Poids lourds et tracteurs agricoles traversant le centre de Warneton malgré l’interdiction aux +3,5T (vidéos)

Les poids lourds et les tracteurs agricoles sont nombreux à traverser en toute impunité le centre de Warneton malgré la présence de panneaux d’interdiction aux +3,5T.

Visionner les montages vidéos ci-dessous réalisés à partir d’enregistrements effectués entre les 25/10 et le 23/11 à différents moments de la journée…

25/10/2017 (16h00 à 17h30 et 19h00 à 20h50)
Durée du montage vidéo : 12mn34s

26/10/2017 (19h00 à 22h15)
Durée du montage vidéo : 5mn

Lire la suite

Pollution de l’air: cri d’alarme des médecins, Smet se réjouit de l’initiative

Emissions of a starting diesel engine

Les quotidiens Le Soir et De Standaard publient lundi une lettre ouverte, transmise par « une centaine » de médecins de Belgique, qui souhaitent « tirer la sonnette d’alarme » auprès des autorités fédérales et régionales bruxelloises au sujet de la pollution atmosphérique. « Malgré l’obligation des autorités de garantir un air plus sain depuis 2010, la population vit dans un air dangereux et malsain », préviennent les scientifiques. « La pollution de l’air nuit gravement à la santé des Bruxellois et des navetteurs, et particulièrement à celle des enfants, des personnes âgées et des personnes déjà atteintes d’une maladie », ajoute le texte, qui précise que, de nos jours, « même les non-fumeurs courent le risque de mourir d’un cancer du poumon ». Du risque cardiovasculaire à l’asthme en passant par des troubles cognitifs: les effets de la pollution de l’air sont liés en Belgique à « une réduction importante de l’espérance de vie, qui se traduit annuellement par au moins 632 décès prématurés ».

« Ceci pourrait être évité si Bruxelles appliquait les normes de l’OMS et respectait les taux de concentration moyenne de particules fines de 20 microg/m³ », assènent les auteurs. « Le gain d’espérance de vie se traduirait par une économie d’un montant impressionnant de plus de 758 millions d’euros par an ».

« Dans le cas de la pollution de l’air, la recherche scientifique ne laisse pas d’ambiguïté sur les causes que nous devons viser pour protéger les citoyens », et la résolution de ce problème « incombe à notre gouvernement et à nos ministres ». « Un air sain est d’ailleurs un droit fondamental et universel », souligne la lettre ouverte, qui évoque une « crise de santé silencieuse et inacceptable ».

Les médecins pointent une politique insuffisante, notamment dans le cadre du Plan Air-Climat-Énergie mis sur pied par le gouvernement bruxellois en 2016, qui « ne satisfait pas (…) aux exigences de la directive européenne en matière de qualité de l’air (directive 2008/50/CE) ».

Lire la suite

Les petits oiseaux

cyanistescaeruleuswithforage

Et, oui, on va encore dire que les « amis de Warneton » ne s’intéressent qu’aux petits oiseaux !

Je reprends ici l’information très sérieuse parue dans le journal Le Monde du 3/11/2017 et je vous expliquerai pourquoi il ne s’agit pas seulement de petits oiseaux.

« En 30 ans l’Europe a perdu 400 millions d’oiseaux et 80% d’insectes. »

Ce ne sont pas des politiciens ou des journalistes qui l’affirment mais des scientifiques qui, sur le terrain, par des méthodes précises et reconnues, ont établi ce constat.

Déjà les apiculteurs avaient tiré la sonnette d’alarme : la mortalité des abeilles s’accentue année après année.
Il faut savoir que tout cela est lié. Si les insectes disparaissent c’est parce qu’ils sont empoisonnés. Si les oiseaux disparaissent c’est parce qu’ils mangent des insectes empoisonnés ou des graines empoisonnées et qu’en plus leur habitat disparaît peu à peu.
Cela s’appelle la chaîne alimentaire.
Tout au début de la chaîne il y a le sol et l’eau puis viennent les végétaux.
Si les insectes puis les oiseaux sont empoisonnés c’est parce que les plantes, l’eau et le sol contiennent des poisons.
Ces poisons, c’est l’homme qui les fabrique et c’est lui qui les répand pour produire toujours plus comme c’est l’homme qui confisque des milieux naturels pour construire des usines et là encore pour produire plus.

Lire la suite

Pas de mégots dans mon caniveau!

