Recalibrage de la Lys mitoyenne – Enquête publique du 15/10 au 16/11/2018

Mis à jour le 23 octobre 2018

DSC06007

Photo : ©Patrick Maton

La préfecture du Nord, direction des relations avec les collectivités locales, vient de publier un avis d’enquête publique concernant le recalibrage de la Lys mitoyenne.

On y apprend que le projet, qui est porté par les Voies Navigables de France (VNF), se traduit par une augmentation du gabarit de la voie, par des travaux d’élargissement et d’approfondissement de la Lys, sur un tronçon de 15,5 km. Soit la section entre Deûlémont, depuis la confluence Deûle/Lys et Halluin/Menin. La Lys y est mitoyenne, avec un tronçon wallon et un tronçon flamand. Les travaux sont présentés comme un maillon central de la liaison fluviale européenne Seine-Escaut. Après cet important recalibrage, la voie d’eau pourra accueillir des bateaux d’un tonnage entre 3.200 tonnes et 6.000 tonnes, contre 1.500 tonnes actuellement.

L’enquête court du lundi 15 octobre au vendredi 16 novembre inclus. Le commissaire-enquêteur Dominique Boidin se tient à la disposition du public dans les mairies de
Comines France (lundi 15 octobre, de 14 à 17h30; le vendredi 16 novembre; de 14 à 17h30);
Halluin (le jeudi 18 octobre, de 8h30 à 12 h et le mercredi 31 octobre, de 13h30 à 18h00);
Deûlémont (samedi 10 novembre, de 8h30 à 11h30) et
Bousbecque (samedi 27 octobre, de 8h30 à 12h00.).

Petit à petit, le projet Seine-Escaut se met en place. Il ne reste plus qu’à attendre que la Wallonie se décide à entamer les travaux liés au méandre de la Lys, à hauteur de Comines.

Marie-France Philippo

Source : L’AVENIR – 13 octobre 2018

dsc06006.jpg

Pour plus d’informations, vous trouverez ci-dessous les liens de téléchargement des quatre dossiers d’enquête relatifs au projet de recalibrage de la Lys mitoyenne présenté par les Voies Navigables de France :

01 – Demande d’autorisation unique

02 – Dossier de Déclaration d’utilité publique

03 – Dossier de Mise en compatibilité du document d’urbanisme

04 – Dossier d’Enquête Parcellaire

Les observations et propositions pourront également être adressées, pendant toute la durée de l’enquête publique, par courriel à l’adresse e-mail :
pref-drct-enquetespubliques@nord.gouv.fr
ou par courrier postal à l’adresse suivante :
« Mairie de Comines – A l’attention de Monsieur le Commissaire enquêteur – Recalibrage de la Lys mitoyenne – Hôtel de Ville – Grand Place – 59559 COMINES (F)

Remarques des Amis de Warneton

Les boues de dragage seront déposées sur le terrain de dépôt TD22 (voir ci-dessous) d’une superficie de 8 hectares. Selon les Voies Navigables de France (VNF), les 198.000 m3 de boues qui vont être déposées à cet endroit fera élever le niveau du sol de ±2,4 mètres!!!

Terrain de dépôt (TD) n°22 de Warneton France – Superficie : 8ha – Volume du dépôt : 198.000m3

Dans l’article intitulé « Des boues de dragage à la frontière ? » publié dans  L’Avenir du 1er octobre 2016 nous lisons :
Un dépôt de boues est prévu sur l’îlot entre la nouvelle Lys et le cours historique. Les 8 hectares sont actuellement cultivés en pré de fauche. (…)
Le terrain est situé sur le territoire français, car les frontières respectent le tracé de la Lys de 1713, année de signature du traité d’Utrecht. (…)
Lors du conseil communal du 19 septembre 2016, Philippe Mouton a interpellé Marie-Eve Desbuquoit sur la question. Elle a confirmé qu’elle avait bien été conviée à une réunion sur le sujet, mais qu’aucune information précise ne lui avait été communiquée.
« Ce plateau bocager cultivé depuis plus de 20 ans est quasiment intact en ce qui concerne la pollution par les métaux lourds« , a argumenté l’élu écologiste. « Les terres qui constituent cet îlot proviennent non pas du dragage des cours d’eau, mais du creusement de la nouvelle Lys dans des terres saines. »
L’îlot de Warneton, situé sur le territoire français, est né de la rectification de la Lys.

Articles connexes

CL Warneton – Encore des rejets polluants dans la Lys les 15 et 23 août 2018

Au lieu d’être claire comme de l’eau du robinet, les effluents industriels rejetés dans la Lys sont troubles, donc chargés de particules organiques.
Cette anomalie est l’indication que la station d’épuration (STEP) est mal « réglée » et qu’elle ne fonctionne pas correctement…
Il est très probable que pour éviter le débordement d’un des bassins aérobies de la STEP l’opérateur de service a ouvert une vanne, ce qui explique le débit anormalement élevé de ce déversement sauvage dans la Lys….

