pommes de terre, huile,…) 81
(incluant l’huile et autres matières)
px Camions ou tracteurs pour les matières premières 65 (seulement des pommes de terre)
px
Livraison matières premières auxiliaires (pyro, sucre, coating, produits de nettoyage, produits chimiques,…) Chargement déchets 7 24 px Camions pour les flux secondaires et des fournisseurs 30
Livraison folie, carton 7
Frites, pommes de terre non conformes 1
Purée 6
Amidon 3
px
Expéditions frites surgelées, flocons, spécialités de pommes de terre (incluant produits provenant de Neuve-Eglise) 86 px Camions produits finis expédiés 83
Produits finis provenant de Neuve-Eglise pour le stockage en congélateur 29 px Camions de Neuve-Eglise pour le stockage en congélateur 29
TOTAL 230 px px 207

L’augmentation du trafic autorisé n’est pas dû à l’augmentation de stockage car
– la production autorisée est identique de même que la livraison des produits de
base;
– la construction du nouveau congélateur permettra d’augmenter le stockage des produits finis à Warneton. Grâce à cette capacité plus grande il est possible de stocker plus de type de produits finis, plus de types d’emballages,..) sur une période plus longue;
– Il sera ainsi possible de réorganiser, d’optimaliser le transport ainsi que les mouvements de transport tout en réduisant l’impact logistique et en améliorant la performance énergétique.

(Réf.: §9.8.3, p. 113)

9.8.4 – Accessibilité du site
Nouvelle voirie
Idem § 9.8.2, p. 112

Entrées et sorties
– Entrée/sortie Chaussée de Lille. Celle-ci est utilisée uniquement pour les tracteurs venant de la direction de Warneton via la Chaussée de Lille.
– Entrée/Sortie située Chaussée du Pont rouge. Cet accès est essentiellement utilisée pour tous les autres types de transport :

  • Déchargement des pommes de terre;
  • Chargement et déchargement des autres matériaux;
  • Livraisons de produits finis provenant du site de production du Demandeur à Neuve-Eglise;
  • Expédition de produits finis issus de la production sur le site.

(Réf.: §9.8.4, p. 114)

9.8.5 – Parking – Nouvelle zone d’attente
A l’heure actuelle il existe quatre parking pour le personnel et les visiteurs d’une capacité totale de 156 places pour véhicules légers et 20 places pour les camions. Ces parkings sont situés sur la chaussée du Pont rouge sur la Chaussée de Lille. (…)
(Réf.: §9.8.5, p. 115)

9.8.6 – Horaires de fonctionnement
Actuellement, la société CL Warneton fonctionne selon les horaires autorisées suivants:

Production Production 24h/24 – 7 jours sur 7
Type de transport 1
– Déchargement des pommes de terre
Du lundi au vendredi: 6h – 22h
Le samedi: 7h – 15h
+ jours fériés quand ce jour précède ou suit un week-end: 7h – 15h
+ jours fériés et dimanche pendant la période de récolte (1er juillet au 31 octobre) si nécessaire : 7h – 15h
Type de transport 2
– Chargement et déchargement des autres matériaux
Du lundi au vendredi: 7h – 22h
Week-end et jours fériés: 7h – 15h
Type de transport 3
– Livraisons de produits finis provenant du site de production du Demandeur à Neuve-Eglise
24h/24
7 jours sur 7
Type de transport 4
– Expédition de produits finis issus de la production sur le site
Du lundi au vendredi: 6h – 22h
Samedi : 7h – 15h

Pas de changement dans ces horaires autorisées

(Réf.: §9.8.6, p. 115)

9.8.7 – Horaires du personnel

Ouvriers Production 24h/24 – 7 jour sur 7
Le week-end : 2 équipes
– 6h – 18h : ±25 ouvriers
– 18h – 6h : ±25 ouvriers
En semaine : 3 équipes
– 6h – 14h : ±40 ouvriers
– 14h – 22h : ±40 ouvriers
– 22h – 6h : ±30 ouvriers
Employés Du lundi au vendredi
– 8h – 17h : 8 employés
Techniciens Du lundi au dimanche
– 8h – 16h : 1 technicien

Pas de changement dans ces horaires autorisées

(Réf.: §9.8.7, p. 116)

9.9 – Déchets

La production existante autorisée (volume et processus) ne change pas. Le congélateur automatique, le bâtiment logistique et la zone d’attente pour les camions n’ont aucun impact signifiant sur les déchets industriels et domestiques.
L’impact des déchets n’est pas applicable.
(Réf.: §9.9, p. 117)

9.10 – Effets sur les eaux

La demande ne prévoit aucune extension de production. Les activités projetées ne comportent pas de rejets des eaux industrielles supplémentaires issus de la production.
L’établissement est repris en zone d’assainissement collectif au Plan d’assainissement par Sous-bassin hydrographique de l’Escaut-Lys, bassin technique de la station d’épuration de Comines : 20 000 EH – n°0001/2 (NDLR : EH = Equivalent-Habitant).

