Warneton sous la barre des 3.000 habitants

Par Marie-France Philippo

Si l’on analyse par commune, sans surprise, c’est au Bizet que l’on retrouve le plus d’étrangers, pour la plupart Français: ils sont 1.067 pour une population de 2.439 habitants.

Soit 43,74%!

Constat identique pour les autres communes, même si le phénomène est moins marquant: Comines compte 2.003 étrangers pour 7.945 habitants (25,27%); Houthem: 219 pour 1.262 habitants (17,35%); Warneton: 978 pour 2.962 habitants (33%); Bas-Warneton: 360 pour 1.451 habitants (24,8%) et Ploegsteert: 628 pour 1.987 habitants (31,6%).

On se rend compte aussi que Warneton a perdu 67 habitants et passe sous la barre des 3.000 (de 3.029 à 2.962). L’entreprise Clarebout fait-elle fuir les habitants, qui délaissent le quartier du Pont-Rouge? Bas-Warneton perd également une bonne vingtaine d’habitants.

Comines reste stable, avec 7.945 citoyens; Houthem gagne toujours de nouveaux habitants (de 1.237 à 1.262) de même que Ploegsteert (de 1.959 à 1.987).

Le Bizet descend à 2.439, en baisse de 38 personnes.

Source : L’AVENIR – 10 janvier 2018

Warneton (B) – Petites et grandes histoires autour de la Lys

Par Antoine Pontrandolfi

b9714385386z-1_20180111185526_0002bgglaft912-1-0

Le guide est passionné et passionnant. Au fil de la Lys, Philippe Mouton explique, décrypte, enseigne l’histoire de Comines-Warneton à travers le paysage. Des traces visibles de loin à celles qu’il faut deviner, la balade nous fait remonter jusqu’à l’ère glaciaire pour s’achever de nos jours. ©Photo : A. P.

De la défense de mammouth aux vestiges des templiers, l’histoire est riche de traces à Warneton.

Ancien instituteur, Philippe Mouton aime faire découvrir l’histoire de Comines à ses habitants. Par plusieurs points de passage, il illustre, le long de la Lys, le passé cominois de l’ère glaciaire à aujourd’hui. Des balades qu’il effectue pour le compte de l’ASBL Écovie.

> 45.000 ans avant J.-C : La visite guidée débute aux briqueteries de Ploegsteert. « C’est un livre ouvert sur la préhistoire locale. Là, dans les argilières, on a fait des découvertes magnifiques » résume Philippe Mouton. Comme cette défense de mammouth de deux mètres de long, découverte en novembre 1997. « Plus on creuse, plus on remonte le temps. C’est d’autant plus fascinant qu’on a découvert un puits romain à une vingtaine de mètres de là. Cette carrière est un témoin privilégié de la faune et des civilisations qui ont peuplé Comines-Warneton. La balade commence ici de la plus belle des façons

> 3.000 ans avant J.-C. : Un champ en pente et en bordure de Lys a donné lieux à d’autres découvertes d’une grande richesse entre Warneton et Bas-Warneton. Une tribu du néolithique en a fait son cadre de vie, il y a 5.000 ans. « Ces gens-là représentent bien la mutation entre les chasseurs-cueilleurs et les éleveurs. Ils avaient la Lys en contre-bas pour pêcher, une partie de pâture humide où l’herbe poussait à foison, idéale pour les bêtes et une autre en aval, plus sèche pour les cultures. On y a retrouvé des outils en silex. »

Suivre ce lien pour lire la suite : http://www.nordeclair.be/archive/d-20180112-3K00UR

Source : NORD ECLAIR – 12 janvier 2018

Warneton – Pour soulager la chaussée du Pont-Rouge

Pour obliger les charrois lourds à emprunter la route de la Grande Haie, des blocs de béton ont été posés chaussée du Pont-Rouge.

41a956d0-b5d1-4825-a393-e6eb9124a694_original

Les blocs sont présents pour une période d’essai de trois mois.