Dates d’enregistrement des vidéos :
1) 15 août 2018 à 10h30
2) 23 août 2018 à 10h00

Pour mémoire la capacité de traitement des eaux industrielles de cette station d’épuration est, selon le permis unique (permis d’exploitation) de 2012, de 200.000 EH (équivalents-habitants). Autrement dit, cette installation pourrait traiter les eaux usées d’une ville comme Charleroi…
Il bon aussi de rappeler que cette capacité de 200.000 EH correspond à une production journalière autorisée par le permis unique de 2012 de 1.140 tonnes / jour…
On n’est donc tenté de penser que si cette STEP ne parvient pas à traiter les effluents provenant de la production, c’est que la production journalière de cette entreprise dépasse les 1.140T/j…

Remarques des Amis de Warneton

L’usine Clarebout dit avoir des contrôles, mais des analyses ont été faites par un laboratoire reconnu et voici ce que cela révèle :

Les normes Analyse du 15/1/2018 Analyse du 06/06/2018
DCO
100mg/l
30 148
MES
35mg/l
3 91
Azote NTK
10mg/l
2,27 5,13
Phosphore p T
1mg/l
2,23 12,1

Notes

DCO : Demande Chimique en Oxygène: Elle s’exprime en milligramme par litre (mg/l) d’oxygène et correspond effectivement à la quantité d’oxygène nécessaire pour oxyder dans des conditions opératoires définies, les matières organiques présentes dans un échantillon donné.
L’oxydation est réalisée ici par un réactif ayant un pouvoir d’oxydation puissant (le permanganate de potassium à chaud en milieu acide).
La quantité de réactif consommé pour l’oxydation des matières organiques présentes, rapportée en mg/l d’oxygène, correspond à la DCO.

MES : Matières en Suspension Totale – La teneur et la composition minérale ou organique des matières en suspension dans les eaux sont très variables. Cependant des teneurs élevées en MEST peuvent empêcher la pénétration de la lumière, diminuer l’oxygène dissous et limiter alors le développement de la vie aquatique et créer des déséquilibres entre diverses espèces.
Elles peuvent être responsables de l’asphyxie des poissons par colmatage des branchies.
Elles peuvent aussi interférer sur la qualité d’une eau par des phénomènes d’adsorption notamment de certains éléments toxiques, et de ce fait être une voie de pénétration de toxiques plus ou moins concentrés dans l’organisme.
Ainsi on comprend mieux pourquoi les MEST rentrent systématiquement en compte dans un bilan de pollution.
Ces analyses des MEST permettent donc de connaître la quantité de matière non dissoutes, quelles soient organiques ou minérales, présentes dans un échantillon.
Cette analyse consiste à faire passer sur une membrane filtrante qui aura été préalablement pesée P1, une quantité connue d’effluent à analyser.
Après passage à l’étuve à 110°C, la membrane est à nouveau pesée P2. La différence entre P2 et P1 représentera la quantité de matières retenues sur la membrane filtrante, puis séchée lors du séjour en étuve ; se sont les MEST, elles s’expriment en mg/l.
Sur une eau domestique, les teneurs de matières en suspension sont normalement de 200 mg/l.

Azote NTK ou azote Kjeldhal (NK) – Du nom du chimiste ayant proposé la méthode de dosage, NK représente la somme de l’azote organique et de l’azote ammoniacal. On le mesure par dosage de l’azote sous ammoniacal après minéralisation de l’azote organique (alors transformé en azote ammoniacal) par ébullition en milieu acide. Le résultat du dosage est exprimé en mg d’azote par litre.

Phosphore p T : est composé de phosphore organique, résidu de matière vivante et de phosphore minéral, essentiellement constitués de phosphates (PO4)
PT = Porganique + Pminéral

Pompages de l’eau de la Lys à Comines-Warneton

Par Philippe Mouton,
Conseiller Communal Ecolo à Comines-Warneton.

Comines-Warneton est la seule commune du Hainaut qui soit enclavée entre la France et la Flandre Occidentale. Géographiquement elle fait partie du bassin de l’Escaut, plus précisément en rive gauche de son affluent la Lys.

Bras mort de la Lys entre Warneton et Bas-Warneton – Photo: Patrick Maton (août 2017)

L’herbe des prairies est brûlée, les champs sont poussiéreux, on voit que les nappes phréatiques baissent car les eaux des mares sont basses et il n’y a presque plus de courant dans les cours d’eaux.

