24/08/2018 – CL Warneton déverse des effluents industriels polluants dans la Lys

24 août 2018 (9h54) – Rejets d’effluents industriels polluants dans la Lys (24/08/2018 à 9h54) via un tuyau de rejet des eaux pluviales repéré « R2 » situé entre le bassin aérobie n°2 et le supercongélateur sur le plan de l’usine Clarebout …

clarebout-warneton-situation-rejet-effluents-industriels

Source : demande de permis unique de 2012

Concernant la pollution de la Lys par CL Warneton, un laboratoire homologué par les autorités françaises ont fait des prélèvements de l’eau de la Lys en juin 2018.

Les résultats sont catastrophiques et font état d’énormes différences entre janvier et juin 2018. Un simple exemple : la DCO (Demande Chimique d’Oxygène) l’un des paramètres de la qualité de l’eau, passe de 30 à 148 mg/l. Les autres indicteurs sont du même acabit!

Remarques des Amis de Warneton

Pour mémoire la capacité de traitement des eaux industrielles de cette station d’épuration est, selon le permis unique (permis d’exploitation) de 2012, de 200.000 EH (équivalents-habitants). Autrement dit, cette installation pourrait traiter les eaux usées d’une ville comme Charleroi…
Il bon aussi de rappeler que cette capacité de 200.000 EH correspond à une production journalière autorisée par le permis unique de 2012 de 1.140 tonnes / jour…
On n’est donc tenté de penser que si cette STEP ne parvient pas à traiter les effluents provenant de la production, c’est que la production journalière de cette entreprise dépasse les 1.140T/j…

L’usine Clarebout dit avoir des contrôles, mais des analyses ont été faites par un laboratoire reconnu et voici ce que cela révèle :

Les normes Analyse du 15/1/2018 Analyse du 06/06/2018
DCO1
100mg/l
30 148
MES2
35mg/l
3 91
Azote NTK3
10mg/l
2,27 5,13
Phosphore p T4
1mg/l
2,23 12,1

Notes :

1. DCO : Demande Chimique en Oxygène – Elle s’exprime en milligramme par litre (mg/l) d’oxygène et correspond effectivement à la quantité d’oxygène nécessaire pour oxyder dans des conditions opératoires définies, les matières organiques présentes dans un échantillon donné.
L’oxydation est réalisée ici par un réactif ayant un pouvoir d’oxydation puissant (le permanganate de potassium à chaud en milieu acide).
La quantité de réactif consommé pour l’oxydation des matières organiques présentes, rapportée en mg/l d’oxygène, correspond à la DCO.
2. MES : Matières en Suspension Totale – La teneur et la composition minérale ou organique des matières en suspension dans les eaux sont très variables. Cependant des teneurs élevées en MEST peuvent empêcher la pénétration de la lumière, diminuer l’oxygène dissous et limiter alors le développement de la vie aquatique et créer des déséquilibres entre diverses espèces.
Elles peuvent être responsables de l’asphyxie des poissons par colmatage des branchies.
Elles peuvent aussi interférer sur la qualité d’une eau par des phénomènes d’adsorption notamment de certains éléments toxiques, et de ce fait être une voie de pénétration de toxiques plus ou moins concentrés dans l’organisme.
Ainsi on comprend mieux pourquoi les MEST rentrent systématiquement en compte dans un bilan de pollution.
Ces analyses des MEST permettent donc de connaître la quantité de matière non dissoutes, quelles soient organiques ou minérales, présentes dans un échantillon.
Cette analyse consiste à faire passer sur une membrane filtrante qui aura été préalablement pesée P1, une quantité connue d’effluent à analyser.
Après passage à l’étuve à 110°C, la membrane est à nouveau pesée P2. La différence entre P2 et P1 représentera la quantité de matières retenues sur la membrane filtrante, puis séchée lors du séjour en étuve ; se sont les MEST, elles s’expriment en mg/l.
Sur une eau domestique, les teneurs de matières en suspension sont normalement de 200 mg/l.

3. Azote NTK ou azote Kjeldhal (NK) – Du nom du chimiste ayant proposé la méthode de dosage, NK représente la somme de l’azote organique et de l’azote ammoniacal. On le mesure par dosage de l’azote sous ammoniacal après minéralisation de l’azote organique (alors transformé en azote ammoniacal) par ébullition en milieu acide. Le résultat du dosage est exprimé en mg d’azote par litre.

4. Phosphore p T : est composé de phosphore organique, résidu de matière vivante et de phosphore minéral, essentiellement constitués de phosphates (PO4)
PT = Porganique + Pminéral

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.