Clarebout Potatoes : « Jamais vu un tel laxisme »

Témoignage accablant d’un ancien ouvrier qui dénonce des problèmes d’hygiène et de sécurité au nom d’une production intensive.

c7996781-3735-4307-9fc9-41b8dc5a4559_original

Pas évident d’éviter les chutes avec ce qui traîne sur le sol…

Chez Clarebout Potatoes la mort de Rachid a été un traumatisme pour beaucoup. Et les langues se délient…
C’est ainsi qu’un ancien travailleur, qui a quitté l’entreprise de son plein gré, a souhaité témoigner de ce qu’il a vécu. Fort opportunément, il a pris des photos de la situation telle qu’elle était en août dernier.
Nous l’avons rencontré à son domicile, dans la métropole lilloise, mais nous respectons son souhait de garder l’anonymat.
« J’ai travaillé dans d’autres usines; tout n’était pas parfait, mais je n’ai jamais vu un tel laxisme. Il y a plusieurs années, quand j’ai commencé chez Clarebout, tout était plus ou moins en ordre, propre. C’est lorsque l’usine a commencé à s’agrandir que l’unique mot d’ordre a été « production ». Partout, dès qu’il y avait un blocage, on avait l’ordre d’enlever la sécurité. »
Comme le nettoyage ne rapporte rien, on le néglige : « Nous étions toujours avertis des contrôles d’hygiène. Tous les deux ou trois mois, on faisait le grand nettoyage et tout était propre quand le contrôleur passait. Mais, entre deux, on ne fait pas grand-chose. »

Lire la suite

Le point sur la circulation du charroi lourd dans le centre de Warneton depuis la mise à 90km/h de la N58

28 octobre 2017 – Comparé à avant la mise à 90km/h de la N58 il y a moins de poids lourds et de tracteurs traversant le centre de Warneton mais il y en a toujours – et même beaucoup certains jours – qui ignorent volontairement ou non l’interdiction aux + de 3,5 t. et leur obligation d’emprunter la N58.

Pour mémoire, seuls les camions venant livrer des commerces warnetonnois et les tracteurs appartenant à des agriculteurs établis à Comines-Warneton sont autorisés à circuler dans le centre de Warneton.

Quels sont ces camions et ces tracteurs qui traversent quotidiennement le centre de Warneton ? (Photos prises entre le 18 et le 27 octobre 2017)

1. Le charroi agricole effectuant des allers-retours incessants entre les usines PINGUIN de Sainte Marguerite et celles de Langemark et de Westrozebeke.

DSC04939

Tracteur transportant des choux-fleurs se rendant très probablement à l’usine Pinguin de Ste Marguerite

DSC04916

Retour près livraison des choux-fleurs en France

Lire la suite

Comines-Warneton: premier bilan de la mise à 90 km/h de la N58

Quatre mois qu’ils n’avaient plus siégé (!) et ce conseil communal de rentrée s’est révélé assez calme. Sur la N 58, le Lidar a verbalisé 3,26% du trafic.

c539cc47-85d2-45df-8add-425b604376c1_original

Depuis le 1er juillet, les tracteurs peuvent emprunter la N58. Un vrai gain de temps pour les agriculteurs.

Après plus de quatre mois d’absence – le dernier conseil avait eu lieu le 19 juin! – les élus ont retrouvé les chaises rouges de l’hôtel de ville pour une séance de 55 points, avalés en 3h45. Pas le moindre sujet qui fâche à l’horizon, même pas une portion de frites. Résultat : une ambiance détendue, voire même consensuelle.

89 infractions au centre de Warneton

Les 50 première minutes sont consacrées à … la police. Le chef de corps Sébastien Dauchy a commenté l’évaluation chiffrée après trois mois de mise à 90 km/h de la N58 et d’interdiction au transport de choses de + de 3,5 t.
Un radar Lidar, qui change d’endroit toutes les semaines, contrôle la vitesse? Entre e 29 mai et le 17 octobre, 245 465 véhicules ont été contrôlés et 7 990 verbalisés, soit 3,26%.

Au centre de Warneton, pour les transports de + de 3,5 t, la mesure a été contrôlée à trois ou quatre moments de la journée et 89 constats d’infraction ont été établis.