De nombreux agriculteurs flamands viennent s’approvisionner en eau dans la Lys en un point situé exactement à la frontière avec la ville de Wervik. Ils ont le droit de le faire à la condition d’avoir demandé une autorisation aux voies navigables.

Lire la suite

Flandre : interdiction de pomper l’eau des rivières et d’arroser en journée

Bras mort de la Lys à Bas-Warneton – Photo : Patrick Maton (août 2017)

Les provinces de Flandre occidentale et Flandre orientale ont annoncé jeudi prendre des mesures contre la sécheresse qui sévit dans la région, ont indiqué les gouverneurs Carl Decaluwé et Jan Briers par communiqués distincts. Si la première a déjà décidé, après consultation urgente, d’interdire le pompage de tous les cours d’eau non navigables dès vendredi ainsi que l’arrosage en journée, la deuxième planche actuellement sur des mesures pour limiter la consommation d’eau.

En plus d’une interdiction de pompage en Flandre occidentale, les citoyens ne sont pas autorisés à laver leur voiture et arroser leur jardin, et ce pour une durée indéterminée, pendant la journée. L’arrosage est autorisé seulement après 20h00, jusqu’à 08h00 du matin. « Pendant la journée, ça n’a pas de sens. Tout s’évapore immédiatement« , a noté le gouverneur. Les habitants sont en outre invités à ne pas gaspiller l’eau potable, le stock étant également en baisse.

Lire la suite de l’article

 

Source : RTBF.BE – 19 JUILLET 2018

Ces agriculteurs flamands qui prennent le droit de pomper l’eau de la Lys à Bas-Warneton alors que c’est interdit en Flandre

Mise à jour: 18 juillet 2018

Il y a un an notre association signalait l’existence d’un trafic incessant d’engins agricoles flamands venant pomper illégalement l’eau de la Lys à Bas-Warneton.

Cette barrière, ces deux blocs de béton installés en travers du chemin du Prieuré près du cimetière à Bas-Warneton interdisent les tracteurs d’accéder au bord de la Lys. Photo: Patrick Maton (août 2017)

Les autorités communales avaient réagi un peu tardivement, avouons-le, en installant des barrières et des blocs de béton.

L’arrivée d’une période pluvieuse avait réglée le problème et mis fin aux dégradations des berges de la Lys et du chemin de halage non conçus pour accueillir des engins agricoles pesant des dizaines de tonnes….

Nous sommes en 2018, il n’a pas plu depuis plusieurs semaines et, de nouveau, le ballet des tracteurs reprend jour après jour.

Le 9 juillet, nous avons signalé cette atteinte à l’environnement à la police de Comines-Warneton. Cette information lui a été répétée le 11 et le 13 juillet. A ce jour, rien n’a changé alors que la Bourgmestre f. f. a été informée le 12/7. Le même jour, l’administration des voies hydrauliques avouait son impuissance…

Lire la suite

Samedi 7/07/2018 – CL Warneton – Rejets d’effluents industriels polluants dans la Lys.

Les vidéos contenus dans ce montage ont été filmées entre 8h02 et 8h25 (durée : 2:56).

Anomalies constatées

– le débit est trop important à la sortie d’un des deux tuyaux, ce qui nous fait penser que CL Warneton a fait ouvrir une vanne de la station d’épuration et qu’il est en train de vider un des bassins dans la Lys (comme cela a déjà été constaté et filmé à de multiples reprises).
– Le débit n’est pas continu. Des « paquets de matière solide » (de boue ?) interrompant ponctuellemment le débit de l’eau sont rejetés par le tuyau au débit est anormalement élevé…  Pour mémoire, notre vidéo du 23/06 dernier montre que l’eau traitée rejetée dans la Lys peut être claire et, ce, avec un débit normal quand la station d’épuration fonctionne correctement…
– Les effluents rejetés dans la Lys ont tendance à mousser…

Lire la suite

1/07/2018 – Rejets d’effluents industriels polluants dans la Lys par CL Warneton

Prises de vue réalisées entre 9h55 et 10h03 au rejet R1.

Si la station d’épuration de CL Warneton fonctionnait correctement, l’eau déversé dans la Lys par le rejet R1 devrait être claire comme de l’eau du robinet, ce qui n’est malheureusement pas souvent le cas…

A noter que cette pollution se produit une quinzaine de jours après
– le contrôle multidisciplinaire non-annoncé effectué au sein de CL Warneton du 15/06/2018 et
– le rejet polluant de CL Warneton le 26/06/2018 (au rejet d’eaux pluviales R2) que nous avons signalé le jour-même par courriel à M. Malingreau, de la Police de l’Environnement de Mons (voir ci-dessous).

