Les travaux de la N58 vont pouvoir reprendre…

b9715540104z-1_20180427190406_0002bgt1b6gegk-2-0

Photo : La Voix du Nord

4,96 millions d’euros hors TVA

C’était le budget initial alloué par la SOFICO1,  pour la réfection des quatre voies de la N58 dont les travaux ont commencé le 13 novembre dernier. La première phase du chantier, qui visait à réhabiliter 8 km de la route nationale entre Frelinghien (BK 40,2)  et Warneton (BK 27,4), est achevée depuis le vendredi 22 décembre. Les voies ont ensuite été libérées.

Le 20 avril dernier, la Police de Comines-Warneton annonce que les travaux de réfection sur la N58 sont momentanément suspendus. En effet, le Service Public de Wallonie, responsable du chantier, cherche de nouveaux subsides auprès de la SOFICO afin de pouvoir refaire les fondations de la chaussée et ainsi garantir une durabilité dans le temps de la qualité des voies de circulation (nids de poule, affaissement).

Selon M. Vandeskelde (L’Avenir du 26/04/2018),  « Le problème est technique: on ne peut pas faire des sondages tous les mètres pour savoir si les fondations sont bonnes. Il s’est avéré, lors du chantier, qu’en deux endroits, entre Le Touquet et la sortie du Pont-Rouge, le coffre doit être refait si on veut une durabilité de la voie. Ce qui entraîne des frais supplémentaires. (…) « 

Lire la suite

Le bois du Gheer ou Ploegsteert, le mémorial, les huit cimetières et les deux cratères de mine ont été classés au patrimoine wallon par arrêté du 28 décembre 2017

2/03/2018 – Communiqué de la Société d’Histoire de Comines-Warneton

Dans le cadre du projet de classement au patrimoine mondial de l’Unesco des cimetières et du mémorial de Ploegsteert il se devait que la région wallonne classe d’abord le site.
Le classement wallon est plus large que celui du projet de l’Unesco soit l’entièreté du bois de Ploegsteert, le huit cimetières et les deux cratères de mines.
La zone classée au patrimoine wallon par arrêté du 28 décembre 2017 est reprise sur la carte ci-dessous en rouge.
Un recours est possible.

spw-patrimoine-bois-ploegsteert-gheer

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

L’amende pourrait être salée pour les pollueurs à Warneton

5a434e41cd70b09cef4d815e

L’entreprise de transformation de pommes de terre Clarebout Potatoes, à Warneton, était à l’origine d’une pollution de la Lys. Et à en croire le ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio (CDH), l’amende pourrait être salée.

Le ministre Di Antonio a été interpellé au parlement wallon par la députée Mathilde Vandorpe (CDH). « Des taches anormales flottaient sur la Lys, de quoi inquiéter les riverains. Il s’agissait d’huile utilisée par Clarebout Potatoes, qui affirme que le séparateur d’huile a été endommagé par les fortes pluies », rappelle Mathilde Vandorpe.

« La police de l’environnement s’est rendue directement à Warneton pour prélever des échantillons d’eau pour être analysés. Le lendemain, les riverains voyant des résidus qui stagnaient sur la Lys, ont fait part de leurs inquiétudes aux forces de l’ordre. Un barrage flottant a permis de récolter l’huile à la surface : entre 100 à 300 litres. »

Les riverains pointent l’entreprise du doigt. Entreprise pour laquelle l’opposition est de plus en plus vive.

Lire la suite

Parlement wallon – Question orale de M. Bracaval (MR) à M. Di Antonio, ministre de l’environnement sur « le point sur l’entreprise Clarebout Potatoes à Warneton »

Réf.: P.W.- C.R.I.C. N° 32 (2017-2018) – Lundi 13 novembre 2017  (page 39)

Mme la Présidente. – L’ordre du jour appelle la question orale de M. Bracaval à M. Di Antonio, Ministre de l’Environnement, de la Transition écologique, de l’Aménagement du territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings, sur « le point sur l’entreprise Clarebout Potatoes à Warneton ».

La parole est à M. Bracaval pour poser sa question.

M. Bracaval (MR). – Monsieur le Ministre, j’ai toujours un peu de difficultés à poser des questions dont j’ai lu les réponses dans la presse le matin même. C’est le cas pour la question que je vais poser, mais plutôt que de la poser, je vais vous écouter.

L’entreprise Clarebout Potatoes de Warneton spécialisée dans la production de produits à base de pommes de terre n’en finit pas de faire la une des journaux : nuisances olfactives et sonores, déversements douteux dans la Lys, RN58, manque de sécurité des ouvriers, épidémie de légionellose ayant touché plus d’une centaine de travailleurs cet été, incendies répétés. De nombreux riverains et politiques se relayent pour dénoncer les débordements de ces entreprises, si bien qu’aucun conseil communal à Comines-Warneton ne semble à présent échapper aux interrogations liées à CL Warneton.

En trois mois, 53 accidents de travail ont été déclarés, un bilan sombre alourdi par un décès survenu en avril 2016 et un deuxième le 24 octobre dernier. Je déplore cette situation qui met en cause, une fois de plus, la sécurité de l’entreprise et nous rappelle, si besoin en était, que le développement économique ne peut se faire au détriment du bien-être au travail et de la sécurité.

Lire la suite

Warneton : Refus de permis confirmé pour le second frigo de Clarebout Potatoes

Le ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio (CDH) vient de refuser la demande de permis de l’entreprise Clarebout Potatoes souhaitant construire une second frigo sur son site de Warneton. 

La commune de Comines-Warneton a reçu ce jeudi la notification de cette décision.