9.10.1 – Rejets des eaux existants
Dans le permis unique du 3/02/2012 les rejets suivants sont autorisés :

  • R1 : rejet d’eaux industrielles, 1920m3 / jour;
  • R2 : rejet d’eaux pluviales, surface imperméabilisée : 57 395 m2;
  • R3 : rejet d’eaux pluviales, surface imperméabilisée : 26 289 m2;
  • R4 : rejet d’eaux pluviales, surface imperméabilisée : 8 550 m2.

annexe-9-rejets-existants

Dans la demande de permis unique (juillet 2016) pour l’extension avec une station, truck-wash et stockage de pommes de terre les changements suivants sont compris :

  • R1 : rejet d’eaux industrielles, 1920m3 / jour + 2,5m3 = 1 922,5m3 / jour;
  • R2 : rejet d’eaux pluviales, surface imperméabilisée : 57 395 m2;
  • R3 : rejet d’eaux pluviales, surface imperméabilisée : 26 289 m2;
  • R4 : rejet d’eaux pluviales, surface imperméabilisée : 8 550 + 5 834 m2 = 14 684 m2.

(Réf.: §9.10.1, p. 118)

9.10.2 – Rejet des eaux usées : extension

9.1.2.1. Les eaux pluviales
CL Warneton sollicite un nouveau rejet d’eau pluviale R5 dans le ruisseau Six, eau non-navigable cat. 3

annexe-9-rejet-R5

Les surfaces nouvellement imperméabilisées :

  • Congélateur automatique : 11 294,25 m2
  • Bâtiment d’expédition – logistique : 4 635,38 m2
  • Bureaux logistiques : 280 m2
  • Local repos – sanitaire : 107,57 m2
  • Parking : 13 659 m2
    Soit un total de : 29 977, 16 m2

Sur une base d’une pluviométrie annuelle de ±800 l/m2 les surfaces des toitures et les revêtements de ±30 000 m2 la quantité d’eau de pluie est estimée à ±24 000 m3/an.

Bassin d’orage
Les futures installations se situent en dehors des zones d’aléa d’inondation moyen ou élevé.
Toutefois le congélateur automatique et le bâtiment d’expédition – logistique sont repris en zone d’aléa très faible.
Afin de permettre une bonne gestion des eaux en cas d’orage, le Demandeur prévoit la mise en place d’un bassin d’orage et d’une zone humide. Le volume tampon prévu est de 60 l/m2 imperméabilisé au minium.
Le bassin d’orage a un volume de  2 595 m3, ce qui signifie qu’il peut retenir des eaux pluviales (débit 60 l/m2 pendant une journée) provenant d’une surface imperméable de 43 250 m2. Cette surface est plus importante que celle des toitures du congélateur et du bâtiment logistique. Elle est même supérieure à la surface totale nouvellement imperméabilisée.
Le trop-plein des deux réservoirs se déversera dans le ruisseau Six (rejet R5), eau non-navigable cat. 3.
(Réf.: §9.10.2.1, p. 119 et 120)

Les eaux pluviales venant des toitures
– Les surfaces concernées :

  • Congélateur automatique : 11 294,25 m2
  • bâtiment d’expédition – logistique : 4 635,38 m2
  • Bureaux logistique : 280 m2
  • Local repos – sanitaire : 107,57 m2
    Soit une surface totale de : 16 317,2 m2.

