Chaque année, le nombre d’abeilles dans nos jardins diminue dangereusement

Ci-dessous une article publié dans l’édition du « Vivre à Comines-Warneton » de juillet-août 2018.

vivreacomines-juillet-aout-2018

Remarques des Amis de Warneton

La publication de tels articles visant à sensibiliser les lecteurs sur la disparition des abeilles est bien entendu positif  même si l’utilisation des mots « dans nos jardins » dans le titre nous semble très réducteur dans le sens où il peut donner l’impression que ce problème ne se limite qu’à nos jardins.
Nous regrettons en effet que les responsables de cette hécatombe, le glyphosate et autres pesticides utilisés par les agriculteurs,  ne soient pas mentionnés dans cet article.

DSC05719

L’agriculture industrielle, destructrice de la biodiversité… (Photo : Patrick M.)

Dans notre région, CL Warneton favorise la culture intensive des pommes de terres qui nécessite énormément de pulvérisations de produits phytosanitaires sur des surfaces très importantes et avec des cycles plus courts tous les deux ou trois ans.
Quant au projet de plateforme portuaire au Pont-Rouge, une mention dans l’étude d’incidence du SPW fait état d’une diminution de la qualité de l’air à Comines-Warneton…

Nous regrettons aussi qu’il n’y ait pas un mot sur les apiculteurs de Comines-Warneton qui ont perdu de nombreuses ruches à la sortie de l’hiver dernier… Nous avons en effet appris que deux d’entre eux ont perdu cinq ruches et un autre la totalité de ses ruches… Il doit en être de même pour les autres…  Ce constat est le signe que la disparition des abeilles est un problème extrêmement grave.

Enfin, la lecture de cet article donne l’impression que la majorité Action-PS est sensible à la protection de la biodiversité alors qu’en réalité, elle ne fait que contribuer à sa destruction.

Exemples:
– Multiplicité des projets d’urbanisation et d’artificialisation des sols par la création de nouveaux zonings et de projets immobiliers (dont certains sur des zones inondables) qui font disparaître de nombreuses plantes mellifères,
Notre bourgmestre f. f. a déclaré qu’elle ne pouvait dire non au projet de plateforme portuaire au Pont-Rouge (bétonnage d’1,5 hectare de zone inondable à la biodiversité très riche)
– Abattages d’arbres répétés (Cité terrienne à Ploegsteert et chaussée d’Ypres à Warneton),
– Octroi de permis d’agrandissement d’une porcherie comme chez Taveirne à Ploegsteert qui a émis le plus d’ammoniac en Belgique en 2015 (105 tonnes)….
– etc…

Nous pensons qu’il était nécessaire d’apporter les précisions ci-dessus en espérant qu’elles permettront aux lecteurs d’avoir une meilleure compréhension du problème qui,  selon de nombreux scientifiques, est d’une extrême gravité.

Articles connexes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s