Deux jours après la marche pour le climat, la Belgique se dissocie des ambitions européennes

Par Michel De Muelenaere

La marche pour le climat n’y change rien. La Belgique refuse les objectifs européens en matière d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables.

Il est des coïncidences et des contradictions qu’il est plus difficile à assumer que d’autres. Dimanche, une grande marche pour le climat qui a réuni de 65.000 à 75.000 personnes dans les rues de Bruxelles. Le soir même, le Premier ministre Charles Michel (MR) se réjouissait de cette mobilisation et promettait que la Belgique soutiendrait des « objectifs ambitieux ». La ministre du Climat, Marie-Christine Marghem (MR) lançait le même message.

Mais, patatras, ce mardi matin, lors du conseil des ministres européens, la Belgique a voté contre une proposition de directive sur l’efficacité énergétique et s’est abstenue lors du vote sur une directive concernant les énergies renouvelables.

Détail piquant, lors des négociations, notre ambassadeur auprès de l’Union européenne avait reçu pour mandat de rechercher « une minorité de blocage » afin d’empêcher le vote de la directive sur l’efficacité énergétique. Las, seule la Tchéquie a finalement suivi notre pays dans son opposition. Le texte prévoit d’améliorer l’efficacité énergétique des pays de l’Union de 32,5 % d’ici 2030. L’exposé des motifs de la directive explique que « l’accroissement de l’efficacité énergétique sera bénéfique pour l’environnement, réduira les émissions de gaz à effet de serre, améliorera la sécurité énergétique, diminuera les coûts énergétiques des ménages et des entreprises, aidera à réduire la précarité énergétique et contribuera à la croissance et à la création d’emplois ». Manifestement nos autorités ne partagent pas ce point de vue.

La Flandre, vent debout

Des sources concordantes proches du dossier, confirment que le vote contre la directive sur l’efficacité énergétique a été posé en raison d’une opposition très radicale du représentant de la Flandre au texte européen. Lors d’une réunion de coordination belgo-belge, à la fin du mois de juin, un conseiller du cabinet de Liesbeth Homans (vice-présidente flamande) a tout simplement menacé de bloquer d’autres dossiers européens relatifs au climat si la Flandre n’obtenait pas satisfaction sur ce point. Bruxelles était favorable à la directive. La Wallonie défendait plutôt une abstention. Sur la directive renouvelable, alors que Bruxelles et la Wallonie voulaient que la Belgique approuve le texte, la Flandre demandait qu’elle s’abstienne. Or, on sait que lorsqu’il y a divergence interne entre les entités belges, notre pays s’abstient lors du vote européen.

Lire la suite de l’article

Source : LESOIR.BE – 4 décembre 2018

Articles connexes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.