Des blocs de béton viennent d’être placés dans la chaussée du Pont-Rouge, juste à l’entrée de l’entreprise de frites surgelées : « Il s’agit d’une décision de la commission communale de travaux et sécurité pour un essai de trois mois, explique l’échevin Didier Vandeskelde. Ils ont été placés pour empêcher les charrois lourds de passer par là et les obliger à passer par la route de la Grande Haie. Les charrois agricoles et les camions prenaient encore beaucoup cette route. Cela permettra également de gagner du parking dans cet espace; avec les ouvriers de chez CL Warneton, les riverains n’ont plus beaucoup l’occasion de se garer. »

Marie-France Philippo

Source : L’AVENIR – 28 décembre 2017

Warneton (B) – Un tronçon de voirie sans issue

nord-eclair-20171227-01

Des modifications de circulation sont entrées en vigueur, ce vendredi 22 décembre, au niveau de la chaussée du Pont rouge, dans le village de Warneton.

Le tronçon compris entre la route de Ploegsteert et le chemin de la Grande Haie (Ndlr : la voie « Clarebout ») a en effet été mis en voie sans issue, excepté pour les piétons et les cyclistes.

Plusieurs entreprises se trouvant à proximité, notamment « Clarebout Potatoes », cette mesure permettra d’une part d’augmenter le nombre de places de stationnement et d’autre part d’éviter les nuisances sonores dues au charroi lourd.

Déviation

Comme vous pouvez le constater sur le plan ci-dessus, la police locale de Comines-Warneton invite les usagers de la route à changer leurs habitudes et à désormais emprunter la route de Ploegsteert et le chemin de la Grande Haie pour se rendre à leur destination.

Source : NORD ECLAIR – 27 décembre 2017

_____________

Remarques des Amis de Warneton

Avec cet article, nous avons la réponse au courriel que nous avons adressé le 3/11/2016 à notre bourgmestre f. f….

« Bonjour,
Nous venons de recevoir le témoignage suivant d’un des membres de notre groupe sur Facebook :

« Lors d’une discussion au marché se matin, une personne me disait que « Clarebout » aurait l’intention de mettre des blocs à travers la route du Pont rouge à hauteur de l’ancienne ferme « Copin » afin que les camionneurs n’aient plus à regarder à gauche et à droite avant de traverser la chaussée du Pont rouge.  (…)
Pourriez-vous vous renseigner auprès de la Sté Clarebout pour savoir si cette information est fondée ou si ce n’est qu’une rumeur ? « 

La Lys, bien plus qu’une frontière naturelle

Par Marie-France Philippo

Dimanche, l’ASBL Eco-Vie a organisé une visite thématique autour de la Lys et de son histoire. À 14 h, à proximité du pont qui enjambe la Lys canalisée, une trentaine de personnes se sont rassemblées autour de deux guides passionnés: Philippe Mouton et Martin Windels.

70d5431a-626d-4675-a897-2309ca1162d2_original

Les amateurs de nature et de balade se sont arrêtés longuement dans la réserve naturelle du Vert-Digue.

Les deux compères avaient préparé un circuit en douze étapes pour affirmer le rôle fondamental qu’a joué la Lys dans la région, avec les peuples qui s’y sont installés. En témoignent les vestiges de la vie préhistorique ou celtique, de même que ceux du passage des Vikings sur la rivière.

Philippe Mouton avait emporté l’attirail du parfait chasseur: arc, flèches, propulseur, etc.

Lire la suite

Warneton: 7 848 porcs sur le site Taveirne

Par C. J. (VDN)

b9714132017z-1_20171214141451_0002bg3aab9kvs-2-0

La société Taveirne pourra transformer ses maternités, mais pas de créer une nouvelle porcherie.

Le collège échevinal de Comines-Warneton a refusé, lundi soir, l’extension réclamée par la porcherie Taveirne mais accepté la transformation des maternités en unités d’engraissement. Au lieu de 1.400 truies, il y aura donc, route de Neuve-Eglise, 7.848 porcelets

Depuis des années, des habitants de l’entité de Comines-Warneton se battent contre les projets d’extension de porcheries, lassés des nuisances subies (odeurs, transports, pollution). Un sujet qui dépasse le strict cadre belge puisqu’en octobre dernier, trois villages français voisins, soit Deûlémont, Warneton et Frelinghien, ont émis un avis défavorable à la nouvelle demande d’extension déposée par la porcherie Taveirne: il faut dire que le projet était de taille à inquiéter. L’entreprise voulait installer une unité d’engraissement de 11.880 bêtes, qui aurait remplacé les maternités, route de Neuve-Église, et leurs 1.400 truies.

