Le projet Corrid’Or, parc paysager transfrontalier de la vallée de la Lys

L’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai s’est associée au projet Interreg Corrid’Or, parc transfrontalier de la vallée de la Lys. Ce projet conçu sur 3 ans (mars 2011 – février 2014) vise à renforcer l’identité transfrontalière de la vallée de la Lys en créant un parc paysager transfrontalier.

corridor

L’objectif est donc de développer une zone verte et un parc paysager transfrontalier en répondant aux défis de la préservation de la biodiversité et du développement de zones naturelles de valeur.

Pour ce faire les acteurs concernés, wallons, flamands et français, ont élaboré un projet commun d’actions publiques. Des activités transfrontalières et actions de sensibilisation sont également organisées pour impliquer les citoyens.

L’aménagement des terrains publics et semi-publics aux abords de la Lys prendra en compte l’agriculture urbaine de la zone, tout en portant une attention spécifique à l’aménagement écologique des zones les plus vulnérables.

Ce projet Interreg IV se compose de 4 actions :

  • Faire vivre le parc paysager en créant un sentiment d’appartenance au niveau politique
  • Faire vivre le parc paysager en créant un sentiment d’appartenance auprès du grand public
  • Identifier les instruments permettant l’aménagement et la gestion dans un partenariat public/privé
  • Aménager des terrains publics et semi-publics

10 partenaires se sont associés à ce projet commun afin de faire de la Vallée de la Lys le fer de lance de la trame verte et bleue de l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai: la Province de Flandre Occidentale, Lille Métropole Communauté Urbaine, l’Intercommunale Leiedal, l’Agence de la Nature et de la Forêt, les villes de Comines, Wervick, Menin, Wevelgem, Courtrai et l’intercommunale MIROM Menen.

Source : FR.EUROMETROPOLIS.EU

Articles connexes

ACTION ne s’oppose pas à la création d’une plateforme multimodale au Pont Rouge

Mise à jour : 15 septembre 2018

Enfin, le groupe ACTION au pouvoir à Comines a pris position ; il déclare « ne pas s’opposer à la création d’une plateforme bimodale au Pont-Rouge ».

Il préfère le site du Pont-Rouge pour la raison suivante. Je cite : « l’augmentation significative du passage de camions à travers l’agglomération cominoise n’est pas compatible avec l’ambiance urbaine et notre projet de rénover le front de Lys. »

Voilà, le choix est clair : ACTION protège Comines, et les nuisances, c’est pour Warneton! C’est un choix politique lourd de conséquences : Warneton va devenir le faubourg industriel de Comines.

Il y a lieu, aussi, de relever dans le texte du communiqué des incohérences, des contre-vérités et des « oublis » très significatifs:

1. Comment concilier l’affirmation suivante : « ce projet entend favoriser le transport des marchandises par la voie d’eau plutôt que par la route » avec l’inquiétude manifestée un peu plus loin : « l’augmentation significative du passage des camions à travers l’agglomération » ?
De nombreux Warnetonnois partagent la même inquiétude quant à la création d’une plateforme portuaire au Pont-Rouge qui générera de nombreux mouvements de camions venant charger ou décharger les péniches et s’ajoutera au charroi lourd actuel convergeant et sortant de l’usine Clarebout de Warneton.
Pour mémoire, l’étude d’incidence environnemental du projet de plateforme bimodale a estimé le nombre de camions comme suit:
– 43 mouvements de camions / jour pour une péniche de 1.300 tonnes (scénario minimaliste),
– 222 mouvements de camions / jour pour une péniche de 4.000 tonnes (scénario maximaliste).

route-contournement-lys-comines-amelioration-traversee-comines

Source : Voies Hydrauliques de Wallonie (Cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Lire la suite

Warneton (F) – Les élus votent contre la future plateforme belge

Par Christelle Jeudy

C’est le plus petit village de la Métropole européenne de Lille (MEL), Warneton, qui a ouvert le bal des conseils municipaux de rentrée mardi soir. Avec un vote unanime contre le projet de plateforme prévu de l’autre côté de la frontière, chez leurs voisins belges.

Alors que l’enquête publique se poursuit en France sur la plateforme portuaire prévue en bord de Lys, Warneton (B), les élus warnetonnois devaient se prononcer mardi soir sur le dossier. «Et pour une fois, je propose de voter contre», a débuté le maire, Yvon Pétronin, reconnaissant que ce n’était pas «dans ses habitudes». Mais l’élu se dit «choqué» par plusieurs éléments troublants du dossier.

