Warneton : Pour le ministre Carlo Di Antonio, le refus du second frigo n’est pas définitif

Le dossier du second frigo de Clarebout Potatoes est lié à la plateforme portuaire. 

L’entreprise de transformation de pommes de terre Clarebout Potatoes à Warneton et son actualité font fréquemment l’objet de débats au conseil communal de Comines-Warneton. Le sujet arrive maintenant au parlement wallon.

Interpellé par le député wallon Philippe Bracaval (MR), le ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio (CDH) est revenu sur la demande de permis de second frigo qu’il a refusée. « L’exploitant souhaite construire un second congélateur pour rationaliser les transports entre les sites de production et les stockages externes parce qu’actuellement, une partie de sa production est réalisée chez des tiers », indique Carlo Di Antonio. « Le but est de réduire ces trajets et donc leur coût économique journalier qui est conséquent. »

Pour le ministre, « à ce stade, le dossier ne m’a pas permis de percevoir le besoin d’augmenter la capacité de stockage sur le site de Warneton, capacité qui avait déjà été augmentée en 2012, ni le gain environnemental que cela pourrait induire en termes de réduction de gaz à effet de serre ».

Mais Carlo Di Antonio n’écarte pas de revoir sa position plus tard. « Je pense que ce n’est pas un refus nécessairement définitif, parce que si un gain environnemental pouvait être développé, avec l’utilisation de la voie d’eau pour les transports, on pourrait sans doute augmenter la capacité et revoir cette décision concernant le congélateur supplémentaire ou d’autres infrastructures. La concrétisation de ce volet-là peut sans doute permettre de débloquer le reste beaucoup plus facilement. »

Et donc, si la plateforme portuaire se réalise sur la Lys à Warneton, l’entreprise Clarebout Potatoes pourrait bien obtenir le permis pour le second frigo.

Voilà qui inquiète le conseiller communal de la minorité Philippe Mouton (Ecolo). « La plateforme portuaire et le second frigo, ce serait la double peine. Je ne suis pas contre la plateforme portuaire mais elle peut aussi être étudiée à Bas-Warneton ou Wambrechies en France. Et puis, avec le second frigo, le problème de l’impact paysager demeure. »

Voilà qui pourrait changer la donne, au niveau politique, à Comines-Warneton, tant pour le dossier de plateforme portuaire à Warneton que celui du second frigo.

Laurent Dupuis

Source : LA DERNIERE HEURE – 7 décembre 2017

Remarques des Amis de Warneton

Pour mémoire, le premier super congélateur a été motivée en 2012 par une augmentation de production atteignant 1140 tonnes de produits finis par jour et la réduction du charroi généré par le stockage d’une partie de la production de CL Warneton chez des tiers… Ce problème aurait du être résolu depuis la mise en service de ce premier congélateur.
Aujourd’hui, cette entreprise utilise les mêmes arguments pour motiver la nécessité d’un second super congélateur… Pourquoi ?
Selon nos sources les installations dans cette usine fonctionneraient 30 à 40% au-dessus du régime pour lequel elles ont été conçues.
Cela nous pousse à penser que cette entreprise produit bien plus que les 1140 tonnes / jour autorisées par le SPW (Département des autorisations et permis) et que la production réelle actuelle serait 30 à 40% supérieure, soit une production réelle avoisinant les 1500 tonnes/jour…
Cette surproduction non autorisée expliquerait notamment les nuisances olfactives qui n’en finissent pas (malgré la nouvelle cheminée de 60m et les incinérateurs post combustion), le nombre de tracteurs et de poids lourds entrant et sortant de l’usine qui semble bien plus important que celui prévu dans la demande de permis accordée par le SPW…

Ce que nous cache aussi CL Warneton, c’est la construction en cours d’une nouvelle ligne de production – la n°7 – qui inclut des installations de blanchiment et de séchage, une nouvelle friteuse et un nouveau tunnel de surgélation…
Selon nos sources, cette nouvelle ligne NON AUTORISEE devrait être  mise en service au début de l’année 2018 (mars ?) et permettre la production de ±1700 tonnes de frites surgelées / jour (±70 tonnes/heure d’après ce qui se dit dans cette usine) en plus de 1140 tonnes / jour officiellement autorisées…
Mais comme nous présumons que la nouvelle ligne devrait elle aussi être sur utilisée (30 à 40% au-dessus de son régime normal) la production chez CL Warneton devrait atteindre ± 3800 tonnes / jour [(1140 + 1700) x 1,35] , soit plus de trois fois le volume de production autorisé à ce jour par le SPW… Voilà qui constitue la deuxième vraie raison qui motive la nécessité du second super congélateur.

On comprend mieux maintenant la motivation réelle des nouvelles extensions internes autorisées l’été dernier par le SPW. Elles ne visent en rien la réduction des nuisances olfactives mais bel et bien le traitement des nouvelles émissions dans l’atmosphère et le rejet d’un surcroît d’effluents industriels dans la Lys produits par l’augmentation de production de frites surgelées par la nouvelle ligne (n°7)…

Pour conforter les arguments ci-dessus, n’oublions pas que Clarebout Warneton a reçu l’été dernier l’autorisation par l’AWAC (Agence Wallonne de l’Air et du Climat) d’augmenter ses émissions de CO2 de ±30%.

A propos des émissions de CO2 émises dans l’atmosphère par CL Warneton, notons que dans l’arrêté du gouvernement wallon du 17 octobre 2013 (publié dans le Moniteur belge du 8/11/2013) relatif aux installations couvertes par le système d’échange de quotas d’émission de gaz à effet de serre (CO2), Clarebout Warneton bénéficie à titre gratuit de quotas d’émission de dioxyde de carbone (CO2) ou gaz à effet de serre pour la période 2013 et 2020.

Dans ce document Clarebout Warneton porte le n° ID 316. Les quotas d’émission en tonnes de CO2 qui lui ont été alloués ont plus que doublés entre 2013 et 2016 :
Modification du 16 mars 2017 (M.B. 14.04.2017)
cl-warneton-quotas-emissions-co2-2013-2020

(Source : http://environnement.wallonie.be/legis/air/air070.html)

L’été dernier CL Warneton a aussi fait modifier les appareillages de ses cabines d’alimentation électrique. Ces modifications lui permettent depuis de consommer 32 Mégawatts/jour au lieu des 22 mégawatts/jour initiaux, soit une augmentation de ±45% !!!

Conclusion
Contrairement à ce que prétendent les dirigeants de Clarebout Warneton, ce deuxième congélateur semble surtout motivé par une augmentation de production à venir qui générera inévitablement davantage de charroi et d’interminables nuisances pour les riverains…
L’implantation d’une plateforme portuaire, quant à elle, va aussi contribuer à l’augmentation du nombre de poids lourds qui se traduira par encore plus de nuisances et plus de particules fines cancérigènes émises dans l’air que les Warnetonnois respirent…
Que dire aussi de l’incapacité de CL Warneton à assurer a sécurité de son personnel et le contrôle de ses rejets atmosphériques et hydriques alors que sa production officielle de produits finis n’est que de 1140 tonnes / jour ?
Pour notre association, l’augmentation de production et la construction du second congélateur ne feront qu’aggraver une situation qui est déjà insupportable tant pour les salariés de cette entreprise que pour les habitants de Deûlémont et de Warneton.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s