Les 5 atouts des zones humides face au dérèglement climatique

Les zones humides rendent bien des services au monde vivant. Parmi leur myriade de bienfaits, ces territoires de rencontre entre l’eau et la terre ont de sérieux atouts face au dérèglement climatique. Explications de France Nature Environnement.

inondation-2012-vue-de-deulemont-photo03

Débordement de la Lys dans les prairies humides du Pont-Rouge à Warneton (B) observé depuis Deûlémont (F)

2010 : 29 morts et disparus dans le Var. Automne 2014 : 17 morts et disparus dans le Sud-Est de la France. Octobre 2015 : 21 morts et disparus dans les Alpes-Maritimes… Derrière ces chiffres, des inondations d’une ampleur folle, meurtrière, dévastatrice dont la répétition est consternante.

Les fortes pluies liées au climat local du Sud-Est sont en cause. Avec le dérèglement climatique, ces intempéries risquent de devenir plus fréquentes, plus intenses et plus longues. Mais à cette météo s’ajoute un facteur aggravant : une urbanisation irréfléchie. Étudiant les inondations du Var en 2010 et 2011, un rapport sénatorial de 2012 a d’ailleurs épinglé l’aménagement du territoire conduit dans ce département : il a amplifié les inondations et ses dégâts.

L’attrait touristique du Sud-Est de la France, particulièrement du littoral méditerranéen, a conduit à une forte urbanisation du territoire. Des zones humides et des terres agricoles ont été détruites pour de nouveaux bâtiments, de nouvelles infrastructures. Seulement, tous ces aménagements ont imperméabilisé les sols. Résultat : les sols n’absorbent plus l’eau, celle-ci ruisselle, et lors d’intempéries, les inondations prennent alors de l’ampleur conduisant à davantage de désastres humains et matériels.

Pourtant, ces drames ne sont pas une fatalité. En tenant compte de la valeur des zones humides, certains territoires ont atténué les effets des inondations.

Le génie du nord ou comment les zones humides freinent les inondations

Merville, ville sur l’aval du bassin versant de la Bourre, dans le département du Nord. Les inondations étaient fréquentes dans la commune. En cause ? La météo mais également les digues aux abords de la rivière qui empêchent l’eau de se répandre sur des surfaces non vulnérables. Le cours d’eau ne peut pas dissiper naturellement son énergie et quand le courant est fort, le risque d’inondation est augmenté et les dégâts aggravés.

Face à ces inondations récurrentes, l’Union syndicale d’aménagement hydraulique du Nord a pris en main le problème. Elle a décidé de recréer une zone d’expansion de crues de la Borre Becque, sur l’amont du bassin. Les travaux ont consisté à ôter les digues de part et d’autre du cours d’eau sur 1.5 km. Grâce à cela, le lit mineur de la rivière, qui désigne le tracé du cours d’eau par temps clément, a été reconnecté à son lit majeur, la surface occupée par la rivière lors de fortes pluies. L’Union syndicale d’aménagement hydraulique du Nord a également créé des prairies humides sur une superficie de 50 hectares environ. Elles permettent de stocker jusqu’à 547 200 m3 d’eau.

Source : FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT 

Articles connexes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s