Lire la suite

Clarebout : le travail a repris… sous conditions

Une sécurité accrue à Warneton

Chez Clarebout, les travailleurs ont repris le travail mercredi soir. Une réunion extraordinaire entre la direction et les travailleurs a débouché sur un accord. La production de pommes de terre a repris, mais sous certaines conditions.

b9713619871z-1_20171025203321_0002bguma1oscf-2-0

Le quotidien des 400 travailleurs de Clarebout a repris mercredi soir, mais il ne sera plus jamais le même. Au terme d’une réunion houleuse, les travailleurs et la direction se sont mis d’accord pour que la production reprenne. (…)

En conclusion de cette réunion au sommet, l’entreprise devra respecter trois points essentiels : la mise en place d’un tutorat pour former les nouveaux travailleurs, la création d’une charte liée à la sécurité pour empêcher les intérimaires d’effectuer des tâches sous la pression de leurs supérieurs et un renfort de personnel….

Lire la suite de l’article : NORD ECLAIR – 27 octobre 2017

Un conseil bien chargé à Comines-Warneton

25 octobre 2017 – Le menu était impressionnant, avec 81 points inscrits en tout à l’ordre du jour du conseil de police et du conseil communal. Il faut dire que la dernière réunion remonte à juin dernier, ce qui ne semble pas avoir empêché les débats de se tenir de manière relativement sereine.

Conseil communal du 25/10/2017

Transcription des principales interventions

Alice Leeuwerck (curseur sur 0:23)
alice-leeuwerck-conseil-communal-20171025 Concernant le vote à l’unanimité d’une prime à la location et à l’installation de nouveaux commerces dans les centres de Comines et du Bizet.
« On est dans une politique d’aide réelle. Maintenant est-ce qu’il y aura du répondant de la part des futurs commerçants ? Ca, c’est quelque chose qu’on va voir. C’est très peu finalement ce qui a été budgétisé également. La question qui se pose aussi c’est par rapport à la redynamisation des plus petits quartiers. Donc, on parle ici des centres urbains du Bizet et de Comines. Quid de Houthem, Bas-Warneton et Warneton ? D’autres villes en cette ville-village sont souvent mis à l’abandon. »
Philippe Mouton (curseur sur 1:22)
philippe-mouton-conseil-communal-20171025 « Les citoyens ont le droit à ce que se déroulent 10 conseils par an. J’espère qu’on va y arriver et j’espère surtout qu’il y ait une cadence régulière parce que débattre de 81 points et bien il faut quatre heures. Et ça, c’est éprouvant pour tout le monde. »
Notre bourgmestre f. f. (curseur sur 1:42)
bougmestre-conseil-communal-20171025 « Il n’y avait pas de points extrêmement, je vais dire, oui. Il fallait vraiment statuer sur quelque chose ou débattre sur ou prendre une position donc pour moi ce n’est pas la peine de refaire ici un conseil communal. Qu’est-ce qu’on va faire ? On va débattre sur Clarebout ? Ou on va débattre sur les poulets, les porcs, etc… ? Je trouve que Comines-Warneton mérite mieux que ça. »

 

A la suite du drame à Clarebout Potatoes, des élus belges expriment leur consternation

L’accident mortel du travail survenu mardi à l’usine belge aura des conséquences : la bourgmestre de Comines-Warneton (B) ne veut pas du second congélateur prévu par Clarebout Potatoes et elle le dira au ministre en charge du dossier.

WARNETON (B) – À Comines-Warneton, le dossier Clarebout Potatoes alimente régulièrement les discussions et prises de becs entre élus belges… sauf lundi soir, au conseil communal. Bizarrement, le sujet n’a été évoqué par personne, alors que pèse toujours la menace de construction d’un second congélateur géant, projet pour lequel l’usine de frites surgelées a déposé un recours auprès du ministre Carlo Di Antonio.

« Il est temps, quand on parle de cette usine, que l’on mette de côté la fatalité qui frappe ici trop fort et trop souvent. »

L’accident mortel de mardi n’a pas manqué de faire réagir les élus, l’écologiste Philippe Mouton en première ligne, que nous avons contacté.

