Samedi 7/07/2018 – CL Warneton – Rejets d’effluents industriels polluants dans la Lys.

Les vidéos contenus dans ce montage ont été filmées entre 8h02 et 8h25 (durée : 2:56).

Anomalies constatées

– le débit est trop important à la sortie d’un des deux tuyaux, ce qui nous fait penser que CL Warneton a fait ouvrir une vanne de la station d’épuration et qu’il est en train de vider un des bassins dans la Lys (comme cela a déjà été constaté et filmé à de multiples reprises).
– Le débit n’est pas continu. Des « paquets de matière solide » (de boue ?) interrompant ponctuellemment le débit de l’eau sont rejetés par le tuyau au débit est anormalement élevé…  Pour mémoire, notre vidéo du 23/06 dernier montre que l’eau traitée rejetée dans la Lys peut être claire et, ce, avec un débit normal quand la station d’épuration fonctionne correctement…
– Les effluents rejetés dans la Lys ont tendance à mousser…

Lire la suite

1/07/2018 – Rejets d’effluents industriels polluants dans la Lys par CL Warneton

Prises de vue réalisées entre 9h55 et 10h03 au rejet R1.

Si la station d’épuration de CL Warneton fonctionnait correctement, l’eau déversé dans la Lys par le rejet R1 devrait être claire comme de l’eau du robinet, ce qui n’est malheureusement pas souvent le cas…

A noter que cette pollution se produit une quinzaine de jours après
– le contrôle multidisciplinaire non-annoncé effectué au sein de CL Warneton du 15/06/2018 et
– le rejet polluant de CL Warneton le 26/06/2018 (au rejet d’eaux pluviales R2) que nous avons signalé le jour-même par courriel à M. Malingreau, de la Police de l’Environnement de Mons (voir ci-dessous).

Lire la suite

CL Warneton – Rejet dans la Lys des eaux industrielles traitées par la station d’épuration (23/06/2018)

Cette vidéo du rejet R1 de la station d’épuration de l’usine Clarebout de Warneton (durée ±2mn) est fort intéressante car elle nous montre que l’eau rejetée dans la Lys peut être claire et, ce, avec un débit normal quand la station d’épuration fonctionne correctement…

N’oublions pas que CL Warneton vient d’augmenter la capacité de traitement des effluents industriels avec

  • la transformation du digesteur (production de biogaz) en bassin aérobie ,
  • l’installation de blowers (souffleurs) pour l’oxygénation de ce bassin et
  • d’un nouveau BRM (Bio Béacteur à Membrane).

Ces modifications de la STEP n’auraient pas été nécessaires si CL Warneton respectait les 1.140 tonnes de production journalière autorisées par le permis que SPW lui a accordé.

Dans le permis unique accordé par le SPW en 2012, la capacité de traitement de la STEP est en effet de 200.000 équivalents-habitants, ce qui correspond à une production journalière de 1.140 tonnes, et, ce, pour un total de 5 lignes de production (3, 4, 5, 6 et 7) et 2 lignes de flocons…

Lire la suite

Rejets d’effluents industriels polluant la Lys par CL Warneton (vidéos filmées entre le 25/05 et le 17/06/2018)

Montage de 10 vidéos filmées entre le 25 mai 2018 et le 17 juin 2018 montrant des rejets polluants d’effluents industriels dans la Lys par la station d’épuration (STEP) de l’usine Clarebout de Warneton.

Suite au permis accordé en 2012 par la région wallonne, la capacité de traitement de la STEP est de 200.000 EH (équivalent habitant), ce qui correspond à la population de Roubaix et Tourcoing ou celle de Charleroi…
Les eaux usées traitées par la STEP déversées dans la Lys devraient être claires comme de l’eau du robinet, ce qui n’est malheureusement pas le cas.
La couleur, l’opacité et le débit important des effluents rejetés mis en évidence dans ce montage laissent penser que CL Warneton est en train de vider un des bassins de la STEP dans la Lys.
Selon nos informations, c’est l’ordre qui serait donné aux opérateurs de la STEP quand un bassin est sur le point de déborder… La surproduction et le manque de formation du personnel seraient la cause de la saturation de la station d’épuration et des rejets polluants qui en résultent. D’où l’augmentation de la capacité de traitement de la STEP en cours avec la transformation du digesteur1 en bassin aérobie, l’installation d’un biréacteur à membrane2 (dans le nouveau bâtiment B33) et de blowers (dans l’extension du bâtiment B21),…

Lire la suite

Critères de qualité des eaux souterraines

water_solutions_w940_h400

12 FEVRIER 2009. — Arrêté du Gouvernement wallon modifiant le Livre II du Code de l’Environnement contenant le Code de l’Eau et relatif à la protection des eaux souterraines contre la pollution et la détérioration

Afin d’évaluer l’état chimique des eaux souterraines conformément à l’article R. 43ter-4, les normes de qualité des eaux souterraines sont les suivantes :

Polluant Norme de qualité
Nitrates 50 mg/l
Substances actives des pesticides, ainsi que les métabolites et produits de dégradation et de réaction pertinents (1) 0,1 μg/l
0,5 μg/l (total) (2)
(1) On entend par « pesticides », les produits phytopharmaceutiques définis à l’article 1er de l’arrêté royal du 28 février 1994 et les produits biocides définis au Titre 1er, article 1er, de l’arrêté royal du 22 mai 2003, en application de la loi du 21 décembre 1998.
(2) On entend par « total », la somme de tous les pesticides détectés et quantifiés dans le cadre de la procédure de surveillance, en ce compris leurs métabolites, les produits de dégradation et les produits de réaction pertinents.