Le recours possible

La décision du collège échevinal était donc très attendue: elle est tombée lundi soir et les élus ont visiblement voulu ménager la chèvre et le chou dans ce dossier porcin. Si le collège échevinal a refusé la construction d’un nouveau bâtiment de 4.000 porcs, Il a dans le même temps accepté la transformation des deux maternités de Warneton en unités d’engraissement de porcelets: à la place de 1.400 truies, les bâtiments pourront abriter 7.848 porcelets. Pas sûr que cela arrange les opposants aux extensions de porcheries et les villages français qui avaient dénoncé l’énormité du projet initial d’extension.

Suivre ce lien pour lire la suite : http://www.nordeclair.be/166342/article/2017-12-14/warneton-7848-porcs-sur-le-site-taveirne

 

Source : Nord Eclair – 14 décembre 2017

EnregistrerEnregistrer

Warneton (B) – La société d’histoire a fait ses cartons

Le déménagement, pour cause de travaux à l’ancien hôtel de ville, est prévu début 2018.

Avec 150.000 ouvrages, la société d’histoire de Comines-Warneton comptabilise une collection impressionnante, bâtie patiemment au fil des décennies. Cette collection va devoir migrer provisoirement vers l’église de Warneton et dans un container, le temps des travaux de l’ancien hôtel de ville.

sdr

Des piles de cartons s’entassent dans les différentes pièces de la société d’histoire. ©Photo : A. P.

« Nous avons appris la nouvelle au mois de mai« , lance Francis De Simpel, président de la société d’histoire. « A partir de là, nous avons dû trouver une solution de repli à savoir des locaux qui allaient permettre de stocker tous nos documents. »

Et des documents, il y en a ! 150.000 ouvrages composent la collection de la société d’histoire de Comines-Warneton. Pas une mince affaire pour faire les cartons et tout répertorier. « Ce qui nous embête, c’est que l’on est dans l’inconnu. On nous a dit en mai qu’il fallait déménager. Six mois après, on attend toujours. De notre côté nous sommes prêts. 2.200 cartons sont remplis. Nous n’attendons plus que le feu vert. »

Contrariés, Francis De Simpel et son équipe sont dans l’expectative. Le déménagement n’aura pas lieu avant le début de l’année 2018. Sa collection migrera provisoirement ailleurs le temps de retaper tout le bâtiment de l’ancien hôtel de ville, occupé seulement par la société d’histoire depuis l’an passé. « Mais nous sommes dans les caves. Ça fait vingt ans que nous demandons une extension. Nous aurons tout le bâtiment pour nous seuls. Un édifice très grand pour nous d’ailleurs, si pas trop… »

Lire la suite

Parlement wallon – Question orale de M. Bracaval (MR) à M. Di Antonio, ministre de l’environnement sur « le point sur l’entreprise Clarebout Potatoes à Warneton »

Réf.: P.W.- C.R.I.C. N° 32 (2017-2018) – Lundi 13 novembre 2017  (page 39)

Mme la Présidente. – L’ordre du jour appelle la question orale de M. Bracaval à M. Di Antonio, Ministre de l’Environnement, de la Transition écologique, de l’Aménagement du territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings, sur « le point sur l’entreprise Clarebout Potatoes à Warneton ».

La parole est à M. Bracaval pour poser sa question.

M. Bracaval (MR). – Monsieur le Ministre, j’ai toujours un peu de difficultés à poser des questions dont j’ai lu les réponses dans la presse le matin même. C’est le cas pour la question que je vais poser, mais plutôt que de la poser, je vais vous écouter.

