Comines – La Lys va subir de profondes modifications

La première phase des travaux a commencé fin 2016. La deuxième devrait débuter en 2018.

nord-eclair-20171227-06

La Lys est un point névralgique dans l’entité de Comines. Mais les travaux à venir aux abords du cours d’eau interrogent les riverains. Philippe Bracaval, député wallon (MR), a interpellé le ministre de I’environnement de la région Carlo Di Antonio au sujet des aménagements à venir sur et aux abords de la Lys…

Les travaux d’amélioration des abords du pont frontière entre Comines-France et Comines-Belgique, de rénovation de la rue du Fort à Comines-Belgique et de la rectification de la Lys ont été entamés depuis de longs mois.
Pourtant, ils étaient dans les cartons depuis 1982!
Ces profondes modifications dans l’entité cominoise sont bien lancées. Sur une distance de 1.600 mètres, les travaux de rectification de la Lys s’inscrivent, dans un projet européen baptisé « Seine Nord Escaut » ayant pour but de créer un nouvel axe de navigation. Ils devraient débuter au printemps 2018. Si le Service Public de Wallonie (SPW) en profite pour mettre en place une route portuaire pour dévier les poids lourds du centre-ville de Comines (qui en a bien besoin), Philippe Bracaval s’inquiète du fait qu’une ouverture de la digue (un pertuis) devra passer sous le pont. Un aspect qui n’aurait pas été étudié et qui pourrait causer le report des travaux de plusieurs mois. « Pourquoi la pose de pertuis n’avait-le pas été mis à l’étude ? » a questionné le député wallon à son ministre en demandant également si des moyens supplémentaires seront alloués pour accélérer les travaux.

Lire la suite

L’amende pourrait être salée pour les pollueurs à Warneton

5a434e41cd70b09cef4d815e

L’entreprise de transformation de pommes de terre Clarebout Potatoes, à Warneton, était à l’origine d’une pollution de la Lys. Et à en croire le ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio (CDH), l’amende pourrait être salée.

Le ministre Di Antonio a été interpellé au parlement wallon par la députée Mathilde Vandorpe (CDH). « Des taches anormales flottaient sur la Lys, de quoi inquiéter les riverains. Il s’agissait d’huile utilisée par Clarebout Potatoes, qui affirme que le séparateur d’huile a été endommagé par les fortes pluies », rappelle Mathilde Vandorpe.

« La police de l’environnement s’est rendue directement à Warneton pour prélever des échantillons d’eau pour être analysés. Le lendemain, les riverains voyant des résidus qui stagnaient sur la Lys, ont fait part de leurs inquiétudes aux forces de l’ordre. Un barrage flottant a permis de récolter l’huile à la surface : entre 100 à 300 litres. »

Les riverains pointent l’entreprise du doigt. Entreprise pour laquelle l’opposition est de plus en plus vive.

Lire la suite

Warneton – Pour soulager la chaussée du Pont-Rouge

Pour obliger les charrois lourds à emprunter la route de la Grande Haie, des blocs de béton ont été posés chaussée du Pont-Rouge.

41a956d0-b5d1-4825-a393-e6eb9124a694_original

Les blocs sont présents pour une période d’essai de trois mois.

Des blocs de béton viennent d’être placés dans la chaussée du Pont-Rouge, juste à l’entrée de l’entreprise de frites surgelées : « Il s’agit d’une décision de la commission communale de travaux et sécurité pour un essai de trois mois, explique l’échevin Didier Vandeskelde. Ils ont été placés pour empêcher les charrois lourds de passer par là et les obliger à passer par la route de la Grande Haie. Les charrois agricoles et les camions prenaient encore beaucoup cette route. Cela permettra également de gagner du parking dans cet espace; avec les ouvriers de chez CL Warneton, les riverains n’ont plus beaucoup l’occasion de se garer. »

Marie-France Philippo

Source : L’AVENIR – 28 décembre 2017

Warneton (B) – Un tronçon de voirie sans issue

nord-eclair-20171227-01

Des modifications de circulation sont entrées en vigueur, ce vendredi 22 décembre, au niveau de la chaussée du Pont rouge, dans le village de Warneton.

