Comines – La Lys va subir de profondes modifications

La première phase des travaux a commencé fin 2016. La deuxième devrait débuter en 2018.

nord-eclair-20171227-06

La Lys est un point névralgique dans l’entité de Comines. Mais les travaux à venir aux abords du cours d’eau interrogent les riverains. Philippe Bracaval, député wallon (MR), a interpellé le ministre de I’environnement de la région Carlo Di Antonio au sujet des aménagements à venir sur et aux abords de la Lys…

Les travaux d’amélioration des abords du pont frontière entre Comines-France et Comines-Belgique, de rénovation de la rue du Fort à Comines-Belgique et de la rectification de la Lys ont été entamés depuis de longs mois.
Pourtant, ils étaient dans les cartons depuis 1982!
Ces profondes modifications dans l’entité cominoise sont bien lancées. Sur une distance de 1.600 mètres, les travaux de rectification de la Lys s’inscrivent, dans un projet européen baptisé « Seine Nord Escaut » ayant pour but de créer un nouvel axe de navigation. Ils devraient débuter au printemps 2018. Si le Service Public de Wallonie (SPW) en profite pour mettre en place une route portuaire pour dévier les poids lourds du centre-ville de Comines (qui en a bien besoin), Philippe Bracaval s’inquiète du fait qu’une ouverture de la digue (un pertuis) devra passer sous le pont. Un aspect qui n’aurait pas été étudié et qui pourrait causer le report des travaux de plusieurs mois. « Pourquoi la pose de pertuis n’avait-le pas été mis à l’étude ? » a questionné le député wallon à son ministre en demandant également si des moyens supplémentaires seront alloués pour accélérer les travaux.

16 millions € de frais

« La première partie des travaux comprend une rampe de mise à l’eau, la démolition d’une maison et la remise en état du RAVeL » a résumé Carlo Di Antonio au parlement. Un chantier commencé il y a un an en décembre 2016 et qui devrait se terminer en 2018.
« Quant à la deuxième partie, elle consiste à créer un nouveau lit à la voie d’eau pour permettre à des bateaux trois fois plus volumineux de passer (4.400 tonnes contre 1.350 actuellement). » Cette phase numéro deux commencera en 2018 pour s’achever si tout va bien en 2020.
Le ministre wallon de l’environnement indique également que le pertuis en question est intégré dans le permis d’urbanisme et que les délais sont et seront respectés. « Les travaux se poursuivent au rythme normal. Ils engendrent un montant total de 16, 8 millions d’euros. Il n’est donc pas question de s’inquiéter… »
Un projet qui implique une plus value indéniable pour le développement durable selon le ministre Di Antonio, par la baisse de circulation au centre-ville et l’augmentation du gabarit des voies d’eau…

A. P.

Source : Nord Eclair – 27 décembre 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s