Le projet Seine-Nord et ses 10000 emplois en passe d’être enterrés?

François Hollande l’avait dit «irréversible». Mais le chantier du barreau fluvial entre la région parisienne et Dunkerque n’est plus assuré de voir le jour. Son destin est entre les mains du nouveau gouvernement qui doit en priorité trouver 8 milliards d’économies.

b9710783861z-1_20170111214227_0002bgn58akihg-1-0

A l’origine, il y a cette petite musique, lancinante et de moins en moins sourde depuis que la Cour des comptes a débusqué un «dérapage» de 8 milliards d’euros du précédent gouvernement. Plus de sous donc. En tous cas plus autant à consacrer aux grands projets d’infrastructures. C’est le sens de la « pause » évoquée par Emmanuel Macron samedi, lors de l’inauguration de la ligne à grande vitesse Paris-Rennes. «Le combat que je souhaite engager pour les années à venir, c’est celui des transports du quotidien, c’est celui de l’ensemble des mobilités prioritaires à mes yeux», a-t-il dit, ajoutant qu’il n’entendait pas «relancer de grands projets nouveaux ». Dans le viseur, les coûteuses LGV. Mais certains pointent aussi Seine-Nord, le barreau fluvial entre la région parisienne et l’Escaut avec ses 4,5 milliards d’euros.

Jeudi matin, c’est Nicolas Hulot qui a confirmé que certains grands projets de transports allait être réétudiés : « Nous allons faire une pause et voir au cas par cas ». Jeudi après-midi, Le sénateur du Pas-de-Calais Jean-François Rapin posait la question clairement à la ministre des Transports : «  Pouvez vous nous confirmer le calendrier et l’engagement de l’Etat (1,1 milliard d’euros sur les 4,5 milliards totaux)  ? ». Et Elisabeth Borne de répondre, tout aussi clairement: «  Il y a eu des promesses faites sans vision d’ensemble. L’addition des engagements pris ne passe pas dans la trajectoire des dépenses publiques. Le président a décidé une pause en attendant une loi de programmation quinquennale équilibrée  ». Une position qu’elle avait déjà prise dans une interview donnée aux Echos.

Une pause, ça n’est pas encore un enterrement de première classe. Mais les signaux sont suffisamment écarlates pour que tout ce que les Hauts-de-France compte d’élus et de personnalités montent en défense du Canal, un projet de plus de 20 ans qui n’en est pas à son premier coup d’arrêt.

Suivre ce lien pour lire la suite de l’article : http://www.lavoixdunord.fr/188202/article/2017-07-06/le-projet-seine-nord-et-ses-10000-emplois-en-passe-d-etre-enterres

Source : LA VOIX DU NORD – 6 juillet 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s