Hospitalisation de salariés de Clarebout Potatoes – Coup de gueule de Guy Lauwarier

Warneton, jeudi 27/07/2017 (21h00) – Sur le Parking d’une maison de repos, un homme est affalé sur le volant de sa voiture, il est blanc comme un linge, il suffoque.

Il est venu chercher de l’aide auprès de sa fille, soignante dans cette maison de repos. Elle lui dit d’aller à l’hôpital. Il refuse car demain il doit aller travailler et il a peur de perdre son emploi. Cet homme, Monsieur X, est employé à la maintenance chez Clarebout Potatoes.

Il y a des dizaines de Monsieur X dans cette usine. Les 3000 habitants de Warneton ne suffoquent pas, ils ont de la chance, l’air qu’ils respirent ne les empoisonne qu’à petites doses. Leur espérance de vie sera un peu plus longue que celle de Monsieur X.

Et pendant ce temps-là le Conseil communal de Comines-Warneton continue de croire, naïvement que ce fut une bonne chose d’autoriser l’installation de cette usine à Warneton même si, devant une caméra, on avoue  » qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs « .

Et pendant ce temps-là des ingénieurs, grands prêtres incontestés, affirment que les filtres et les cheminées devraient théoriquement éliminer toutes les nuisances.

Et pendant ce temps-là, les syndicats, débordés préparent les prochaines élections professionnelles.

Et pendant ce temps-là, à Mouscron, à Tournai et à Mons des administrateurs d’intercommunales et d’ASBL subventionnées aveuglés ou corrompus (si ! ça existe) se gargarisent des chiffres de la création d’emplois.

Et pendant ce temps-là, à Namur, des ministres jouent aux chaises musicales tout en se préparant à signer de nouveaux permis d’extension.

Au bord de la Lys, une bergeronnette couve ses oisillons morts-nés et la cardamine des prés s’étiole entre des blocs de béton. Mais tout le monde s’en fout car elles ne votent pas.

Monsieur Clarebout, lui, derrière ses vitres fumées compte ses sous. Tout à l’heure, dans sa villa du côté de Zonnebeke, il comptera pour s’endormir, les camions de patates venant de Pologne et ceux de frites partant pour l’Espagne tout en rêvant de sa photo à la première page du  » Trends « .

Il est maintenant 22 heures, Monsieur X a finalement rejoint son domicile. Un doux parfum de frites s’étend sur Warneton… Dormez braves gens…!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s