«Le strict respect des zones inondables n’est pas assuré. D’un côté, en France, on les protège et en Belgique, on va les bétonner», souligne Yvon Pétronin qui rappelle que son petit village a déjà prévenu ses voisins belges qu’il se réserve le droit «d’aller en justice si du fait des extensions de l’usine Clarebout, il y a des inondations qui nous portent préjudice». Un maire qui rappelle qu’une autre enquête publique est en cours, sur le Plan de prévention des risques d’inondation (PPRI), en France. «Si on fait des efforts d’un côté de la Lys, chez nous, ce n’est pas pour qu’on envoie tout promener de l’autre côté», continue Yvon Pétronin.

Lire la suite de l’article

Source : LA VOIX DU NORD – 5 septembre 2018

Articles connexes

Projet de plateforme bimodale au Pont Rouge – Ce lundi 27 août, l’enquête débute côté français

Mise à jour : 5 septembre 2018

Jusqu’au 27 septembre les riverains français et belges1 peuvent émettre leur observations sur la plateforme bimodale.

plan-plateforme-portuaire

La demande de permis a été soumise aux mairies de Comines-France, Deûlémont, Frelinghien et Warneton France. Du 27 août au 27 septembre inclus, le public pourra prendre connaissance du dossier les jours ouvrables, aux heures d’ouverture des bureaux. Des remarques pourront y être déposées.

Parallèlement, Jacqueline Huart, commissaire enquêtrice, se tiendra à la disposition du public en mairie de
– Comines : lundi 10/09/2018 de 14 à 18h00
– Deûlémont : lundi 27/08/2018, mercredi 5/09/2018, vendredi 21/09/2018 et jeudi 27/09/2018, de 14 à 17h00.
– Warneton (F) : mardi 28/08/2018 et mardi 25/09/2018 de 15 à 18h00.
– Frelinghien : mardi 11/09/2018 de 14 à 17h00.

Suivre ce lien pour télécharger :

____________________

TRES IMPORTANT

  1. Nous invitons les riverains belges qui n’ont pas eu la possibilité de participer à l’enquête publique en Belgique à remettre leurs observations à la Commissaire Enquêtrice.

La ressource en eau à Comines-Warneton

Par Philippe Mouton

Quelques pistes de réflexion sur la gestion des sécheresses récurrentes dans nos régions.

L’eau de la Lys est retenue.
Il faut observer ce qui se trouve à notre portée pour admettre quelques constats de base et ébaucher des solutions. Il n’y a aucune profusion d’eau dans la Lys. Même si on voit beaucoup d’eau, on remarque vite qu’elle coule à peine. C’est le système d’écluses barragées qui retient l’eau artificiellement et lui seul. S’il n’y avait pas ces écluses et leurs barrages, il y aurait beaucoup moins d’eau dans la rivière. Pour la Lys, il y a de grandes différences de débit entre les périodes de crues et celles d’étiage. L’été est la période d’étiage normale.

dsc046736856103716694505406.jpg

Bras mort de la Lys à Warneton – Photo : Patrick Maton (août 2017)

Reproduire à l’échelle locale ce qui existe dans l’ensemble de la vallée de la Lys.
Ce que l’on voit en grand dans la vallée de la Lys, il faudrait pouvoir le reproduire à petite échelle dans les petits bassins qui alimentent la rivière.
Le principe de ralentir le flux vers la rivière et d’en retenir une partie solutionnerait certains problèmes de sécheresse mais pas tous. Des intercommunales comme Ipalle préconisent cela pour limiter les inondations. Pourquoi ne pas songer à des moyens de retenir une partie de l’eau des crues et la stocker en des lieux adéquats pour s’abriter des sécheresses, cela se fait déjà en beaucoup d’endroits. Les bassins d’orage des zones industrielles pourraient aussi devenir des réserves d’eau pour l’agriculture.
Tout cela doit être considéré dans étude approfondie.

Lire la suite

Donner du pain aux oiseaux sauvages, une pratique dangereuse pour leur santé

Par Marie Mourot

Si vous avez l’habitude de donner du pain aux oiseaux sauvages, il est temps d’arrêter ! Cette pratique, assez courante, est très dangereuse pour leur santé…

920x920

Photo : Lea Suzuki (San Francisco Chronicle)

Donner du pain aux canards ou aux cygnes qui barbotent dans un étang n’est pas sans risque pour eux, loin de là ! En effet, ce type de nourriture est totalement inadaptée à leur métabolisme. À force d’en ingurgiter tous les jours, les oiseaux développent de graves malformations qui peuvent parfois entraîner leur mort, c’est ce que l’on appelle le syndrome de l’aile d’ange.

Pourquoi donner du pain aux oiseaux sauvages est-il déconseillé ?

