Stocker plus de carbone dans les sols : un enjeu pour le climat et pour l’alimentation

Par M. Roland Courteau, Sénateur français, Vice-président

flux-et-stock-de-carbone

Flux et stocks de carbone

Contexte de la note

Les questions de réchauffement climatique et de sécurité alimentaire sont brûlantes. Or les sols, importants réservoirs de carbone (C) sous la forme de matière organique (MO), représentent un élément essentiel, bien que longtemps sous-estimé, de ces deux sujets. En effet, bien que les sols soient trop souvent vus comme de simples surfaces, ils forment des volumes aux propriétés physico-chimiques complexes et nécessaires à la vie. Ainsi, leur préservation est importante non seulement à l’échelon local car des évolutions, mêmes faibles, du stock de carbone des sols ont des effets majeurs sur leur fertilité, et donc sur la productivité agricole, mais aussi au niveau global, à travers le cycle mondial des gaz à effet de serre (GES). Le sol est émetteur de GES, sous la forme de dioxyde de carbone (CO2), lorsque les matières organiques s’y dégradent mais, en même temps, il contribue au stockage de carbone lorsqu’elles s’y accumulent, la matière organique des sols étant constituée pour plus de 50 % de carbone.
Dans certaines conditions, le sol peut stocker plus qu’il n’émet. Il y a, au total, plus de carbone dans le sol que dans la végétation qui le recouvre et l’atmosphère réunies, puisqu’il s’agit d’un minimum estimé de 1.500 milliards de tonnes de carbone dans la matière organique des sols mondiaux, soit plus de deux fois le carbone du CO2 atmosphérique.
Le rapport de l’OPECST «De la biomasse à la bioéconomie : une stratégie pour la France»(1) appelait en 2015 une poursuite des investigations sur la question des relations entre sols et carbone, et tout particulièrement sur les enjeux du stockage de carbone dans les sols(2). C’est l’objet de la présente note.

Lire la suite

Protection des sols – Une pétition pour demander une directive-cadre

Plus de 400 organisations européennes issues de la société civile, dont France Nature Environnement, se mobilisent pour demander une protection juridique européenne des sols, au même titre que les directives-cadres sur l’eau et sur l’air.

100428wa014

Photo : © C.Watier

Dans un communiqué diffusé le 31 août, France Nature Environnement annonce sa participation à l’Appel du Sol, sorte de « mégapétition » ouverte jusqu’au 11 septembre, visant à interpeller la Commission européenne afin de l’obliger à examiner la question de la rédaction d’une directive-cadre sur les sols.

«Reconnaître le sol comme une ressource à protéger»

L’association explique ainsi que l’activité humaine malmène les sols comme : l’étalement urbain et l’artificialisation des terres, les anciennes industries laissant des sols potentiellement pollués derrière elles, mais également l’«agriculture intensive qui appauvrit les ressources de la terre», selon FNE.

«Obtenir une directive sur les sols, c’est d’une part reconnaître le sol comme une ressource à protéger, mais également encadrer davantage ce genre de pratiques», explique France Nature Environnement.

Lire la suite

Impacts environnementaux de l’artificialisation des sols

artificialisation-des-sols

L’imperméabilisation des sols engendre de graves conséquences environnementales:

  • Elle favorise le ruissellement de l’eau le long des pentes au détriment de son infiltration, l’érosion des sols, les coulées d’eau boueuse et le risque d’inondation, comme en témoignent de nombreuses catastrophes naturelles exacerbées par l’absence de couvert végétal protecteur. Citons les inondations de 2016 et 2018 en France.
  • De plus, la concentration du ruissellement intensifie le transfert de sédiments chargés de contaminants des sols vers les cours d’eau (engrais azotés ou phosphatés, hydrocarbures, métaux lourds, produits phytosanitaires).
    L’artificialisation des sols peut aussi provoquer un déstockage de carbone rapide et conséquent, qui contribue au changement climatique lorsque le sol n’est pas très vite couvert (végétation, revêtement).
  • Elle fragmente (découpe) les habitats naturels, les écosystèmes et les paysages, affectant fortement la biodiversité. Ce phénomène est particulièrement visible dans les zones d’extension périurbaine, où la construction de logements individuels de plus en plus éloignés des centres historiques urbains est extrêmement consommatrice en sols cultivés. Le mitage y est renforcé par la construction de réseaux de communication nécessaires aux trajets domicile-travail.
  • L’imperméabilisation des sols contribue fortement à l’îlot de chaleur urbain qui ne permet pas aux villes de se rafraîchir suffisamment la nuit.
  • Enfin, l’artificialisation des sols est une source de nuisances pour la population : plus on se situe en centre urbain où l’urbanisation est importante, plus les nuisances (bruit, pollution atmosphérique…) sont cumulées et concentrées.
    Or, l’imperméabilisation des sols est le plus souvent irréversible et particulièrement dommageable pour les sols à grande valeur agronomique : le potentiel de production alimentaire y est perdu à jamais. Le Centre commun de recherche de la Commission européenne estime que quatre millions de tonnes de blé sont perdues chaque année du fait de l’artificialisation des sols.