Le tronçon compris entre la route de Ploegsteert et le chemin de la Grande Haie (Ndlr : la voie « Clarebout ») a en effet été mis en voie sans issue, excepté pour les piétons et les cyclistes.

Plusieurs entreprises se trouvant à proximité, notamment « Clarebout Potatoes », cette mesure permettra d’une part d’augmenter le nombre de places de stationnement et d’autre part d’éviter les nuisances sonores dues au charroi lourd.

Déviation

Comme vous pouvez le constater sur le plan ci-dessus, la police locale de Comines-Warneton invite les usagers de la route à changer leurs habitudes et à désormais emprunter la route de Ploegsteert et le chemin de la Grande Haie pour se rendre à leur destination.

Source : NORD ECLAIR – 27 décembre 2017

_____________

Remarques des Amis de Warneton

Avec cet article, nous avons la réponse au courriel que nous avons adressé le 3/11/2016 à notre bourgmestre f. f….

« Bonjour,
Nous venons de recevoir le témoignage suivant d’un des membres de notre groupe sur Facebook :

« Lors d’une discussion au marché se matin, une personne me disait que « Clarebout » aurait l’intention de mettre des blocs à travers la route du Pont rouge à hauteur de l’ancienne ferme « Copin » afin que les camionneurs n’aient plus à regarder à gauche et à droite avant de traverser la chaussée du Pont rouge.  (…)
Pourriez-vous vous renseigner auprès de la Sté Clarebout pour savoir si cette information est fondée ou si ce n’est qu’une rumeur ? « 

L’instabilité politique aggrave le déclin de la biodiversité

Par Audrey Garric

bras-mort-lys-heron-02

Photo : Les Amis de Warneton

Une nouvelle étude scientifique montre qu’une bonne gouvernance des Etats est essentielle au succès de la conservation des espèces.

La sixième extinction de masse des animaux s’accélère, cette triste réalité est désormais connue. Partout, sous l’effet des activités humaines, les vertébrés et les invertébrés reculent sur Terre, à la fois en nombre d’espèces, de spécimens et d’étendue. On souligne moins que l’instabilité politique et la gouvernance défaillante de certains Etats conduisent à cette érosion de la biodiversité au même titre que la croissance économique, la démographie galopante ou encore le changement climatique.

Voilà la conclusion d’une vaste étude publiée dans Nature, mercredi 20 décembre, qui apporte toutefois une lueur d’espoir : les aires naturelles protégées permettent de conserver la diversité de la faune sauvage lorsqu’elles sont situées dans des pays relativement stables politiquement avec des structures juridiques et sociales solides.

L’équipe internationale de chercheurs, dirigée par l’université de Cambridge, a utilisé les espèces d’oiseaux d’eau (canards, hérons, flamants, etc.) comme un baromètre de l’état de la biodiversité. Leurs habitats – les zones humides, qui s’étendent sur 1,3 milliard d’hectares dans les zones côtières comme dans les terres – sont en effet parmi les plus diversifiés, mais aussi les plus menacés de la planète. Les scientifiques ont analysé pas moins de 2,4 millions de recensements de 461 espèces d’oiseaux d’eau, menés pendant près de vingt-cinq ans sur 26 000 sites à travers le monde.

Lire la suite

Toujours plus d’assassinats de défenseurs de l’environnement, rapporte Amnesty international

amnesty-International-logo

Presque partout dans le monde, des activistes manifestant pacifiquement contre le développement effréné d’industries qui détruisent et polluent la nature, sont assassinés. Le nombre de meurtres et de « disparitions forcées », de menaces et d’attaques, ne cesse d’augmenter globalement, ainsi que celui des pays qui laissent la violence s’installer sur leur territoire. On estime qu’environ 3 500 défenseurs des droits humains ont été tués dans le monde depuis l’adoption de la Déclaration sur les défenseurs des droits humains en 1998.

