La dégradation des sols oblige les humains à migrer

Une étude mondiale sur la dégradation des sols révèle que ce phénomène s’aggrave et oblige les humains à migrer.

« La dégradation des sols n’est pas un problème isolé : elle affecte de multiples régions et de nombreux habitants du monde. Elle altère la production de nourriture, la qualité de l’eau (…) et lorsque la terre se dégrade, souvent les gens migrent », a déclaré à l’AFP le scientifique Robert Watson, à la veille de la révélation de cette vaste enquête. Ce rapport a été réalisé par une centaine de chercheurs bénévoles de 45 pays pour le compte de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES).

La dégradation des sols, qui fait partie de cet inquiétant panorama, peut se traduire par le fait qu' »il n’y a plus de terres cultivables et donc une perte des moyens de subsistance », a ajouté M. Watson, président de ce groupe international. L’IPBES, créée en 2012 à l’initiative de l’ONU et qui compte aujourd’hui 129 pays membres, a déjà rendu vendredi 24 mars un diagnostic inquiétant sur l’état de la biodiversité de la planète, surexploitée par les humains qui menacent leur propre bien-être en provoquant le déclin de la faune et de la flore. Des scientifiques et décideurs de 116 pays de l’IPBES, réunis à huis clos pendant toute la semaine à Medellin, en Colombie, ont tiré la sonnette d’alarme sur les risques d’une extinction massive des espèces, la première depuis la disparition des dinosaures, la première provoquée par les humains et leurs abus.

Lire la suite de l’article

Source : SCIENCES ET VIE – 26 mars 2018

Question parlementaire du député Bracaval (MR) sur l’entreprise Clarebout à Warneton

pictureQuestion écrite du 01/03/2018 de BRACAVAL Philippe
à DI ANTONIO Carlo, Ministre de l’Environnement, de la Transition écologique, de l’Aménagement du Territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings

L’entreprise Clarebout Potatoes de Warneton, spécialisée dans la production de produits à base de pommes de terre, n’en finit pas de faire débat à Comines-Warneton. Nous avons déjà à maintes reprises souligné les problèmes liés aux nuisances olfactives et sonores, les déversements douteux dans la Lys, la RN 58, le manque de sécurité des ouvriers (deux accidents mortels sont à déplorer en deux ans), une épidémie de légionellose ayant touché plus d’une centaine de travailleurs cet été, des incendies à répétition, etc. faisant réagir majorité comme opposition à Comines-Warneton.

En parallèle, l’entreprise, en plein essor, a déposé des demandes d’extension auprès de la Ville de Comines-Warneton. Fin 2017, je vous avais d’ailleurs interpellé au sujet du dossier de construction d’un second congélateur géant, refusé (probablement temporairement), puisque CL Warneton ne pouvait prouver le besoin d’augmenter la capacité de stockage ni le gain environnemental d’une telle structure.

Lire la suite

Comment créer la résignation et la docilité dans une société ?

La psychologie sociale est un outil fascinant qui est malheureusement utilisé à mauvais escient par les puissants…

Saviez-vous qu’il suffisait de lire un magazine féminin pendant 15 minutes pour voir son estime de soi baisser de 30% ? On le sait, la société de consommation est une drogue douce, qui vend un rêve inaccessible au goût de poison. Frustration.

Pour réussir ce tour de force (ce n’est pas si facile de faire aimer le poison à des personnes de tous horizons, de toutes cultures etc.), il faut convaincre le futur empoisonné que sa vie sans poison ne vaut rien. Il faut inculquer la frustration, et à terme, la résignation.

Pour comprendre comment la résignation peut être inculquée à une population, la psychologue Charisse Nixon propose une expérience dans sa classe. Et prouve qu’en 5 minutes, on peut provoquer l’impuissance et la résignation à travers la frustration et la peur de l’échec. Saisissant.

Lire la suite

Le Vietnam, un marché prometteur pour les entreprises belges de frites

La Belgique est depuis longtemps le plus gros producteur de frites au monde. La culture de la frite belge est même inscrite au patrimoine immatériel de l’Unesco. Actuellement, au Vietnam, sont déjà présentes de grandes marques belges des poids lourds de ce secteur comme Agristo, Bart’s Potato, Clarebout Potatoes, Ecofrost and Mydibel… qui exportent vers plus de 100 pays et territoires.

«L’Asie du Sud-Est est considérée comme un marché prometteur pour les fournisseurs belges, grâce à la croissance d’une classe moyenne et aisée, à sa jeune population dynamique et à la tendance haussière de consommation de plats européens»
, a estimé Romain Cools, secrétaire général de la fédération belge du négoce et de la transformation de la pomme de terre (Belgapom).