Lire la suite

Des tonnes de pommes de terre sont épandues sur les champs et pourrissent à l’air libre

Par Nicolas Lejman

Si vous habitez à proximité d’un champ, vous avez peut-être senti de mauvaises odeurs ces derniers jours… D’où viennent ces odeurs ? De pommes de terre en décomposition.

pommes-de-terre-epandues-sur-les-champs

De nombreux agriculteurs n’ont pas d’autre choix que d’épandre leur production de patates de l’année dernière. – © DR

De nombreux agriculteurs n’ont pas d’autre choix que d’épandre leur production de patates de l’année dernière. La récolte 2017 avait été exceptionnelle mais aujourd’hui, ils doivent se débarrasser des surplus.

Nous nous sommes rendus à Clavier, en province de Liège, dans une entreprise de biométhanisation qui utilise les pommes de terre pour en faire du gaz. Il y en a tellement que l’entreprise doit en refuser.

Sur le site, un monticule de pommes de terre est en train de pourrir au soleil. « Les pommes de terre noircissent et une odeur se dégage », précise Grégory Racelle.

L’odeur est difficilement soutenable. Le patron n’avait jamais été autant sollicité. « Cette année-ci, la pomme de terre nous a été proposée en grande quantité. Nous avons encore pas mal de tonnes en stock pour tenir près de deux mois. »

Lire la suite

3 août 2018 – Alerte canicule/ozone

Le SPW – CRC, centre régional de crise de Wallonie, nous informait hier jeudi 2 août 2018 que la concentration d’ozone avait dépassé localement le seuil européen de tolérance : 180µg/m3.
Le CRC signale aussi que ce seuil sera dépassé aujourd’hui 3 août sur la majorité du pays…
Tout le monde sait que ce trioxygène (O3) agresse le système respiratoire et plus généralement toutes les cellules vivantes.
L’augmentation de la concentration de l’ozone est dû principalement aux fortes chaleurs, aux polluants industriels et aux gaz d’échappement des véhicules.
S’il est impossible d’agir sur les conditions météorologiques il est par contre parfaitement possible de freiner la pollution industrielle et celle des véhicules.
En ces jours de canicule on peut certes hydrater et refroidir les personnes âgées ou fragiles mais on ne peut pas les empêcher de respirer.
C’est aux pouvoirs publics d’agir.
Ils peuvent au moins faire appliquer l’interdiction au centre de nos villes aux plus de 3,5T.
Cela fait maintenant 2 ans qu’on nous promet l’installation de caméras verbalisantes aux centre de Warneton. On les attend toujours…
A quoi sert de nous informer des pics d’ozone si on ne fait rien pour les diminuer ? 

SPW---forte-chaleur-et-ozone-20180803

 

L’homme est un prédateur pour la planète

Par Marie Toussaint, Présidente de l’association « Notre affaire à tous »

La destruction de notre planète est une politique de prédation sociale : en détournant le regard face au réchauffement climatique, nos dirigeants s’enferment dans une attitude méprisante, coupable et dangereuse.

cheminee-60m-clw-201611

La cheminée de 60m de l’usine Clarebout de Warneton. Au cours de l’été 2017, l’AWAC (Agence Wallonne de  l’Air et du Climat) autorisait CL Warneton à augmenter ses émissions de gaz à effet de serre (CO2) à dans l’atmosphère…  Photo : Laurie Herbaut (Nov. 2016)

La planète brûle littéralement, et nous regardons ailleurs. Un appel qui semble n’avoir jamais été aussi cuisant et actuel. Car face au jour le plus chaud jamais mesuré, aux milliers d’hospitalisations, aux dizaines de morts au cœur même de l’Europe, au cercle arctique qui prend feu, les Etats membres de l’Union européenne se gargarisent de pouvoir faire preuve de solidarité à travers une aide technique face aux incendies en Grèce ou en Suède. Une aberration, là où la véritable solidarité consisterait à lutter réellement et rapidement contre le réchauffement climatique, là où nul n’assume la responsabilité d’être à l’origine de ces catastrophes.

Car les catastrophes climatiques actuelles ont une cause : l’action humaine. Et à celles et ceux qui considèrent encore l’environnement comme une affaire de « bobos », nous répondons que la destruction de notre planète constitue une véritable politique de prédation sociale, peut-être même la plus grave – car irréparable.

Les violences infligées par la destruction environnementale sont graves. Nous pourrions passer de 3.000 décès annuels à 150.000 d’ici à 2050. Les températures n’ont jamais été aussi élevées, et Jean Jouzel, climatologue et ancien vice-président du GIEC1, nous annonce des pointes à 45 °C en France dans la décennie qui vient.