Carlo Di Antonio suit ainsi la décision du fonctionnaire délégué de la Région wallonne. Une décision tombée fin juillet dernier et actée dans la foulée par le collège communal de Comines-Warneton. L’entreprise de transformation de pommes de terre était allée en recours de cette décision auprès du ministre wallon de l’Environnement.

Le projet se trouvant en zone agricole, le demandeur devait obtenir une dérogation au plan de secteur pour construire son second frigo de stockage. Ce qu’a refusé le fonctionnaire délégué de la Région wallonne (Mons).

Le bâtiment frigorifique automatisé devait avoir une base de 138 sur 81 mètres et une hauteur de 33 mètres. Il devait être masqué par un talus haut de 4,5 à 10 mètres.

« Aucune information présente dans le dossier ne permet de conclure à une réduction du charroi évoquée par le demandeur pour justifier le placement d’un second congélateur », explique-t-on au cabinet du ministre Di Antonio. « Le dossier ne permet pas de percevoir ni le besoin d’augmenter la capacité de stockage sur le site de Warneton, ni le gain environnemental que cela pourra induire en termes de réduction de gaz à effet de serre. En l’état actuel du dossier, nous ne disposons donc pas d’éléments suffisants pour accorder la dérogation au plan de secteur nécessaire à l’implantation du second congélateur. »

Laurent  Dupuis

Source : DH.BE – 10 novembre 2017

Le ministre Carlo Di Antonio dit «non» au second congélateur de Clarebout Potatoes

clarebout-nouvelle-cheminee-20161126-06

par Christelle JEUDY

Le ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio, vient de refuser le recours déposé par l’usine Clarebout Potatoes pour ériger un congélateur géant sur son site de Warneton (B). L’entreprise peut encore contester la décision devant le conseil d’État.

La décision du ministre belge était très attendue à Warneton, tant par les dirigeants de Clarebout Potatoes que par les associations de défense de l’environnement, qui se battaient depuis longtemps contre le projet de second congélateur. Refusé une première fois par le fonctionnaire délégué de la région wallonne, cet été, le dossier avait également été recalé par les élus du conseil communal de Comines-Warneton, même si ces derniers avaient cependant autorisé l’entreprise à plusieurs extensions d’installations, en interne. Extensions sur lesquelles le ministre ne revient pas.

La direction de Clarebout Potatoes avait alors introduit un recours auprès du ministre de l’Environnement, afin de pouvoir ériger ce bâtiment aussi grand qu’un terrain de foot et haut de 33 mètres. La décision du ministre est tombée, c’est non à ce second congélateur qui aurait permis, selon l’entreprise de frites surgelées, de réduire les transports et donc, nuisances pour les riverains.

Cliquer sur ce lien pour lire la suite de l’article :
http://www.lavoixdunord.fr/262796/article/2017-11-10/le-ministre-carlo-di-antonio-dit-non-au-second-congelateur-de-clarebout-potatoes

Source : LA VOIX DU NORD – 10 novembre 2017

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Comines-Warneton: premier bilan de la mise à 90 km/h de la N58

Quatre mois qu’ils n’avaient plus siégé (!) et ce conseil communal de rentrée s’est révélé assez calme. Sur la N 58, le Lidar a verbalisé 3,26% du trafic.

c539cc47-85d2-45df-8add-425b604376c1_original

Depuis le 1er juillet, les tracteurs peuvent emprunter la N58. Un vrai gain de temps pour les agriculteurs.

Après plus de quatre mois d’absence – le dernier conseil avait eu lieu le 19 juin! – les élus ont retrouvé les chaises rouges de l’hôtel de ville pour une séance de 55 points, avalés en 3h45. Pas le moindre sujet qui fâche à l’horizon, même pas une portion de frites. Résultat : une ambiance détendue, voire même consensuelle.

89 infractions au centre de Warneton

Les 50 première minutes sont consacrées à … la police. Le chef de corps Sébastien Dauchy a commenté l’évaluation chiffrée après trois mois de mise à 90 km/h de la N58 et d’interdiction au transport de choses de + de 3,5 t.
Un radar Lidar, qui change d’endroit toutes les semaines, contrôle la vitesse? Entre e 29 mai et le 17 octobre, 245 465 véhicules ont été contrôlés et 7 990 verbalisés, soit 3,26%.

Au centre de Warneton, pour les transports de + de 3,5 t, la mesure a été contrôlée à trois ou quatre moments de la journée et 89 constats d’infraction ont été établis.

Lire la suite

Comines : La bataille de l’eau dépasse les frontières

pompage-eau-de-la-lys-interdit-20170730

Photo : Les Amis de Warneton (30 juillet 2017)

Face à l’inaction du SPW, la commune tente de canaliser le flot de poids lourds allant pomper de l’eau dans la Lys.

Le SPW Voies hydrauliques permet aux agriculteurs qui le lui demandent de pomper de l’eau dans la Lys à Comines-Warneton, créant un appel d’air pour les agriculteurs flamands et français qui ne peuvent pas pomper de l’eau dans leurs contrées. Plusieurs points d’arrêt ont été définis pour le pompage.

Sauf que le SPW n’a pas les moyens humains – malgré ce qu’il a tenté de nous faire croire il y a un mois – de vérifier que les agriculteurs ont bien l’autorisation de pomper de l’eau dans la Lys. Il ne dispose pas non plus des moyens humains pour vérifier que les agriculteurs aillent bien aux endroits prévus.

Résultat : c’est l’anarchie. Et après une période d’accalmie, le problème naissant fin juin s’est à ce point accentué que la commune et la police, face à l’inaction du SPW, ont cette fois dû intervenir.

Lire la suite