Qu’elles soient touristiques, minières, électriques, nucléaires, gazières ou pétrolières, les industries extractives sont souvent complices de ces homicides.

Lire la suite

Parlement wallon – Question parlementaire sur le rejet d’huile de l’usine Clarebout dans la Lys

La présence de taches d’huile sur la Lys

  • Session : 2017-2018
  • Année : 2017
  • N° : 457 (2017-2018) 1

Question écrite du 07/12/2017

  • de VANDORPE Mathilde
  • à DI ANTONIO Carlo, Ministre de l’Environnement, de la Transition écologique, de l’Aménagement du Territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings

Des taches anormales flottaient sur la Lys, de quoi inquiéter les riverains. Il s’agissait d’huile utilisée par Clarebout qui affirme que le séparateur d’huile a été endommagé par les fortes pluies.

La police de l’environnement s’est rendue directement à Warneton pour prélever des échantillons d’eau pour être analysés.

Le lendemain, les riverains voyant des résidus qui stagnaient sur la Lys, ont fait part de leurs inquiétudes aux forces de l’ordre. Un barrage flottant a permis de récolter l’huile à la surface (environ 100 à 300 Litres).

Cet énième accident n’a pas manqué de faire réagir les opposants à l’entreprise. Trop de négligences sur le matériel : « ils ont de gros problèmes de maintenance, et de conclure c’est de la négligence pure et dure ».

Quand il y a un problème de ce genre, la police de l’environnement peut-elle contrôler le matériel qui a posé problème ?

Peut-on savoir précisément quelles seront les amendes ?

Peuvent-ils récidiver et s’exposer « juste » à des amendes administratives ou d’autres sanctions sont-elles prévues si récidive ?

Monsieur le Ministre pourrait-il donner les informations dont il dispose concernant cette pollution ?

Quelles sont les conséquences possibles en termes d’impact environnemental ?

Réponse du 21/12/2017

  • de DI ANTONIO Carlo

Le Département de la Police et des Contrôles (DPC) a été informé de ces déversements huileux dans la Lys le 27 novembre dernier.

Lors de son arrivée sur place, l’agent de garde SOS Environnement-Nature a constaté la présence de nappes d’huiles sur le cours d’eau. Les déversements provenant de l’entreprise étaient, à ce moment, normaux.

Des échantillons ont été déposés au laboratoire pour identification de l’origine des huiles. Le DPC est en attente des résultats des analyses.

Lire la suite

Pollution de la Lys à Comines: Clarebout risque une très grosse amende

pollution-lys-20171227

Photo prise le 27/11/2017 par un passant

Fin novembre des taches d’huile dans la Lys provenant de l’entreprise Clarebout à Warneton ont fait coulé beaucoup d’encre. L’entreprise a, dans un communiqué, affirmé que le séparateur d’huile aurait été endommagé par les fortes pluies et qu’ils seraient responsables de la situation. La police de l’environnement s’est alors rendue sur place pour prélever des échantillons d’eau pour être analysés. La Protection civile et les pompiers de Comines-Warneton ont été appelés en renfort afin de confiner et de traiter la pollution. Carlo Di Antonio est prêt à infliger une très grosse amende à l’entreprise qui est dans son collimateur.

Cet énième accident n’a pas manqué de faire réagir les farouches opposants de l’entreprise flamande qui dénoncent un manque d’entretien du matériel et une surproduction.

Mathilde Vandorpe, députée mouscronnoise, a déposé une question écrite auprès du ministre Carlo Di Antonio pour connaître l’état actuel de la situation, les contrôles effectués et les potentielles amendes.

Dans sa réponse, le ministre a souligné que l’entreprise risquait une très grosse amende.

Source : NORD ECLAIR – 22 décembre 2017

Articles connexes