Vers des dérogations pour que certains agriculteurs empruntent le pont frontière ?

WARNETON – Au conseil municipal, mardi, une discussion s’est engagée entre les élus concernant le passage du pont frontière interdit aux plus de 3,5 tonnes depuis fin 2016.

circulation-warneton-panneau-3-5t-20161021-1

Les agriculteurs warnetonnois ne sont pas contents. Ils doivent faire, pour la plupart, un détour d’environ vingt kilomètres aller-retour par le pont du Badou à Houplines pour rejoindre la Belgique. Pourtant, leurs exploitations ne sont situées qu’à quelques centaines de mètres de la frontière. Mais voilà, ils n’ont plus le droit d’emprunter le pont frontière !…

Lire la suite de l’article : LA VOIX DU NORD – 20 septembre 2017

Camions et tracteurs déviés sur la N58

93c82e54-455a-43cb-912a-f98c027a601a_original

A Warneton, des panneaux interdisent le passage du pont aux plus de 3,5 T. Une interdiction peu respectée… des dispositions légales ont été prises.

En apéro, les élus ont absorbé une portion de frites avec les soucis de la mobilité. Le plat de consistance, un méga congélateur, mijote.

Lundi, durant deux heures, la séance du conseil a abordé une vingtaine de points.
La mobilité a occupé une bonne part des débats. Les élus ont voté un règlement complémentaire de police instaurant la limitation à 3,5 T, rue Pierre De Simpel à Warneton, soit le passage du front-frontière.
La décision n’est pas nouvelle, des panneaux ont déjà été installés, mais ils semaient le doute dans !’esprit des camionneurs qui les découvraient une fois le pont franchi.
Au nom du MR, Alice Leeuwerck a demandé quelques précisions. Réponse de la bourgmestre, Marie-Eve Desbuquoit : le travail se fait en collaboration avec les communes françaises voisines; un panneau de pré-signalisation sera placé au rond-point du magasin Match, à Deûlémont. « Pour, l’heure, même s’il y a eu des contrôles, la police n’a pas verbalisé car nous attendions l’adoption d’un arrêté royal et la pose de la pré-signalisation.  »
Le dossier avance aussi du côté de la mise à 9o km/h de la N58. « Une réunion importante est prévue ce vendredi, avec signature d’un protocole avec le SPW. Attendons qu’il soit signé… » (…)

Lire la suite

WARNETON (B) – Pont-frontière: le président Lecerf se saisit du dossier

La Voix du Nord du 1er/11/2016 – L’interdiction de circulation des véhicules de plus de 3,5 tonnes rue Pierre-De-Simpel, à Warneton (B), et de facto, sur le pont-frontière, prend de l’ampleur ( lire nos précédentes éditions). Jean-René Lecerf, président du conseil départemental du Nord, a en effet donné son avis sur ce dossier en confirmant ce que disait déjà la bourgmestre de Comines-Warneton (B) dans nos colonnes : avant la Belgique, sur le sol français, « les routes concernées sont gérées par le conseil départemental du Nord » .
Le président du Département estime donc que pour alerter les plus de 3,5 tonnes avant le pont-frontière, « mieux vaudrait signaler dès le rond-point de Match l’interdiction et orienter vers la voie express » .
Et le président Lecerf conseille à la bourgmestre de lui adresser un courrier pour en faire la demande. Après lecture de La Voix du Nord, dans laquelle le maire de Deûlémont indiquait qu’il fallait maintenir le trafic des poids lourds pour l’entreprise Flandria de Warneton, le président Lecerf rassure, « la desserte des entreprises locales peut être maintenue, même si le passage tout venant des poids lourds est interdit ». Bon, ben, il ne reste plus maintenant qu’à concrétiser tout ça sur le terrain.

10/08/2016 – Désherbage du pont de Warneton…

pont-warneton-nettoyage-mauvaises-herbes-20160810-01
Photo : B. C.

Il est 14h15, l’ouvrier de la région wallonne vient de partir. Le pont est complètement désherbé. Ce nettoyage permet de mieux se rendre compte des dégradations causées par la rouille sur les parties inférieures des super-structures du pont. En nettoyant, certaines parties fortement fragilisées par l’oxydation sont tombées.
Nous espérons que ce technicien en a profité pour faire un état des lieux et informer sa hiérarchie…

Source : Google+

Le très mauvais état du pavage du tablier du pont de Warneton

8/08/2016 – Cette courte vidéo (filmée à ±30cm du sol) met en évidence le très mauvais état du pavage du tablier du pont. A cause de la circulation incessante des poids lourds et du charroi agricole les pavés se déchaussent un peu partout, des nids de poules se forment, des pavés manquent ici et là créant des trous sur la chaussée,… A vous de juger. 😉
 

Source : Google+

Le très mauvais état du pavage du tablier du pont de Warneton

8/08/2016 – Ces 8 photos mettent en évidence le très mauvais état du pavage du tablier du pont de Warneton. Le trafic intense des poids lourds et des tracteurs avec remorques lourdement chargées passant par le pont provoque le déchaussement des pavés, la formation de nids de poules, la disparition de pavés créant des trous sur la chaussée,… C’est triste à dire mais ce pont reflète l’image de notre « belle Wallonie »…. A vous de juger.

Autres photos montrant le mauvais état du pont de Warneton

9/07/2016 – Autres photos Pont de Warneton montrant son mauvais état. Lire le commentaire ci-dessous pour connaître la politique de la région wallonne concernant la gestion la maintenance des ouvrages d’art dont le pont de Warneton fait partie.

Courte vidéo mettant en évidence la corrosion avancée de certaines suspentes (pylones):

 

A propos de la gestion Gestion & Maintenance des ouvrages d’art (des ponts) de la Région wallonne (MET)

[Extrait…] Quel est le but de la gestion des ouvrages d’art ? Elle vise à préserver le patrimoine de façon optimale, à le maintenir dans un état de service correct et à éviter des dommages à des tiers – pour lesquels le maître de l’ouvrage pourrait être tenu civilement responsable.
(…) Outre les contrôles et les inspections, la gestion des ouvrages comprend l’entretien et la réparation. L’entretien a un caractère préventif tandis que la réparation a un caractère thérapeutique. Chaque réparation est traitée comme un cas particulier mais les opérations suivent un même ordre chronologique :
– constatation et appréciation des défauts ;
– mesures immédiates (jusqu’à l’interdiction de passage) ;
– détermination des causes des dégradations ;
– étude des travaux de réparation (ou de remplacement) à effectuer ;
– estimation des coûts et financements de la réparation ou du remplacement ;
– exécution et contrôle de la réparation ou du remplacement ;
-contrôle du comportement ultérieur de la réparation.

La surveillance régulière et systématique des ouvrages permet de prendre à temps les mesures nécessaires, et donc de réduire les frais des travaux destinés à les maintenir en bon état et à préserver la sécurité des usagers. Par ailleurs, de nombreuses leçons sont tirées grâce aux renseignements glanés lors de ces opérations : d’une part, des leçons de remédiation et, d’autre part, des leçons de conception. Il s’agit, par exemple, d’éliminer les causes des défauts constatés ou de faciliter l’accessibilité des diverses parties de l’ouvrage….

Source : M.E.T.