Un laboratoire français trouve des légionelles chez des malades travaillant chez Clarebout Potatoes

BELGA – C’est une forme rare de légionellose qui a été contractée par les ouvriers de chez Clarebout Potatoes à Neuve-Eglise en fin de juillet dernier. C’est ce qui a été trouvé par un labo de référence français. Afin d’étudier cette piste l’Agence de la Santé et de la Sécurité a envoyé les échantillons belges à ce laboratoire. La cause exacte pour les dizaines de malades n’est pas encore établie.

7dec28cc26de1d01f8d45dbb373ffca1-1468313771

A la fin juillet, une centaine d’ouvriers a été malade en une semaine. Ils souffraient de fièvre. L’Agence de la Santé et de la Sécurité a collaboré avec l’entreprise pour trouver la cause de la maladie. L’analyse a vite révélé deux pistes : la fièvre de Pontiac aussi appelée maladie du vétéran (légionellose), et l’ODTS (Organic Dust Toxic Syndrome), une réaction à l’inhalation de toxines de champignons ou de bactéries.

L’analyse par l’Institut Scientifique de la Santé publique (ISP) a mis en évidence de hautes concentrations de toxines après une première mesure, de telle manière que l’ODTS soit la cause supposée. Il est donc possible que les ouvriers soient tombés malades à cause de cela selon l’agence. Mais l’hypothèse de la fièvre de Pontiac est aussi étudiée.

Bactérie de la légionelle

Pour étudier cette hypothèse plus précisément, une grande partie des patients a été soumise à un test urinaire et à deux prises de sang afin d’identifier les anticorps produits. Ce sont des substances produites par le corps afin de combattre les bactéries de la légionellose. Les tests urinaires se sont révélés négatifs pour les ouvriers malades. Le test d’urine ne peut détecter qu’un seul type. Dans le sang et les échantillons environnementaux, plus de types peuvent être déterminés. Dans le labo de référence français, on a eu des résultats positifs pour une forme rare de bactérie de la légionellose dans le sang de quelques patients français selon l’Agence de la Santé et de la Sécurité.

Pour ces raisons, des échantillons sanguins de quelques patients belges ont été envoyés la semaine dernière au laboratoire de référence français. Nous devons encore attendre ces résultats et des données supplémentaires de l’usine sur les canalisations d’eau pour faire une déclaration argumentée sur les traces de légionellose.

Cette piste n’est donc pas encore fermée. L’agence a conseillé à l’entreprise de s’en tenir aux règles définies au vu des mesures en vigueur concernant les ODTS. Il est en plus demandé d’éliminer plus fréquemment les poussières et de porter des masques.

Source : KW – 15 septembre 2017

(Traduit du Néerlandais)

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s