Ces Flamands qui investissent en Wallonie

Si les touristes flamands apprécient le sud du pays, les entrepreneurs du nord sont, eux aussi, sensibles à ses charmes. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à investir en terres wallonnes, dans les secteurs les plus divers. Certains sont attirés par l’espace disponible, d’autres par des entreprises qui présentent du potentiel de croissance. Et tous semblent y trouver leur bonheur.

Avec l’entrée au capital de Pairi Daiza et Mithra Pharmaceuticals, mais aussi avec l’acquisition de Durbuy Adventure, Marc Coucke a réalisé une entrée en fanfare dans le paysage économique wallon. Non sans faire grincer quelques dents, notamment dans la plus petite ville du monde, même si l’investisseur flamand a été bien accueilli dans le sud du pays. Il faut dire que rien qu’à Durbuy, il compte investir une centaine de millions d’euros d’ici à 2020. Ce qui ne peut que contenter nombre d’entreprises locales.
Les projets très médiatisés du milliardaire sont loin d’être les seuls menés par des entrepreneurs et investisseurs flamands en Wallonie. Si ces derniers ont plutôt tendance à délaisser les anciens bassins historiques de Liège et Charleroi, ils ne sont pas, pour autant, réticents à investir dans des activités industrielles comme en témoignent, par exemple, la reprise en 2006 de la brasserie d’Achouffe par Duvel Moortgat, et en 2008 des Fonderies Lecomte à Andenne. Citons encore le rachat de l’armurier liégeois Lebeau- Courally par l’entrepreneur flamand Joris Ide ou plus récemment encore, en 2014, celui de la société Sprimoglass, localisée à Sprimont, par Frédéric De Gucht, le fils de l’ancien commissaire européen.

Lire la suite