– Débit : 16 317,2 m2 x 0,8m3/an = 13 053,76m3 (NDLR: 0,8m3/an correspond à la base d’une pluviométrie annuelle estimée de ±800 l/m2. Voir p. 119)

– Traitement : les eaux pluviales provenant des toitures sont considérées comme non-polluées. D’abord les eaux pluviales sont stockées dans 2 cuves de 975m3 (soit 1 950 m3 pour les deux). Les eaux pluviales stockées dans ces réservoirs sont utilisées dans la production (eaux de refroidissement,…). (…)

– Rejet : Le trop-plein provenant des toitures est déversé via le bassin d’orage dans le ruisseau Six (rejet R5), eau non-navigable cat. 3.
(Réf.: §9.10.2.1, p. 120)

Les eaux pluviales venant du parking
– Surface concernée : parking (stationnement des camions frigorifiques) : 13 659 m2

– Débit : 13 659 m2 x 0,8m3 = 10 927,2 m3/an (NDLR: 0,8m3/an correspond à la base d’une pluviométrie annuelle estimée de ±800 l/m2. Voir p. 119)

– Traitement : les eaux pluviales venant du parking sont traitées dans un débourbeur et un séparateur d’hydrocarbures.

– Rejet : Via R5  dans le ruisseau Six, eau non-navigable cat. 3.

(Réf.: §9.10.2.1, p. 120)

9.10.2.2 Les eaux domestiques (rejet R1 des eaux industrielles après la station d’épuration (STEP)

– Sources:

  • Bureaux logistique : 10 personnes;
  • Local repos – sanitaire : 10 personnes.

– Débit : 20 x 30m3/an = 600m3/an ou une moyenne de 1,5m3/jour.

– Traitement :

  • Bureaux logistiques : épuration individuelle (I060), ensuite via la station d’épuration existante;
  • Local repos – sanitaire : vu la distance jusqu’à l’épuration individuelle il est nécessaire d’installer une fosse septique, ensuite l’épuration individuelle, enfin le passage dans la station d’épuration.

– Rejet : via le rejet R1 dans la Lys existant. (…)

(Réf.: §9.10.2.2, p. 121)

9.10.2.3 – Les eaux industrielles

Comme les eaux usées domestiques sont traitées par la station d’épuration (STEP) avant d’être déversées dans la Lys par le rejet R1 le volume des eaux industrielles rejeté passe de 1 922,5 m3 à 1 924 m3/jour.

(Réf.: §9.10.2.3, p. 121)

11 réflexions sur “Clarebout Warneton – Demande de permis unique pour le second congélateur géant et de nouvelles extensions. Enquête publique du 2 au 17 mai 2017.

  1. Encore plus de production, plus de nuisances, plus d’ odeurs,…
    Y en a ras le bol. On était si bien dans notre petit village. Ça commence à devenir intenable avec ces odeurs nauséabondes. Et toute cette merde que l’ont respire des pleines journées… quand je vais conduire mes enfants à l’école vers 8h cela sent déjà énormément. Pas tous les jours bien sûr mais presque … ma mère habite juste en face et personnellement je ne sais pas comment elle fait même être assis dans le jardin notre coeur lève tellement ça pu !!!mais y ne faut pas rêver cela va se faire comme le reste 😧 .

    J'aime

  2. 1- Dans l’étude olfactive de la Sté Olfascan, au paragraphe 5 – Plaintes : (…) « Le nombre mensuel de plaintes es relativement bas par rapport aux années précédentes. A noter qu’en septembre, novembre et décembre 2016 aucune plainte n’a été enregistrée sur le site. (…) »
    Remarque du riverain : Vous pouvez toujours essayer de téléphoner à M. Francky Deconinck, il répond 1 fois sur 100 et encore… Sur cette base, il est donc normal qu’il ne reçoive que peu de plaintes…
    Réf.: Annexe 14 – Etude olfactive de la sté OLFASCAN (p. 14, 5 Plaintes):
    https://drive.google.com/open?id=0B7Lxz9X29flVVHl1MllxTzRSbU0

    2- Comment est-il possible qu’un fonctionnaire du ministère de l’agriculture puisse décemment décider et écrire dans son rapport que les terres agricoles longeant la Lys sont sans intérêt au niveau agricole et qu’il est donc préférable de bétonner et d’y placer des industrie.
    Réf.: Annexe 11 (p. 2) : https://drive.google.com/open?id=0B7Lxz9X29flVYUJnMVFBdi1yV1E

    3- Comment les administrations peuvent-elles décemment justifier et motiver une telle dérogation pour une construction complètement en zone agricole en bordure de Lys alors que le projet CLW frigo II modifiera plus que sensiblement les équilibres écologiques de la zone impactée par ce projet?
    Réf.: Doc. Urbanisme 11 (p. 5 & 6) : https://drive.google.com/open?id=0B7Lxz9X29flVMWhnSU1RWnpBcFE