En 2017, la Belgique a exporté au Vietnam plus de 2.000 tonnes de frites surgelées. Ce chiffre devrait grimper dans les temps prochains dans le contexte où les entreprises belges accélèrent la présentation et la distribution de leurs produits au Vietnam. – CPV/VNA

Source : VIETNAMPLUS.VN – 21 mars 2018

Ce gourou indien est parvenu à assainir les cours d’eau les plus pollués du monde

Grâce à une campagne menée dans toute l’Inde, le yogi Sadhguru a sensibilisé le pays aux menaces qui pèsent sur le Gange et ses affluents.

Il y a six mois, un homme s’est lancé dans un périple de plus de 9.000 km. Son objectif : sensibiliser le grand public à la situation des cours d’eau en Inde, bien mal en point.

Les médias s’intéressent à ce sujet depuis quelques temps maintenant. Le Gange, l’un des fleuves les plus sacrés au monde, est aussi connu pour être le plus sale. Plus de la moitié des cours d’eau du pays sont pollués par les déchets, les eaux usagées non traitées. Des cadavres y ont même été retrouvés. Une crise de l’eau et de l’assainissement était donc inévitable.

Des organisations ont alors décidé de prendre les choses en main. C’est le cas de la Isha Foundation, fondée en 1992 par Jaggi Vasudev, un célèbre yogi connu sous le nom de Sadhguru. En 2017, alors ce dernier voulait attirer l’attention sur l’état terrible des fleuves les plus pollués de l’Inde, il décide de mener une campagne nationale prônant la revitalisation des cours d’eau du pays.

Pendant sa mission d’un mois, le Rally for Rivers, Sadhguru a traversé 16 États, a tenu plus de 146 conférences dans tout le pays, suscitant l’intérêt des citoyens. Il a réussi à obtenir le soutien des gouvernements locaux et nationaux, des médias, de célébrités et d’entreprises, rassemblant 160 millions d’individus pour que leurs inquiétudes concernant la survie des fleuves du pays soient entendues.

Lire la suite de l’article

Source : NATIONALGEOGRAPHIC.FR – 21 mars 2018

Warneton – Encore des rejets industriels dans la Lys

Mise à jour : 23 mars 2018

Par Marie-France Philippo

cl-warneton-rejets-20180314-14h35.jpg

Photo prise par un membre de l’association Deûlémont Environnement le 14/03/2018 (14h35)

Depuis une semaine, à l’arrière de CL Warneton, les promeneurs ont remarqué des traces huileuses dans le bras mort de la Lys, avec une odeur particulièrement répugnante, signale-t-on du côté de l’association Deûlémont Environnement défenses de l’environnement. Des écoulement directs depuis un réservoir(1) de la station d’épuration ont été constatés, de même que depuis les égouts où ne devraient sortir que les eaux pluviales. Depuis des jours, l’entreprise tente de résoudre ce problème de rejets parfaitement illégaux(2), avec plusieurs montages et démontages de tuyau. Les opposants(3) à Clarebout incriminent la nouvelle ligne de production(4), qui entraîne une épuration en surrégime.

Source : L’AVENIR – 20 mars 2018

Lire la suite

Où sont passés les oiseaux des champs?

Par Laurianne Geffroy

L’alouette des champs ou la linotte mélodieuse font traditionnellement résonner leur chant dans les campagnes françaises. Mais pour combien de temps encore ? Deux études récentes dressent un constat alarmant : les populations d’oiseaux vivant en milieu agricole ont perdu un tiers de leurs effectifs en 17 ans.

« Nous pulvérisons les ormes, et aux printemps suivants nul merle ne chante, s’alarmait l’écologiste américaine Rachel Carson en 1962 alors que le DDT, un puissant insecticide, décimait les populations d’oiseaux aux États-Unis, non qu’ils aient été touchés directement mais parce que le poison a fait son chemin, pas à pas, de la feuille de l’orme au ver, puis du ver au merle ». Depuis, la responsabilité du DDT dans la mortalité accrue des oiseaux a été démontrée et le « poison » interdit dans de nombreux pays. Mais le problème est loin d’être réglé.

Toutes les espèces sont concernées

Les études pointant du doigt les effets de l’agriculture intensive et de l’utilisation massive de pesticides sur la biodiversité se multiplient. Deux d’entre elles, menées récemment par le Muséum national d’histoire naturelle sur tout le territoire français et par le CNRS à l’échelle locale, présentent à leur tour un bilan inquiétant : en 17 ans, un tiers des oiseaux ont disparu des campagnes françaises.