Lire la suite de l’article : LA VOIX DU NORD – 27 octobre 2017

 

La révolte gronde chez Clarebout

200  travailleurs se sont réunis sur le parking et ont débrayé pendant plusieurs heures mercredi.

Pour beaucoup de travailleurs, c’est l’accident de trop. Rachid, un Nordiste de 42 ans originaire de Wattrelos est décédé, mardi après-midi après un accident de travail. Mercredi matin, plus de 200 travailleurs se sont réunis devant le site de Warneton et ont refusé de travailler jusqu’à près de 20h hier soir. Tous ont une pensée émue pour leur collègue tragiquement disparu.

Décédé tragiquement mardi après avoir été écrasé par un monte-charge, Rachid travaillait chez Clarebout depuis un peu plus d’un an. Ses collègues se sont réunis sur la parking de l’usine et ont refusé de reprendre le travail. La production a été arrêtée durant toute la journée…..

Lire la suite de l’article : NORD ECLAIR – 26 octobre 2017

Mourir au travail, plutôt crever !

Ce qu’est le travail et ce qu’il pourrait être

Voici une critique de fond et des propositions radicales autour d’une question qui nous  » travaille  » tous et ébranle chaque jour un peu plus les bases du contrat social !

– Une histoire documentée de la notion de travail en régime capitaliste ;

– Une synthèse claire et dynamique des pensées critiques depuis le XIXe siècle sur la question et une ouverture vers d’autres pistes ;

– Une question qui a jeté des centaines de milliers de personnes dans la rue en 2016 et restera à coup sûr au coeur de la vie politique dans les prochaines années.

L’auteur propose un état des lieux concis, clair et solidement étayé de la critique du travail et de ce qu’il fait à l’homme. Il revisite les notions qui sont au fondement de l’organisation du travail depuis l’époque industrielle, et étudie des aspects plus récents comme la pénibilité, la souffrance et les maladies professionnelles en très nette augmentation. Il met aussi en lumière de nouvelles façons de penser le travail.

mourir-au-travail-plutot-crever

Editions : Le Passager Clandestin
ISBN : 978-2-36935-083-5
Date de parution : 7/10/2017
Prix : 12,00€ chez DECITRE.FR

Warneton (B) – Clarebout: travailler pour gagner sa vie, pas pour la perdre

aa3a1cec-9b5c-4e7a-b2a5-3bd7d6f5c14d_web__scale_0-2111668_0-2111668

Le décès de leur collègue a été ressenti comme un vrai traumatisme. La solidarité a été totale. (Photo : L’Avenir)

25/10/2017 (21h31) – Sous le choc de la mort d’un des leurs, les salariés n’ont pas repris le travail. Après discussions, ils ont regagné leur poste peu avant 20 h.

Ce mardi, en fin d’après-midi, Rachid, un ouvrier de 42 ans et père de deux enfants, est décédé dans un accident du travail, à l’entreprise Clarebout Potatoes. Ce citoyen de Wattrelos, était occupé d’enlever une boîte quand il est resté coincé sous un monte-charge en fonctionnement. La médecine et l’inspection du travail sont descendues ce mercredi, à 14h, sur le site.

L’entreprise a été mise à l’arrêt en soirée et durant la nuit. Toutefois, l’équipe du matin a refusé de reprendre le travail, entre émotion et colère, dénonçant un laxisme sur la sécurité. Au-delà de la peine liée à la perte d’un collègue, cet accident est la goutte qui a fait déborder le vase. Leur argument: les ouvriers viennent au travail pour gagner leur vie, pas pour la perdre. Leurs chefs leur ont bien proposé 150% du salaire, mais la solidarité a joué et personne n’a repris son poste.

Lire la suite

Accident du travail mortel à Clarebout-Potatoes : les salariés refusent de reprendre le travail (France 3)

France 3 (25/10/2017) – Les salariés de Clarebout-Potatoes à Comines-Warneton se sont rassemblés devant l’usine ce mercredi matin au lendemain de l’accident du travail qui a coûté la vie à un salarié originaire de Wattrelos. Ils refusent pour l’instant de reprendre le travail. Reportage : Florence Mabille de Poncheville, Antoine Morvan