    4- Comment peuvent elles justifier ce vol de terres agricoles et bucoliques en zone industrielles alors qu’elles doivent être le garant d’une gestion parcimonieuse de notre territoire? un des premiers mots du Cwatupe était “gestion parcimonieuse” du territoire, dans le nouveau CoDT d’application au 01/06/2017, on a transformé cette expression par “l’aménagement du territoire doit veiller au développement durable et attractif”.
    Réf.: Les 10 mesures phares du CoDT : http://spw.wallonie.be/dgo4/tinymvc/apps/amenagement/views/documents/juridique/codt/CoDT_10Mesures_HD.pdf

    5- Comment donc nos fonctionnaires justifieront ce permis dérogatoires s’ils doivent veiller à cette notion de gestion parcimonieuse de notre territoire commun et à cette notion de développement durable?

    6- Quelle sont les compensations pour cette transformation “de fait” de zone agricole en zone industrielle, ces obligations existent depuis 2005, je n’ai rien vu dans le dossier?
    Réf.: http://www.iew.be/spip.php?article7613 et https://wallex.wallonie.be/index.php?mod=voirdoc&script=wallex2&PAGEDYN=indexBelgiqueLex.html&MBID=2013027247

    Surfaces au sol d’espaces agricoles perdues:
    – Zone d’attente de camions (nouveau parking : 13 618,37m2
    – Le nouveau congélateur 11 294,5m2
    – Le bâtiment logistique expédition avec 10 quais de chargement : 4 640,77 m2
    – Bureau logistique & expéditions : 280m2
    – Local sanitaire : 107,57m2
    SURFACE TOTALE PERDUE : 29 941,21m2, soit ±3 hectares.
    Réf.: Annexe 9 (p. 31) https://drive.google.com/open?id=0B7Lxz9X29flVTnowd3pyRjNyYzQ

    Aimé par 1 personne

  3. L’emplacement du 2e congélateur se trouve sur une zone inondable… Or, il a été dit lors du conseil communal du 27 juin 2016 qu’il n’y aurait plus de nouvelles constructions dans des zones d’inondations…
    Extrait de l’article paru dans L’Avenir du 29/06/2016 : « Signalons également que le projet de 32 maisons à l’angle des rues de la Chicane et de la Marlière a été refusé. Motif: on ne construit plus dans des zones inondables. »

    J'aime

  4. En relisant l’extrait du registre aux délibérations du conseil communal de Comines-Warneton du 3/02/2012, je lis ce qui suit.

    « Pour l’instant certains produits sont envoyés dans d’autres stockages externes loués chez des tiers, se situant à Mouscron, Courtrai, Gullegem, Zedelgem, Dentergem, Rekkem (LAR), Dendermonde, Steenvoord, etc. A l’avenir il n’ y aura plus d’envoi de produits dans des stockages externes, ceux-ci pourront être stockés à Warneton… »

    Cette motivation est identique à celle figurant dans la présente demande de permis unique pour le 2e congélateur

    Urbanisme 9 – Motivation des dérogations éventuelles sollicitées (3e page)

    « Actuellement, une partie des produits finis est stockée chez des tiers, ce qui provoque un charroi supplémentaire (les produits finis doivent revenir à Warneton, afin de pouvoir préparer les commandes (regroupées) pour les clients et un coût supplémentaire important pour CL Warneton. En plus, le fait d’avoir des stockages à des multiples endroits rend l’organisation des préparations des commandes et des transport très complexe et très difficile.
    De là vient la nécessité de la construction d’un deuxième bâtiment congélateur. »

    En résumé, CL Warneton a eu l’autorisation de construire le congélateur actuelle pour les motifs évoqués dans sa demande de permis de l’époque. Avec ce premier congélateur CL Warneton ne devrait plus stocker ses produits finis chez des tiers… Visiblement non puisque CL Warneton utilise aujourd’hui les mêmes arguments pour justifier la construction d’un 2e congélateur.
    CL Warneton aurait-il augmenté sa production bien au-delà des 1 140T/jour entre 2013 et fin 2016 et, ce, sans autorisation?
    D’où ma question, quelle est la véritable motivation de ce 2e congélateur ?

    J'aime

  5. Bonjour,
    J’ai lu dans le site internet du SPW – Portail de l’Environnement de Wallonie une page intitulée :

    « Arrêté du Gouvernement wallon fixant la liste des installations couvertes par le système d’échange de quotas d’émission de gaz à effet de serre et l’allocation initiale de quotas à titre gratuit de chaque installation pour la période de référence 2013-2020 (M.B. 08.11.2013) ».