« La situation est catastrophique, se désole Benoît Fontaine, biologiste de la conservation au Centre d’écologie et des sciences de la conservation (Cesco) du Muséum national d’histoire naturelle. Nos campagnes sont en train de devenir de véritables déserts. » « Les populations d’oiseaux s’effondrent littéralement dans les plaines céréalières, et cela concerne toutes les espèces, renchérit Vincent Bretagnolle, écologue au Centre d’études biologiques de Chizé et directeur de la zone atelier « Plaine et val de Sèvre »Les perdrix se sont presque éteintes de notre zone d’étude…

Lire la suite de l’article

Source : LEJOURNAL.CNRS.FR – 20 mars 2018

Deûlémont-Warneton – Les hautes sphères de l’État interpellées

Les défenseurs de l’environnement ne baissent pas les bras face à «l’envahisseur» Clarebout. Ils actionnent divers leviers.

1446110f-4d33-4144-b8c2-fb52da704bc2_original

Prenant la parole, le Belge Philippe Mouton a regretté que «la France soit ignorée dans les plans, comme si le monde s’arrête à la Lys

L’association «Deûlémont défense de l’environnement» a organisé sa troisième assemblée générale. «Une année pleine d’événements et de rebondissements», a commenté la présidente Élisabeth Dumoulin, tout en énumérant la liste des actions entreprises afin d’agir contre les nuisances de l’entreprise Clarebout. Des dizaines de courriers ont été envoyées à des responsables belges et français, du premier ministre Édouard Philippe au procureur du roi de Tournai.

Parmi les faits récents, signalons la réception d’un courrier en date du 11 janvier 2018 venant d’Anne Rubinstein, cheffe du cabinet du ministre Nicolas Hulot, en charge de l’écologie, qui signale avoir transmis les informations au préfet des Hauts-de-France afin qu’il agisse.

Lire la suite

Abeilles : les pesticides ne seront plus recherchés en cas de mortalités aigües et massives

Par Anne-Françoise Roger

Les apiculteurs critiquaient le gouvernement français pour les lacunes dans sa surveillance des mortalités d’abeilles aigües et massives. Saisie de l’affaire, l’Agence française de sécurité sanitaire (ANSES) a confirmé les critiques. Mais au lieu d’améliorer ses investigations, le gouvernement a l’intention ne plus rechercher systématiquement les résidus de pesticides dans ces cas-là. Une manière de les rendre invisibles ?

Les apiculteurs avaient la désagréable impression que les gouvernements successifs cherchaient à incriminer leurs pratiques et les maladies des abeilles pour expliquer les mortalités massives et aiguës constatées en France depuis l’apparition des néonicotinoïdes dans les années 1990.

C’est désormais plus qu’une impression. Un bilan officiel publié il y a un an estime que les maladies des abeilles sont la première cause de mortalité et les mauvaises pratiques des apiculteurs la seconde. Les pesticides sont quasiment hors de cause.
Comment une telle conclusion est-elle possible ? L’Union nationale de l’apiculture française (UNAF) s’est penchée sur le sujet et a observé que les mortalités d’abeilles sont sous-déclarées dans certaines régions, que les recherches de pesticides ne sont pas toujours réalisées et que des  » biais statistiques  » dans le bilan donne une importance exagérée aux maladies.

Lire la suite

Effondrement de la civilisation ?

Interview de Pablo Servigne en direct le 23/02/2018

Pablo Servigne, né en 1978 à Versailles, est un chercheur français indépendant et transdisciplinaire.

Il est ingénieur agronome de Gembloux (Belgique) et docteur en sciences de l’Université libre de Bruxelles (ULB). En 2008, il quitte le monde universitaire pour se consacrer au mouvement de la transition écologique et s’intéresse à l’agriculture urbaine, la permaculture et l’agroécologie. Entre 2010 et 2014, Pablo Servigne travaille à l’association d’éducation populaire « Barricade » à Liège (appelé « éducation permanente » en Belgique).

Depuis 2010, il écrit pour deux journaux belges Imagine demain le monde (écologie) et Kairos (antiproductivisme).

Il a participé aux réflexions du GIRAF (Groupe Interdisciplinaire de Recherche en Agroécologie du FNRS). Depuis 2013, il est membre de l’Institut Momentum (Paris) et depuis 2015, de l’Association Adrastia.

Aujourd’hui indépendant, il écrit des articles et des livres et donne des conférences et des formations