La culture de pommes de terre a le vent en poupe

d538cd7955006c029d7937154e44b874-1493385031

La culture de pommes de terre se révèle rentable. De plus en plus d’agriculteurs font d’ailleurs le choix de la patate et de ses débouchés.

De 450 à 750 hectares

A vue d’oeil, les champs de pommes de terre se multiplient. Ce n’est pas une impression, c’est une réalité confirmée par Ulrick Smeysters, producteur de pommes de terre à Saint-Georges-sur-Meuse. En 2010, il cultivait 450 hectares de pommes de terre. Aujourd’hui, ses machines sont occupées sur 750 hectares. « La frite belge a vraiment le vent en poupe. Donc, nous sommes fort convoités par les industries pour cultiver la pomme de terre. On signe les contrats avant la plantation, un contrat « tonnage ». On cultive la pomme de terre, on fait une meilleure qualité possible, un meilleur rendement, un bon stockage et après, on achemine vers les usines ».

Pénurie de plants, les patates coupées en deux

Cette année, les agriculteurs constatent une pénurie de plants. « On plante des demi-pommes de terre parce qu’il y a un manque de plants. On les a coupées en deux pour en avoir suffisamment. Les pommes de terre ont un reflet rose et blanc. Le reflet blanc, c’est du talc pour permettre la cicatrisation de la pomme de terre après la coupure et le reflet rose, c’est un fongicide pour les maladies », explique Thibault Rousseau, entrepreneur agricole à Soignies.

Avancée technologique soulage le travail

Les agriculteurs travaillent jour et nuit, les surfaces à couvrir sont énormes. Guillaume Bernard, entrepreneur agricole à Vinalmont, ne se plaint pas et garde le sourire malgré la charge de travail. L’incroyable évolution technologique l’aide beaucoup. « Nous avons un système de guidage, j’ai mon tracteur en ligne, je lâche le volant, le tracteur se conduit tout seul. Nous utilisons ce système car nous travaillons douze heures par jour avec des pauses 24 heures sur 24.  Ca nous permet donc d’être plus reposé et de pouvoir observer si tout se passe bien avec nos machines, si la pomme de terre se plante bien, s’il n’y a pas trop de doubles ».

Ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier

Le secteur de la pomme de terre a le vent en poupe. A Lens-Saint-Servais, Roger Bataille fait construire un hangar pour stocker sa future récolte. L’investissement est d’un million d’euros. « Les usines travaillent 24 heures sur 24 tout au long de l’année. Il faut donc conserver les pommes de terre dans de bonnes conditions pour alimenter les usines. Comme il y a de la demande en pommes de terre, on produit de la pomme de terre. Pour le moment, les céréales, ce n’est pas intéressant. Pour les betteraves, c’est la fin des quotas. Nous commençons un nouveau système, mais qui, apparemment, ne sera pas rémunérateur. Donc, il faut se tourner vers d’autres alternatives », explique Roger Bataille.

100.000 hectares en 2017

Entre 2005 et 2017, les agriculteurs ont planté 54% de pommes de terre en plus. Cette année, nous allons frôlé la superficie de 100. 000 hectares, des chiffres impressionnants.

Marc Mélon

Source : RTBF.BE (28 avril 2017)

Cliquer sur ce lien pour lire la suite :
https://www.rtbf.be/info/regions/liege/detail_la-culture-de-pommes-de-terre-a-le-vent-en-poupe?id=9592367

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s