Terres agricoles : peut-on mettre fin au grignotage belge ?

Par Aude Deraedt

Des « verrous réglementaires ». C’est ce qu’a promis Emmanuel Macron, à la veille du Salon de l’agriculture en début de mois. L’annonce du président de la République vise à freiner l’augmentation du rachat de terres agricoles par des sociétés étrangères. Une situation qui, bien que naissante, concerne encore peu le Nord – Pas-de-Calais, plus touché par la sous-location de terres agricoles, notamment par les Belges. Une pratique illégale en plein essor.

DSC04842

Tracteur de pommes de terre cultivées dans le Nord de la France traversant le centre de Warneton. Au moment de la récolte des pommes de terres cet agriculteur établi dans notre  région transporte ainsi une centaine de remorques à 3 essieux remplies de pommes de terre comme sur cette photo….

Quand sonne l’heure de la récolte, le bal commence. « Un bal de plaques rouges », qu’observe « depuis une dizaine d’années » Jean-Luc Bardel, agriculteur à Éringhem, en Flandres. Celles des tracteurs et des camions belges, qui arrivent en masse dès l’été pour récolter les pommes de terre, puis les choux de Bruxelles, semés par leurs soins sur les terres agricoles nordistes.

tracteurs-choux-de-bruxelles-rue-d-ypres-02

Tracteur de choux de Bruxelles cultivées dans le Nord de la France traversant le centre de Warneton.

« Le phénomène a démarré sur le littoral, observe ce paysan bio, locataire de trois hectares. Aujourd’hui, ça s’étend à l’ensemble de la région. » Ce qu’il évoque, c’est la sous-location des terres agricoles. Une pratique illégale qui se fait dans le dos des propriétaires, déguisée, la plupart du temps, en prestation de travaux. La proximité de la frontière aidant, cette pratique s’accroît dans le Nord et le Pas-de-Calais. Au point de museler certains producteurs. En particulier dans les Flandres.

Difficile, pour autant, de chiffrer l’ampleur du phénomène. Jean-Bernard Bayard, président de la chambre d’agriculture du Nord – Pas-de-Calais, affirme n’avoir « aucune connaissance des surfaces concernées par la sous-location« . Selon Antoine Jean, porte-parole de la Confédération paysanne du Nord – Pas-de-Calais, « plusieurs milliers d’hectares » seraient concernés. Jean-Christophe Rufin, premier vice-président de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) du Nord, confirme cette fourchette.

Essor de l’agro-industrie belge

Pourquoi une telle ruée ? L’expansion du marché de la pomme de terre de l’autre côté de la frontière n’y est pas étrangère. « En 2010, l’industrie de la transformation de pommes de terre était d’environ 800.000 tonnes dans le Nord – Pas-de-Calais comme en Belgique« , précise le représentant de la FDSEA. Aujourd’hui, il est d’environ 600.000 tonnes dans la région (chiffres de France Agrimer), contre 4,75 millions de tonnes en Belgique (selon Belgapom, l’organisation professionnelle qui défend les intérêts des négociants en pommes de terre).

En parallèle, les agriculteurs belges connaissent les mêmes difficultés d’accès à la terre que dans la région, où 900 hectares agricoles sont grignotés chaque année par l’urbanisation. Mais à des prix souvent plus élevés que ceux pratiqués sur le territoire régional.

Selon les estimations des syndicats, certains seraient prêts à payer entre 1.500 € et 2.000 € l’hectare en sous-location, quand le prix de la location, fixé par arrêté préfectoral, ne dépasse pas les 200 € l’hectare.

Lire la suite de l’article

Source : LA VOIX DU NORD – 23 mars 2018

__________________

Notes :

  1. La section transformation du conseil d’administration de Belgapom est représentée par Jan Clarebout, Yves De Vinck, Dirk Desloovere, Wim Lannoey, Carlo Mylle et Hannelore Raes.  Marc Van Herreweghe, président général de l’assemblée générale de Belgapom, est le directeur général de Mydibel à Mouscron, il est également président du bureau de la section transformation chez Belgapom depuis le début de l’année..
  2. Les SAFER (sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural) sont des organismes publics qui contrôlent le rachat et la location des terres agricoles.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s