Lire la suite

Les gaz à effet de serre ont atteint un niveau record en 2017

« Le taux de croissance global du CO2 a presque été multiplié par quatre depuis le début des années 1960 », précise le rapport.

15537767

Des usines au Chili, le 21 mars 2018. (CLAUDIO REYES / AFP)

Alerte aux gaz à effet de serre. Ces composants gazeux contribuant au réchauffement de la planète ont atteint des niveaux record partout dans le monde en 2017. Une année marquée par des températures anormalement élevées et une fonte des glaces sans précédent dans l’Arctique, selon le apport annuel publié par l’Agence nationale océanique et atmosphérique (NOAA) et la société américaine des météorologistes.

Ce rapport de 300 pages, compilé par plus de 450 scientifiques originaires d’une soixantaine de pays, emploie le mot « anormal » plus d’une douzaine de fois pour décrire des tempêtes, des sécheresses, les températures élevées ou encore la fonte record de la glace dans l’Arctique en 2017.

Lire la suite

82 nuisances olfactives et sonores de l’usine CL Warneton signalées en juillet 2018

Ci-dessous le tableau récapitulatif des nuisances olfactives et sonores qui nous ont été signalées en juillet 2018 à l’aide de nos formulaires en ligne :
– Nuisances olfactives : https://amisdewarneton.org/je-temoigne/signaler-les-nuisances-olfactives/
– Nuisances sonores : https://amisdewarneton.org/je-temoigne/nuisances-sonores/
Nos associations Deûlémont Environnement et Les Amis de Warneton remercient tous ceux d’entre vous qui ont pris la peine de se signaler ces nuisances.

nuisances-clw-juillet-2018-1

Lire la suite

Frah (Shaka Ponk) : « Les gens ne savent pas comment faire pour moins polluer »

Par Marine Rolland

Entretien déplastifié avec le chanteur du groupe

Entouré d’un collectif de 32 personnalités (dont Aymeric Caron, Audrey Pulvar, Christophe Willem ou Maxime Le Forestier), le groupe de rock Shaka Ponk a lancé une initiative pour «réduire notre empreinte écologique» à l’aide de «22 gestes qui, si tout le monde s’y mettait, sauveraient l’homme et la planète». Entretien avec Frah, le chanteur du groupe.

frah-shaka-ponk-freaks-gestes

Marine Rolland. Comment est née l’initiative « The Freaks » ?

Frah. Je te fais la petite histoire. On était étroitement en relation avec la Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH) depuis quelques années déjà. Ils avaient sollicité Shaka Ponk et plein d’artistes pour aider My Positive Impact, une de leurs associations en quête de solutions pour lutter contre la pollution. Il fallait voter pour les trois meilleures et diffuser l’info sur les réseaux. On trouvait ça cool mais on voulait faire plus. Alors, pendant la tournée des Zénith de 2014, on s’arrêtait au milieu du concert pour passer le message. On se rendait bien compte que les personnes étaient ultra réceptives mais à la fin du speech tout le monde jetait son gobelet en plastique en l’air pour célébrer… Et il fallait ramasser 7500 gobelets à la fin du show. C’est un vrai paradoxe… Aujourd’hui encore, on sent que les gens comprennent la situation mais n’ont aucune notion de comment faire pour moins polluer. Ils ne savent pas par où commencer. Le but de « The Freaks » est de fournir cette base, avec une liste de gestes simples pour réduire notre empreinte environnementale.

Lire la suite

Terres agricoles : peut-on mettre fin au grignotage belge ?

Par Aude Deraedt

Des « verrous réglementaires ». C’est ce qu’a promis Emmanuel Macron, à la veille du Salon de l’agriculture en début de mois. L’annonce du président de la République vise à freiner l’augmentation du rachat de terres agricoles par des sociétés étrangères. Une situation qui, bien que naissante, concerne encore peu le Nord – Pas-de-Calais, plus touché par la sous-location de terres agricoles, notamment par les Belges. Une pratique illégale en plein essor.

DSC04842

Tracteur de pommes de terre cultivées dans le Nord de la France traversant le centre de Warneton. Au moment de la récolte des pommes de terres cet agriculteur établi dans notre  région transporte ainsi une centaine de remorques à 3 essieux remplies de pommes de terre comme sur cette photo….

Quand sonne l’heure de la récolte, le bal commence. « Un bal de plaques rouges », qu’observe « depuis une dizaine d’années » Jean-Luc Bardel, agriculteur à Éringhem, en Flandres. Celles des tracteurs et des camions belges, qui arrivent en masse dès l’été pour récolter les pommes de terre, puis les choux de Bruxelles, semés par leurs soins sur les terres agricoles nordistes.

tracteurs-choux-de-bruxelles-rue-d-ypres-02

Tracteur de choux de Bruxelles cultivées dans le Nord de la France traversant le centre de Warneton.

Lire la suite