Au départ, l’idée de nourrir les oiseaux part d’une bonne intention. Cependant, chaque année, des milliers d’entre eux meurent à cause d’un régime à base de pain et de biscottes qui leur est « gentiment » imposé…

Intoxication et déformations osseuses

En effet, le pain blanc ingéré à trop forte dose, provoque chez les oiseaux une intoxication qui peut entraîner leur mort. Et du pain, ils en mangent puisque c’est un geste courant pour certaines personnes de nourrir les canards et les oies, pendant leur promenade ou sortie en famille au parc.

Lire la suite

Plan de Prévention des Risques inondation (PPRI) – Réunion publique ce 14 déc. 2017 (17h30) à la salle Lys Arena à Comines (F)

warneton-pont-rouge-20151122-15h53-photo02

Un Plan de Prévention des Risques inondation (PPRI) est actuellement en cours d’élaboration par les services de l’État français, en concertation avec les collectivités et acteurs locaux.

Ce plan, dont l’objet est de garantir la sécurité des personnes et la protection des biens face au risque d’inondations par ruissellement, concerne les communes de Bondues, Bousbecque, Comines, Deûlémont, Halluin, Linselles, Neuville-en-Ferrain, Roncq, Tourcoing, Warneton, Wervicq-Sud.

Ce document a des conséquences sur les projets d’urbanisation et d’aménagement, ainsi que sur les biens existants situés dans les zones exposées.

Il fera prochainement l’objet de délibérations par les conseils municipaux des communes concernées et par les organismes compétents en matière d’urbanisme.

3 RÉUNIONS D’INFORMATION (DURÉE : 1H30 À 2H) SERONT ORGANISÉES :
– le 13 décembre 2017 à 17h30 – Ferme du Mont à Halluin,
– le 14 décembre 2017 à 17h30 – salle Lys Arena à Comines,
– le 21 décembre 2017 à 17h30 – Salle Roger CRAYE à Neuville-en-Ferrain,
POUR ÉCHANGER AUTOUR DE CE PPRI AVEC LA POPULATION.

Lire la suite

Emission SAMEDI+ de Notélé du 10/06/2017 sur le projet de plate-forme portuaire à Warneton – Transcription des interviews de Mme Maheu (PACO) et des élus de Comines-Warneton.

emission-notele-20170610

Cliquer sur l’image pour visionner l’émission Samedi+ de Notélé consacrée à ce samedi au projet de plate-forme bi-modale sur la Lys à Warneton (B)

1. QUELLE PLACE POUR L’ENVIRONNEMENT ?

PACO-Mme-MAHEUMme MAHEU / PACO
(curseur vidéo : de 7:30 à 8:03)
« C’est la partie environnementale qui a poussé le choix du ministre Prévot. Quand on fait une demande de permis nous sommes toujours en contact avec les départements de la partie environnementale et notamment « Nature et Forêts ». Donc, on a déjà questionné ce département pour voir comment se positionner par rapport à l’emplacement où nous nous trouvons (NDLR : l’emplacement de la plateforme dans le projet actuel). On a intégré ça dans notre réflexion. On a prévu un bassin d’orage artificiel (…) juste derrière la plate-forme. »

vandeskeldeM. VANDESKELDE / Majorité ACTION
(curseur vidéo : de 8:06 à 8:46)
« Malheureusement, on ne sait pas construire un quai à 10km de la Lys (NDLR : sourire narquois). Pour nous c’est la Lys (NDLR : sourire narquois). Donc, il faut sacrifier une partie des terres. Ce n’est pas énorme mais enfin c’est vrai que c’est déjà conséquent. Mais il n’y a rien à faire. On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs. Par contre, dans d’autres endroits de la commune on privilégie et notamment donc au Bizet, on a un grand projet de parc naturel avec justement des retenues d’eau naturelles. Ici à Comines, avec la rectification de la Lys on aura ça aussi. On va privilégier certains endroits. On va les garder. Mais là il n’y a rien à faire. Quand on fait un port on ne peut le faire qu’à côté de la Lys. »
Lire la suite

L’espace bleu eurométropolitain

visuel-web

L’ESPACE BLEU : pourquoi ?

Pour faire en sorte que l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai devienne :

  • un territoire durable relevant les défis climatiques et se fédérant autour d’actions innovantes liées à l’eau dans toutes ses dimensions : voies navigables, rivières bucoliques, rieux et prairies humides, sources d’eau potable et infrastructures d’assainissement, ponts et écluses, faune et flore aquatiques, etc.
  • une métropole du XXIème siècle, urbaine et rurale, dynamique et puissante, où citoyens, élus, acteurs locaux, … agissent ensemble pour développer une culture commune du savoir vivre avec l’eau.

Lire la suite