    Cet arrêté définit l’allocation de quotas d’émission de CO2 à titre gratuit entre 2013 et 2020 comme suit :
    Nous présumons qu’il s’agit de tonnes CO2 (comme sur le marché européen du carbone).

    Les installations de Clarebout Warneton y figurent et portent le n° 316 (ID Wallonie).

    Modification du 9 juin 2016 (M.B. 21.06.2016)
    2013 : 33 177 tonnes CO2 (tCO2)
    2014 : 52 341 tCO2
    2015 : 60 888 tCO2
    2016 : 60 053 tCO2
    2017 : 58 950 tCO2
    2018 : 57 848 tCO2
    2019 : 56 745 tCO2
    2020 : 55 643 tCO2

    Modification du 16 mars 2017 (M.B. 14.04.2017)
    2013 : 33 177 tonnes CO2 (tCO2)
    2014 : 52 341 tCO2
    2015 : 65 846 tCO2 (+9,6%)
    2016 : 77 649 tCO2 (+29,3%)
    2017 : 76 223 tCO2 (+29,3%)
    2018 : 74 798 tCO2 (+29,3%)
    2019 : 73 372 tCO2 (+29,3%)
    2020 : 71 947 tCO2 (+29,3%)

    Source : http://environnement.wallonie.be/legis/air/air070.html

    Il serait intéressant de connaître les raisons exactes de ces augmentations d’émission de CO2. Signifieraient-elles que Clarebout Warneton a augmenté et prévoit d’accroître sa production ? Je présume que oui….

    Aimé par 1 personne

    • Oui Seb, je pense que vous avez raison.
      Dans le registre des modifications des installations de cette usine je lis dans l’annexe 8 – Objet de la demande (p. 70 et 74) :
      Janvier 2015 : mise en service d’une chaudière à vapeur (+17MWth);
      Janvier et septembre 2015 : mise en service de 2 chaudières à huile thermique (+12,6MWth);
      Installation prévue en 2016 : Post-combustion (+16,5MWth).
      A l’annexe 9 de la présente demande permis nous lisons au paragraphe 9.5.4 (p. 103) :
      Nouvelles source d’émissions atmosphériques suite à la présente demande :
      Nouvelles chaudières à vapeur et installation de post-combustion:
      – une chaudière à vapeur (+17MWth)
      – une installation de post-combustion (+16,5MWth)
      – deux chaudières à l’huile thermique (+12,6MWth)
      La seule mention de CO2 ne figure qu’à la page 105 :
      « Les chaudières pouvant émettre des gaz de combustion (CO, NOx, CO2,…)… »

      J'aime

  6. Pour ma part je vis dans la chaussée de lille pas très loin de cette satanée usine, quand j’ai acheté ma maison je pensais pouvoir vivre tranquille dans mon petit village de Warneton. Aujourd’hui je n’ai envie que d’une chose, c’est fuir. Fuir ses odeurs, ce trafic incessant, et ça ne fait qu’augmenter de semaines en semaines, les travaux, les agrandissements, … et tout passe!!! comment est ce possible?????
    Le jour, la nuit les tracteurs, les camions, qui passent à vive allure, qui accrochent nos voitures et qui sont un danger constant pour tous. Pas tous les jours bien sur… mais rester assis sur nos terrasses, faire pendre notre linge, ou juste laisser nos fenêtres est quasi impossible suite à ses horribles odeurs. Et cette fumée que dégage-t-elle réellement, que sont-ils en train de nos faire respirer,…. Cela doit s’arrêter!!!!!!!

    Aimé par 1 personne

  7. Ras le bol ! Habitant la Chaussée De Lille, la situation est devenue invivable… Qui dit agrandir, dit plus de trafic devant la maison. Hier soir (dans la nuit du dimanche 7 mai), en une demi-heure, il est passée une dizaine de tracteurs et ne parlons même pas du respect des indications de vitesse… Le 50km/h, ils ne doivent pas connaître ! Depuis l’apparition de cette nouvelle (et magnifique…) cheminée, j’ai encore plus de retombée graisseuse sur ma terrasse, dans mon jardin et sur les voitures. De plus, je ne suis pas certaine que les retombées de ces particules soient vraiment saines pour la santé. Sans compter le bruit infernal du premier congélateur… Ils ne sont plus très loin de derrière chez moi et j’en arrive à la conclusion de faire comme mes voisins, vendre la maison et quitter Warneton.
    Après tout, c’est ce que veut ce Monsieur, acheter un maximum de maison autour de sa Super-Production pour en faire des corons et agrandir son terrain !
    Je veux bien me présenter le samedi 13 mai mais à quoi bon… Ce Monsieur et nos élus communaux ont déjà tout planifié ! Notre avis ? Ils s’en tamponnent le coquillard !

