Achat d’un appareil de mesure de la qualité de l’air de Warneton. Appel à contribution

Warneton, le 2 juin 2017 (m. à j. : 28/06/2017 à 17h01)

Chers Amis de Warneton,

Sans avoir fait de hautes études chacun de nous sait que l’oxyde de carbone (CO), le dioxyde d’azote (NO2), le dioxyde soufre (SO2) et les particules fines agressent nos voies respiratoires (asthme, bronchite chronique, allergies, tumeur,…) et pénètrent dans notre système circulatoire pour y poursuivre leur action pathogène.

Il ne s’agit pas d’effets suffocants brutaux mais d’un empoisonnement sournois, lent et progressif. Les jeunes enfants et les personnes âgées sont plus sensibles à ces agressions.

Chacun de nous sait aussi que les moteurs diesel et plus particulièrement ceux des engins agricoles produisent ces gaz et ces particules. Voir quelques exemples dans l’extrait de la vidéo ci-dessous.

Combien de camions et d’engins agricoles parcourent chaque jour les rues de notre petite ville pour aller chez Clarebout ou en revenir, pour aller en France ou en venant de France ?

Une étude récente a montré que les riverains des boulevards périphériques des grandes villes ont trois fois plus de risque de développer un cancer que ceux qui en sont éloignés.

A cela viennent d’ajouter les rejets gazeux et particulaires de l’usine Clarebout elle-même.
Les odeurs perceptibles selon le caprice des vents sont produites par des gaz (hydrocarbures aromatiques polycycliques) et par des particules graisseuses.

La nouvelle cheminée de 60m de haut et l’incinérateur installés fin 2016 début 2017 devaient être la solution aux nuisances olfactives (promesse faite par la Sté Olfascan lors de la réunion Odometric du 23 juin 2016 à la Rotonde à Warneton).
A ce jour, force est de constater que non seulement les mauvaises odeurs persistent mais que celles-ci sont depuis « enrichies » depuis l’installation du système de post-combustion avec de l’oxyde d’azote (NOx) et de dioxyde de soufre (SO2)…

Et ce n’est pas tout ! Les remorques qui transportent des pommes de terre et, en retour, la terre provenant du lavage de celles-ci rejettent des poussières dans les rues de notre ville. Elles contiennent des pesticides, des insecticides et des fongicides. Et nous les respirons…

Que pouvons nous faire ?

Alerter les autorités ? Depuis plus d’un an notre association le fait, sans répit et… sans réponse des autorités qu’elle a sollicitées.

Nous pensons qu’il faut maintenant apporter des preuves tangibles aux discours alarmistes que nous publions.

Nous avons appris qu’un laboratoire de fabrication (FABLAB) de Barcelone avait développé un capteur capable d’analyser la qualité de l’air, le Smart Citizen Kit. Déjà expérimenté à Bruxelles (greenfab.brussels), il est en vente au prix de 225€ HT (frais d’envoi inclus) à quoi il faut ajouter 21% de TVA, soit 272,25€ TTC.

smart-citizen-kit-03

Le Smart Citizen Kit v. 1.5 disponible en juillet 2017. Montant TTC : 272,25€ frais d’envoi inclus.

Il est possible de se cotiser pour en acquérir un exemplaire et, ce, à partir de 5€.
Nous avons peu de moyens mais ne dit-on pas que « l’Union fait la Force ».

Si vous souhaitez nous aider, merci d’avance de bien vouloir remplir le formulaire ci-dessous. Nous vous enverrons notre IBAN par retour de courriel.

Depuis le 25 mai notre association a récolté 330 € et une promesse de don pour un montant total de 10€. Un grand merci aux donateurs. A vous de jouer maintenant ! 😉

dons-recus-sck-20170627

Un petit d’histoire…

  • Courant 2016 – Nous apprenons que deux médecins de Warneton (souhaitant rester anonymes) ont constaté que le nombre de maladies pulmonaires était en augmentation à Warneton et qu’ils s’interrogeaient si la pollution de l’air en était la cause…
  • 7 novembre 2016 – Nous avons écrit à l’AWAC (Agence de l’air et du climat) qui nous a répondu qu’elle ne pouvait rien faire et que nous devions nous adresser au SPW Département de la Police et des Contrôles à Mons (Police de l’environnement), ce que nous avons fait sans tarder. (dont copie à notre bourgmestre f. f.)
  • 25 novembre 2016 – Nous téléphonons à la Police de l’environnement. Notre interlocuteur nous répond que la pose de capteur de mesure pour analyser l’air est possible. Nous confirmons notre demande par courrier. (dont copie à notre bourgmestre f. f.)
  • 12 février 2017 – Sans nouvelles de la Police de l’environnement nous écrivons au ministre de l’Environnement, M. Carlo Di Antonio.
  • 16 février 2017 – Son cabinet nous informe que le ministre a sollicité un rapport à son administration et qu’il reviendrait vers nous dans les meilleurs délais.

Depuis, plus rien…

Face à cette inertie, nous avons pris l’initiative de lancer cette action citoyenne pour acquérir un capteur « Smart Citizen Kit ».

En savoir plus sur la pollution de l’air que nous respirons

Suivre ce lien : https://amisdewarneton.org/category/pollution-de-lair/