50% des espèces d’oiseaux les plus répandues de Wallonie sont en déclin, s’inquiète Natagora

Plus de 50% des espèces d’oiseaux les plus répandues de Wallonie sont en déclin, avertit jeudi l’association de défense de la Nature, Natagora, dans un rapport qui sera prochainement publié. « L’état des lieux de nos oiseaux les plus communs est loin d’être réjouissant », s’alarme l’organisation.

b0cee971ed9f14b44a3124906201db6f-1525420634

50% des espèces d’oiseaux les plus répandues de Wallonie sont en déclin, s’inquiète Natagora – © bearacreative – Getty Images/iStockphoto

Ainsi, sur les 81 espèces les plus communes observées par l’organisation, 41 sont en recul (51%), contre 21 en augmentation (26%). « En moyenne, les effectifs toutes espèces confondues décroissent de 1% par an depuis 28 ans et cette diminution s’accélère depuis 10 ans », note Natagora.

Parmi elles, les diminutions les plus prononcées sont constatées au niveau des espèces des milieux agricoles, avec 65% d’espèces en recul. En particulier les espèces nichant au sol dans les cultures. « Le recours aux produits phytosanitaires, les modifications des pratiques et globalement l’intensification de l’agriculture semblent principalement responsables de la situation », pointe Natagora.

Espèces forestières et agricoles

Pour les 22 espèces forestières concernées par l’échantillonnage, la situation est en moyenne bien moins préoccupante que pour les espèces agricoles, selon l’association. Sur les 22 espèces, 50% sont en déclin.

Enfin, 45% des espèces dites « généralistes » sont en recul, selon les chiffres de Natagora.

« Ce qui rend le constat actuel défavorable pour la Wallonie est la convergence des tendances négatives pour les espèces des milieux agricoles, l’accélération du phénomène de déclin et la comparaison peu avantageuse avec les moyennes européennes. Or, les changements affectant la disponibilité en habitats semblent prépondérants pour expliquer l’évolution en cours. Cela signifie aussi que des leviers pour changer les trajectoires de certaines populations ou certains indicateurs sont à la disposition des acteurs du territoire: il reste à les mettre en pratique de la manière la plus efficace possible », souligne Antoine Derouaux, ornithologue chez Natagora.

Le réchauffement climatique est considéré par l’association comme « un facteur majeur contribuant au déclin global des effectifs d’oiseaux communs en Wallonie ».

Les observations sont effectuées depuis 1990 et 51.661 relevés de cinq minutes ont été effectués jusque 2017.

Article original à lire sur Vivre Ici.

Source : RTBF.BE / VIVACITE – 4 mai 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s