    Aimé par 1 personne

  8. Quand CL Warneton dit qu’il n’augmentera pas sa production je n’y crois pas du tout… Ce qui me fait penser cela se trouve à la page 74 de l’Annexe 8, paragraphe 8.4 intitulé « Contexte économique et nécessité de l’extension ».
    1) Augmentation des types de produits finis,
    2) Augmentation des demandes des clients;
    3) Augmentation de la demande des produits surgelées en général, etc., etc., etc.,…
    De plus je sais de bonne part que CL Warneton est en train de construire une 7e ligne de production de frites surgelées et qu’une 8e ligne est en projet. Je n’ai trouvé aucune information à leur sujet dans la présente demande de permis ni dans celle de 2011-2012….
    Le volume de production actuelle officiellement déclaré (1 140T/jour) va augmenter puisque CL Warneton prévoit de nouvelles sources d’émissions atmosphériques suite à la présente demande :
    Nouvelles chaudières à vapeur et installation de post-combustion:
    – une chaudière à vapeur (+17MWth)
    – une installation de post-combustion (+16,5MWth)
    – deux chaudières à l’huile thermique (+12,6MWth)
    (ce que dit Patrick ci-dessus )
    Ce qui semble confirmer par l’augmentation des émissions de CO2 (+30%) autorisée par le gouvernement wallon (comme dit Seb dans son commentaire)….
    Je pense que CL Warneton prévoit d’augmenter sa production de frites surgelées (avec l’installation nouvelle des lignes L7 et L8) et qu’il y aura toujours des nuisances olfactives, davantage de camions et de tracteurs…
    Enfin, dans la demande de permis de 2011-2012 CL Warneton avait motivé la nécessité du congélateur actuel pour pouvoir y stocker la production de son usine de Neuve-Eglise (voir le commentaire de Deborah).
    Une question pour terminer. Pourquoi Clarebout Neuve-Eglise n’a-t-il pas son propre congélateur ????

    Aimé par 1 personne

  9. J’attire votre attention sur ce passage de l’annexe « Urbanisme 9 – Motivations des dérogations éventuelles sollicitées » (page 4 – lien : https://drive.google.com/open?id=0B7Lxz9X29flVamhHLUpmM2lEUDA) qui me fait comprendre que si CL Warneton obtient une réponse favorable à sa demande de permis il va encore s’étendre…
    Je cite : « Au sud du projet (du 2e congélateur), en zone agricole, un nouveau projet élaboré par la Région wallonne se développe : l’aménagement futur d’une plateforme portuaire sur la Lys. (…) Si le plan est accepté les limites futures du site (de CL Warneton) pourraient être définies par la route d’accès future au quai et la plateforme elle-même. (…) L’endroit du 2e congélateur et la zone logistique – parking (sur laquelle porte la demande de dérogation) se trouve entre le site actuel et l’endroit où la plateforme portuaire se développera. Ceci rendra également la zone agricole moins intéressante, une zone qui sera enclavée par la plateforme portuaire et le site CL Warneton.  »

    Cdlt

    Aimé par 1 personne

  10. Note importante à l’attention des habitants de Comines-Warneton (B)

    Si vous n’avez pas eu le temps d’adresser vos observations sur ce projet d’extension de Clarebout (enquête publique du 2 au 17 mai 2017), il vous est encore possible de le faire

    – soit vous rendant à une des permanences du commissaire-enquêteur à la mairie de:
    Deûlémont : 3 juin, de 8h30 à 11h30 ou le 20 juin de 14h00 à 17h30;
    Warneton (F) : 23 mai, de 15h00 à 18h00 ou 6 juin, de 15h à 18h00 ou le 17 juin, de 10h30 à 12h00;
    Frelinghien : 30 mai, de 14h30 à 17h30 ou le 10 juin de 9h00 à 12h00.

    – soit en adressant vos observations par courriel via l’adresse électronique suivante : pref-installations-classees@nord.gouv.fr

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s