Lire la suite

Plateforme bimodale à Warneton: de 25 à 110 camions au quotidien

Mis à jour : 27 juin 2018

par Marie-France Philippo

77e55b59-a398-452c-aa1b-4bc43bc1f787_original

Le plan tel qu’il est présenté, avec le quai et la voirie de 620 mètres qui mène à la chaussée du Pont Rouge

La plateforme bimodale, eau et route, occupe près d’1,5 ha en bordure de Lys, près de l’entreprise Clarebout. Avec un impact réel sur la nature.

Le Service Public de Wallonie, département des voies hydrauliques de l’Escaut, a fait parvenir une demande de permis d’urbanisme au fonctionnaire délégué relative à l’aménagement d’une plateforme bimodale au Pont Rouge.

L’enquête établit du 28 juin au 27 août, avec une pause entre le 16 juillet et le 15 août. Nous avons parcouru le dossier, consultable au service Urbanisme. L’auteur de l’étude d’incidences est la s.a. CSD Ingénieurs Conseils, aidée par le bureau d’ingénierie et d’architecture Greisch.

L’intérêt du site? Via la N58, la plateforme bénéficiera d’une bonne connexion aux réseaux routiers européens, car située à la croisée de l’axe Dunkerque-Ruhr sur l’E42 et Anvers-Paris, sur l’E17-E25.

Le site d’implantation du projet est repris en zone agricole, au plan de secteur du 17 janvier 1979. Une dérogation doit donc être sollicitée «pour la construction destinée à une activité à finalité d’intérêt général.»

Lors de la phase de consultation préalable, une réunion d’information s’est tenue le 28 novembre 2016 au centre culturel: 180 personnes y ont assisté; par ailleurs, 45 courriers individuels et 114 courriers identiques sont parvenus à l’administration.

Lire la suite de l’article

Source : L’AVENIR – 26 juin 2018

Quel est l’impact d’un tel projet sur la biodiversité?

Selon les scientifiques, l’artificialisation ou la bétonisation des terres est une des principales causes de la sixième extinction de masse qui est en cours. Force est de constater que les décideurs qui projettent cette plateforme bimodale au Pont-Rouge n’ont pas conscience de cette situation ou alors qu’ils font mine de l’ignorer, ce qui nous paraîtrait vraiment dramatique si tel était le cas…
Ces « gens-là », ces cadres du PACO, des Voies hydrauliques et du SPW et de la majorité qui « gouverne » Comines-Warneton doivent se dire que bétonner 1,5 hectare de terre pour implanter cette plateforme ce n’est pas si grave que ça et que sur le plan national et planétaire ce projet est un tout petit projet… Or, il y a sur cette planète des millions de cadres au même profil pensent la même chose. Et c’est cela qui est dramatique, car mis bout à bout ces projets qui artificialisent les terres font disparaître la biodiversité au point que les scientifiques s’accordent aujourd’hui pour dénoncer la sixième extinction de masse qui est en cours.
De plus, ce projet de plateforme portuaire au Pont-Rouge se situe sur une zone inondable qui contribue à alimenter la nappe phréatique et à lutter contre le réchauffement climatique (les experts affirment que les zones inondables sont de véritables « puits à CO2 ») et que la zone inondable du Pont-Rouge contribue à absorber les crues de la Lys et des ruisseaux qui s’y déversent. Enfin, que dire de ce projet de plateforme qui va à l’encontre du projet transfrontalier LINBATYS de lutte contre les inondations dans la vallée de la Lys qui va coûter 1 609 616,45 € aux contribuables…!

Suivre les liens ci-dessous pour en savoir plus sur la sixième extinction de masse qui est en cours :

Articles connexes

CL Warneton – Rejet dans la Lys des eaux industrielles traitées par la station d’épuration (23/06/2018)

Cette vidéo du rejet R1 de la station d’épuration de l’usine Clarebout de Warneton (durée ±2mn) est fort intéressante car elle nous montre que l’eau rejetée dans la Lys peut être claire et, ce, avec un débit normal quand la station d’épuration fonctionne correctement…

N’oublions pas que CL Warneton vient d’augmenter la capacité de traitement des effluents industriels avec

  • la transformation du digesteur (production de biogaz) en bassin aérobie ,
  • l’installation de blowers (souffleurs) pour l’oxygénation de ce bassin et
  • d’un nouveau BRM (Bio Béacteur à Membrane).

Ces modifications de la STEP n’auraient pas été nécessaires si CL Warneton respectait les 1.140 tonnes de production journalière autorisées par le permis que SPW lui a accordé.

Dans le permis unique accordé par le SPW en 2012, la capacité de traitement de la STEP est en effet de 200.000 équivalents-habitants, ce qui correspond à une production journalière de 1.140 tonnes, et, ce, pour un total de 5 lignes de production (3, 4, 5, 6 et 7) et 2 lignes de flocons…

Lire la suite