Les petits oiseaux

cyanistescaeruleuswithforage

Et, oui, on va encore dire que les « amis de Warneton » ne s’intéressent qu’aux petits oiseaux !

Je reprends ici l’information très sérieuse parue dans le journal Le Monde du 3/11/2017 et je vous expliquerai pourquoi il ne s’agit pas seulement de petits oiseaux.

« En 30 ans l’Europe a perdu 400 millions d’oiseaux et 80% d’insectes. »

Ce ne sont pas des politiciens ou des journalistes qui l’affirment mais des scientifiques qui, sur le terrain, par des méthodes précises et reconnues, ont établi ce constat.

Déjà les apiculteurs avaient tiré la sonnette d’alarme : la mortalité des abeilles s’accentue année après année.
Il faut savoir que tout cela est lié. Si les insectes disparaissent c’est parce qu’ils sont empoisonnés. Si les oiseaux disparaissent c’est parce qu’ils mangent des insectes empoisonnés ou des graines empoisonnées et qu’en plus leur habitat disparaît peu à peu.
Cela s’appelle la chaîne alimentaire.
Tout au début de la chaîne il y a le sol et l’eau puis viennent les végétaux.
Si les insectes puis les oiseaux sont empoisonnés c’est parce que les plantes, l’eau et le sol contiennent des poisons.
Ces poisons, c’est l’homme qui les fabrique et c’est lui qui les répand pour produire toujours plus comme c’est l’homme qui confisque des milieux naturels pour construire des usines et là encore pour produire plus.

Vous me direz qu’il y a des choix à faire : il faut que les agriculteurs gagnent leur vie comme il faut que les ouvriers aient du travail, l’espèce humaine passe avant les petits oiseaux ! Vous avez raison mais à condition que ces agriculteurs, ces ouvriers, vous et moi ne disparaissons pas à notre tour.

Revenons à la chaîne alimentaire. Savez-vous qui est le dernier maillons ? C’est l’homme!
Après les insectes, après les oiseaux c’est l’espèce humaine qui est menacée.

Cela fait 50 ans que les professeurs de biologie l’explique à leurs élèves. Au début on les a traité de doux rêveurs, nostalgiques du passé, ennemis du progrès ou encore inféodés à un nouveau parti politique surfant par opportunisme sur un phénomène de mode hérité de mai 1968.

Je me souviens d’une conférence organisée par le C.A.D.E.C dans les années 70 où, devant un parterre houleux d’agriculteurs, j’essayais de faire comprendre que leur avenir était dans l’agriculture biologique.
Je persiste et signe : il faut revenir à une agriculture respectueuse de l’environnement en supprimant les pesticides, insecticides et herbicides.
Oui, les rendements vont diminuer, mais si le consommateur qui tient à sa santé accepte de dépenser plus d’argent pour se nourrir où est le problème ?

Quant aux usines de transformation des produits agricoles, si elles doivent elles-aussi ralentir leur production, ce sera tout bénéfice : réduction des cadences et par là-même des risques d’accident, moins de pollution pour l’environnement et moins de CO2 pour le climat.

Là encore, tout est lié. Avec une nourriture plus saine et plus valorisée c’est aussi moins de gaspillage alimentaire, un air plus respirable, moins de bruit, moins d’odeurs,  moins de cancers, moins de frais de santé.

Il est encore temps de faire marche arrière. Oui, on doit pouvoir échapper à ce suicide collectif, on doit pouvoir regarder nos enfants grandir avec sérénité et, de nouveau, pouvoir écouter le chant… des petits oiseaux.

Guy Lauwarier
pour les Amis de Warneton

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s