L’entreprise Clarebout Potatoes de Warneton spécialisée dans la production de produits à base de pommes de terre n’en finit pas de faire la une des journaux : nuisances olfactives et sonores, déversements douteux dans la Lys, RN58, manque de sécurité des ouvriers, épidémie de légionellose ayant touché plus d’une centaine de travailleurs cet été, incendies répétés. De nombreux riverains et politiques se relayent pour dénoncer les débordements de ces entreprises, si bien qu’aucun conseil communal à Comines-Warneton ne semble à présent échapper aux interrogations liées à CL Warneton.

En trois mois, 53 accidents de travail ont été déclarés, un bilan sombre alourdi par un décès survenu en avril 2016 et un deuxième le 24 octobre dernier. Je déplore cette situation qui met en cause, une fois de plus, la sécurité de l’entreprise et nous rappelle, si besoin en était, que le développement économique ne peut se faire au détriment du bien-être au travail et de la sécurité.

Lire la suite

Eco-Vie organise une promenade le long de la Lys le 17 déc. 2017 (à partir de 14h00)

Par Philippe Mouton
6 décembre 2017

Eco-vie vous invite à une promenade le long de la Lys le dimanche 17 décembre à partir de 14h. Rendez-vous à Warneton France sur le parking : 8 route de Quesnoy en deçà du pont sur la Lys.

visite-vert-digue-20171217-01

La Lys d’avant, d’aujourd’hui et de demain vous sera contée par Martin Windels et Philippe Mouton. Quelques photos pour vous donner « envie d’avoir envie ». Nos paysages sont magnifiques. « Quel est ce pays »??? Les saisons ont toutes « quelque chose de Tennessee ». Voilà : j’ai pas résisté.

Quelques photos en plus pour vous donner le goût du printemps si besoin était. Venez nombreux « allumer le feu » intérieur.

Lire la suite

Warneton (B) – Compte rendu de la conférence « Le front 14-18 vu du ciel » du 1er déc. 2017

Mise à jour : 7 décembre 2017

Par Francis De Simpel*,
6 décembre 2017

dsc_5502-copier

Jean Bourgeois (à gauche) et Francis De Simpel. Photo: Michel Sence.

Environ 180 personnes assistèrent à la conférence donnée dans l’église de Warneton le vendredi 1er décembre 2017.
Le conférencier, Jean Bourgeois qui a passé une partie de sa jeunesse à Comines-Warneton, est professeur d’archéologie à l’université de Gand. Il s’est intéressé à la photographie aérienne car elle permet de découvrir du haut du ciel des traces archéologiques non visibles au niveau du sol.
Un des aspects de l’archéologie est aussi l’étude de l’archéologie militaire en particulier celle de la guerre 1914-1918 dans nos régions.
Aidé de collaborateurs Jean Bourgeois a rassemblé des milliers de photos aériennes en provenance de différents pays.
Pour l’ensemble du front entre la mer du nord et la rivière la Lys, 20.000 photos ont été scannées et identifiées.
Pour la seule région de Comines-Warneton 1.600 photos ont été récoltées. Ces photos avec l’étude des cartes militaires, des sondages magnétiques au sol permettent de découvrir ce que fut exactement le front.
Voici quelques résultats en ce qui concerne la seule région de Comines-Warneton d’environ 60km2.
Pas un centimètre du sol qui n’ait été photographié. Les photos révèlent entre autres choses que notre région avec un front de 3 à 6 km comportait 472 kilomètres de tranchées, 2.809 abris possibles, 150 kilomètres de voies étroites, etc….
Ainsi il apparaît que sur plus de cent kilomètres du front à partir de la mer du nord, le bois de Ploegsteert ou du Gheer conserve dans son sol le témoignage d’un site 14-18 pratiquement intacte avec plus de 40 abris, 900 mètres de tranchée et formerait ainsi la relique la plus étendue en surface de cette partie du front.
Les différentes possibilités de découvertes à partir des photos a intéressé le public; la conférence ayant duré 1h30 sans que cela ait donné l’impression d’être long.

* Francis De Simpel est Président de la société d’Histoire de Comines-Warneton et de la Région (SHCWR)

Lire la suite