Vous ne jetez pas vos mégots de cigarette dans votre salon ? Ne les laissez pas non plus tomber dans la rue ! Pas de poubelle en vue ? Procurez-vous un cendrier de poche, en vente au prix de 1 € dans les recyparcs Ipalle.

cendrierdepoche

Vous pouvez vous procurer dans les recyparcs Ipalle des cendriers de poche au prix de 1€. 
Joliment colorés et munis d’un porte-clés, ils permettront aux fumeurs de conserver leurs mégots avant de les jeter à la poubelle. (Photo : IPALLE)

Ce n’est pas parce qu’ils sont petits qu’ils ne polluent pas. Chaque année, dans le monde, des milliards de mégots de cigarette sont jetés dans la nature…

Lire la suite

La traversée dramatique du mégot… du trottoir à la mer…

Amis fumeurs, savez-vous que les mégots que vous jetez par terre sont des déchets extrêmement polluants et non biodégradables qui polluent nos rues, la flore et la faune, et en particulier le milieu marin? 

voyage-d-un-megot-ecocide

Source : ECOCIDE.ORG

Dans le monde, 4 300 milliards de mégots de cigarettes sont jetés dans les rues chaque année soit 137 000 mégots par seconde, soit 2 300 000 tonnes de mégots !

Lire la suite

Les mégots de cigarettes jetés dans les rues ou sur les plages sont un véritable fléau pour la planète

megots-de-cigarettes

Les mégots de cigarettes jetés dans les rues ou sur les plages sont un véritable fléau pour l’homme et la planète…

Nos élus de Comines-Warneton devraient sensibiliser les fumeurs sur la nécessité absolue de ne plus souiller l’environnement avec leurs mégots. Les cigarettes sont nocives pour la santé. Les fumeurs le savent mais elles le sont aussi pour la planète.

Chaque année, 72 milliards de mégots sont disséminés dans la nature. Or, ce sont des déchets non biodégradables qui polluent les villes, la flore et la faune, en particulier le milieu marin. Différentes solutions pour réduire leur impact sur l’environnement ont été proposées, sans grands résultats. Sensibiliser les fumeurs à cette pollution semble être le meilleur moyen.

Lire la suite

La Suisse vient d’inaugurer la première usine au monde de capture de CO2

sdfgdfhn

La première usine commerciale de capture de CO2 se situe à Zurich.

La première usine de capture de CO2 vient d’être installée à Zurich en Suisse. Une solution qui pourrait révolutionner la lutte contre le réchauffement climatique.

Se faire de l’argent sur le dos de la pollution ? C’est désormais possible et c’est même une bonne chose.

La première usine au monde de capture de dioxyde de carbone (CO2) vient d’être mise en route. L’idée de l’entreprise suisse Climeworks, à l’origine de l’installation, est simple : capturer directement le CO2 s’échappant d’une usine d’incinération des déchets, le stocker puis le vendre aux serres des alentours.

Lire la suite

Qualité de l’air : proposition du Parlement de Wallonie

Fin 2016, une « proposition de résolution visant à développer une politique ambitieuse en matière de qualité de l’air en Wallonie » [1] était déposée par Monsieur Stoffels, Madame Morreale, Monsieur Denis, Madame Géradon, Monsieur Lenzini et Madame Trotta. La proposition a été favorablement accueillie par la Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et des transports, laquelle procédait à des auditions ce jeudi 23 mars 2017. Cinq organismes étaient auditionnés : Agence européenne de l’environnement (EEA), Commission européenne, AwAC, Union wallonne des entreprises (UWE) et IEW.

Inter-Environnement Wallonie salue bien sûr la proposition de résolution du Parlement wallon ainsi que la volonté des membres de la Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et des transports de traiter cette question de santé publique. L’objectif de développement d’une politique de la qualité de l’air ambitieuse en Wallonie, dotée d’une «  véritable stratégie » et « se référant aux normes et recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) » rejoint les préoccupations de notre Fédération. Lire la suite

La pollution de l’air en lien avec les performances à l’école

L’étude a été menée dans trois écoles primaires flamandes, à Zonhoven, Tirlemont et Hasselt.

82437782_b9710727419z-1_20170106071715_000_g9m89doji-1-0

Les écoliers sont moins performants en classe les jours où l’air est davantage pollué dans et autour de leur école, ressort-il d’une étude belge reprise vendredi dans le Morgen.

Les chercheurs se sont rendus plusieurs fois dans trois écoles primaires flamandes, à Zonhoven, Tirlemont et Hasselt. Ils y ont observé que les points des élèves augmentaient quand l’air était davantage pur. Ce n’était pas le cas, en revanche, pour les élèves dont l’environnement à domicile était fort pollué.

« Il faut faire quelque chose urgemment »

«  Les différences sont subtiles mais interpellantes. L’effet de la pollution de l’air est presqu’aussi déterminant que le niveau d’éducation des parents  », indique le professeur en épidémiologie Tim Nawrot (UHasselt). «  Nous ne pouvons pas nier que la qualité de l’air a des conséquences au niveau cognitif. Vu que la Flandre est traversée par un trafic intense, nous devons y faire quelque chose urgemment. Nous avons réalisé l’étude dans des écoles où l’air était d’ailleurs relativement peu pollué. Dans une ville dense, les effets sont certainement plus importants.  »

Source : Le Soir du 6 janvier 2017