« Le Champ des possibles » : les néopaysans creusent leur sillon

Par CHRISTINE ROUSSEAU

Ils ne sont encore qu’une poignée d’hommes et de femmes accrochés à leurs rêves et à leurs idéaux comme à leur terre, en quête d’une vie meilleure, respectueuse de l’environnement. Pourtant, et c’est l’une des forces de ce documentaire, on a envie de croire avec eux qu’un nouveau « champ des possibles » s’ouvre au sein d’un monde agricole enlisé dans la crise depuis des décennies. Afin de nous convaincre qu’une « révolution »s’opère, Marie-France Barrier est allée à la rencontre de ces néopaysans, mais pas seulement, qui non seulement repeuplent les campagnes, mais en redessinent par petites touches les contours.

« Rendre la Terre plus belle »

A l’instar de Pierre, ancien pilote de ligne. En pleine reconversion, ce futur maraîcher bio a choisi de s’installer dans le bocage normand pour y bâtir lui-même une ferme de 3 hectares. « Je ne voulais pas seulement arrêter d’abîmer la planète, confie-t-il, je voulais en plus faire quelque chose pour la rendre plus belle. » Dans l’Eure, Linda (ex-agent immobilier) et son compagnon ont établi, en lisière des grandes plaines céréalières, leur petit « paradis ». Là, replantant près de 300 arbres, le jeune couple a fait le pari de « remettre la vie où elle n’était plus » grâce à l’agroforesterie. Un pari exigeant et d’autant plus difficile qu’il s’inscrit à contre-courant et, de ce fait, confie la jeune maraîchère, suscite l’hostilité des acteurs historiques.

Pour autant, parmi eux, certains agriculteurs formés au rendement intensif remettent en cause ce modèle dominant, soucieux de protéger l’environnement et de faire fructifier la terre autrement. Comme dans le pays de Caux, où Olivier, céréalier à la tête de 300 hectares, a mis fin, après vingt ans de pratique, au labour, après s’être rendu compte que celui-ci appauvrissait ses sols. Ou dans la Sarthe, Frédéric, éleveur de vaches laitières, qui, après avoir frôlé la faillite, a remisé soja et maïs qu’il cultivait pour ses bêtes, pour reprendre le chemin des pâturages, redessinant du même coup son horizon. A travers ces multiples parcours – dont certains trop brièvement esquissés, tel celui des bergères d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), auréolés d’une mise en image soignée, s’esquissent les contours d’un autre paysage agricole à taille humaine, pourvoyeur de sens et de lien social.

Documentaire diffusé sur FRANCE5 le 20 décembre 2017 à 20h55
de : Marie-France Barrier

Articles connexes

Néo-paysans et néo-artisans, précurseurs d’une nouvelle territorialisation du travail ? (THECONVERSATION.COM – 5 février 2017)

Les néo-paysans passent à l’attaque et creusent leur sillon (Association Néo-Agri – 30 novembre 2016)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.