Source : MONTEUR BELGE – 20 mars 2009

Suite à venir…

Articles connexes

Les mégots jetés par terre sont source de pollution visuelle, chimique et organique

5a68bcd2b770b-image

C’est environ 40 milliards de mégots qui sont jetés par terre chaque année en France. Il suffit de faire un pas dans la rue pour en voir des dizaines au sol. Mais attention, un seul mégot c’est environ 2 500 composants chimiques et il va mettre jusqu’à 12 ans à se dégrader selon le milieu. La plupart du temps, le mégot va finir sa vie dans les égouts puis dans les fleuves et les océans. A ce moment-là, c’est jusqu’à 500 litres d’eau qui vont être pollués par un seul mégot. À titre d’information, 40% des déchets retrouvés dans la Méditerranée sont des mégots.  N’oublions pas que ces derniers sont également à l’origine de 16% des départs d’incendie.

Articles connexes

5 au 11/05/2018 – Rejets d’effluents industriels dans la Lys par CL Warneton (vidéos)

Mise à jour : 12 mai 2018

Nous remercions D. V.,  membre de l’association Deûlémont Environnement (F) qui a filmé et pris en photo ces rejets persistants.  Les commentaires ci-dessous ont été rédigés par l’auteur des vidéos.

Samedi 5 mai 2018
– Séquence (S) 1/6 : Liquide jaunâtre venant du collecteur dans l’herbe au niveau tuyau fibrociment. Ça dure… Si ça vient de l’ancienne usine ils sont responsables de la dépollution. Mais pour l’instant, le liquide que le laboratoire de CL Warneton a été analysé. Mais on ne connait ni la provenance ni la nature exacte de ce liquide.
– S. 2/6 : Écoulement entre le collecteur et son couvercle au niveau du tuyau fibrociment (chemin de halage au niveau parking et station de lavage des camions de CL Warneton).
– S. 3/6 : Vue d’ensemble pour vous situer sur le chemin de halage, vous ne pouvez pas rater le liquide sur le macadam.

Lire la suite

Vidéo d’un promeneur contenant des indices d’un déversement récent d’effluents industriels dans la Lys par la station d’épuration de CL Warneton

Un Quesnoysien qui aime se promener le long de la Lys à Warneton nous a fait parvenir une courte vidéo enregistrée dimanche 11 octobre 2015 vers 10h30.
Ayant entendu par des amis Warnetonnois que CL Warneton déversait fréquemment des eaux usées industrielles dans la Lys, pendant la nuit et/ou le week-end il n’avait pas oublié ce matin-là de prendre son smartphone avec lui pour filmer l’usine à la hauteur de station d’épuration.
Sa vidéo montre de gros tuyaux souples (vraisemblablement des tuyaux de pompage/vidange) jonchant le sol entre un des bassins de la station d’épuration et le grand portail qui est entrouvert…

Lire la suite

22/04/2018 – Rejet d’effluents industriels dans la Lys par l’usine CL Warneton

Les rejets d’effluents industriels par l’usine Clarebout de Warneton sont fréquents.

Cette vidéo a été enregistrée dans l’après-midi du 22 avril dernier par D. V., un membre de l’association Deûlémont Environnement.

Si vous êtes témoin de ce type de pollution il faut :

    • Prendre des photos et, mieux, enregistrer une vidéo comme celle ci-dessus (durée minimum : 30 secondes) et nous les envoyer sans tarder
    • Téléphoner immédiatement à la Police de l’Environnement au n° (gratuit) suivant :
 SOS ENVIRONNEMENT – NATURE
Tél.: 0800/20026 (de France: 00 32 80 02 00 26)

joignable 24/24h, 7/7j.
qui viendra constater/verbaliser…

Articles connexes

Ce gourou indien est parvenu à assainir les cours d’eau les plus pollués du monde

Grâce à une campagne menée dans toute l’Inde, le yogi Sadhguru a sensibilisé le pays aux menaces qui pèsent sur le Gange et ses affluents.

02-rally-for-rivers

Des enfants Indiens jouent sur une partie asséchée de la rivière Varuna, un affluent du Gange. (Photo : RITESH SHUKLA, NURPHOTO/GETTY)

Il y a six mois, un homme s’est lancé dans un périple de plus de 9.000 km. Son objectif : sensibiliser le grand public à la situation des cours d’eau en Inde, bien mal en point.

Les médias s’intéressent à ce sujet depuis quelques temps maintenant. Le Gange, l’un des fleuves les plus sacrés au monde, est aussi connu pour être le plus sale. Plus de la moitié des cours d’eau du pays sont pollués par les déchets, les eaux usagées non traitées. Des cadavres y ont même été retrouvés. Une crise de l’eau et de l’assainissement était donc inévitable.

Des organisations ont alors décidé de prendre les choses en main. C’est le cas de la Isha Foundation, fondée en 1992 par Jaggi Vasudev, un célèbre yogi connu sous le nom de Sadhguru. En 2017, alors ce dernier voulait attirer l’attention sur l’état terrible des fleuves les plus pollués de l’Inde, il décide de mener une campagne nationale prônant la revitalisation des cours d’eau du pays.

Pendant sa mission d’un mois, le Rally for Rivers, Sadhguru a traversé 16 États, a tenu plus de 146 conférences dans tout le pays, suscitant l’intérêt des citoyens. Il a réussi à obtenir le soutien des gouvernements locaux et nationaux, des médias, de célébrités et d’entreprises, rassemblant 160 millions d’individus pour que leurs inquiétudes concernant la survie des fleuves du pays soient entendues.

Lire la suite de l’article

Source : NATIONALGEOGRAPHIC.FR – 21 mars 2018