Pollution de l’air: cri d’alarme des médecins, Smet se réjouit de l’initiative

Emissions of a starting diesel engine

Les quotidiens Le Soir et De Standaard publient lundi une lettre ouverte, transmise par « une centaine » de médecins de Belgique, qui souhaitent « tirer la sonnette d’alarme » auprès des autorités fédérales et régionales bruxelloises au sujet de la pollution atmosphérique. « Malgré l’obligation des autorités de garantir un air plus sain depuis 2010, la population vit dans un air dangereux et malsain », préviennent les scientifiques. « La pollution de l’air nuit gravement à la santé des Bruxellois et des navetteurs, et particulièrement à celle des enfants, des personnes âgées et des personnes déjà atteintes d’une maladie », ajoute le texte, qui précise que, de nos jours, « même les non-fumeurs courent le risque de mourir d’un cancer du poumon ». Du risque cardiovasculaire à l’asthme en passant par des troubles cognitifs: les effets de la pollution de l’air sont liés en Belgique à « une réduction importante de l’espérance de vie, qui se traduit annuellement par au moins 632 décès prématurés ».

« Ceci pourrait être évité si Bruxelles appliquait les normes de l’OMS et respectait les taux de concentration moyenne de particules fines de 20 microg/m³ », assènent les auteurs. « Le gain d’espérance de vie se traduirait par une économie d’un montant impressionnant de plus de 758 millions d’euros par an ».

« Dans le cas de la pollution de l’air, la recherche scientifique ne laisse pas d’ambiguïté sur les causes que nous devons viser pour protéger les citoyens », et la résolution de ce problème « incombe à notre gouvernement et à nos ministres ». « Un air sain est d’ailleurs un droit fondamental et universel », souligne la lettre ouverte, qui évoque une « crise de santé silencieuse et inacceptable ».

Les médecins pointent une politique insuffisante, notamment dans le cadre du Plan Air-Climat-Énergie mis sur pied par le gouvernement bruxellois en 2016, qui « ne satisfait pas (…) aux exigences de la directive européenne en matière de qualité de l’air (directive 2008/50/CE) ».

Lire la suite

23/10/2017 – Poids lourds et tracteurs agricoles traversant le centre de Warneton malgré l’interdiction aux +3,5T…

Ce 23/10/2017, les poids lourds et les tracteurs agricoles étaient nombreux à traverser en toute impunité le centre de Warneton entre 13h00 et 15h00 malgré la présence de panneaux d’interdiction au +3,5T. Nous déplorons l’absence d’agents de police pour constater et verbaliser…

Articles connexes

28/10/2017 – Le point sur la circulation du charroi lourd dans le centre de Warneton depuis la mise à 90km/h de la N58

Le point sur la circulation du charroi lourd dans le centre de Warneton depuis la mise à 90km/h de la N58

28 octobre 2017 – Comparé à avant la mise à 90km/h de la N58 il y a moins de poids lourds et de tracteurs traversant le centre de Warneton mais il y en a toujours – et même beaucoup certains jours – qui ignorent volontairement ou non l’interdiction aux + de 3,5 t. et leur obligation d’emprunter la N58.

Pour mémoire, seuls les camions venant livrer des commerces warnetonnois et les tracteurs appartenant à des agriculteurs établis à Comines-Warneton sont autorisés à circuler dans le centre de Warneton.

Quels sont ces camions et ces tracteurs qui traversent quotidiennement le centre de Warneton ? (Photos prises entre le 18 et le 27 octobre 2017)

1. Le charroi agricole effectuant des allers-retours incessants entre les usines PINGUIN de Sainte Marguerite et celles de Langemark et de Westrozebeke.

DSC04939

Tracteur transportant des choux-fleurs se rendant très probablement à l’usine Pinguin de Ste Marguerite

DSC04916

Retour près livraison des choux-fleurs en France

Lire la suite

La RN 58 à 90 km/h à partir du 1er juillet : quelles implications?

tracteur-clarebout-rn58-20161122

L’objectif de cette réduction de vitesse est multiple :

  • Libérer les centres-villes du trafic lourd et rendre les rues aux habitants du quartier,
  • Renvoyer le trafic de transit sur des routes de contournement et de remembrement, tant sur notre territoire que sur les communes voisines,
  • Utiliser de manière optimale la RN58 qui a les capacités de recevoir un trafic plus important,
  • Réduire la vitesse et assurer la sécurité des usagers sur la RN58 :

Nous en profitons pour préciser que «rouler moins vite» a bien des avantages !!, cela réduit statistiquement le risque d’accidents et la gravité des conséquences qui en découlent.

  • La vision est élargie : le champ visuel est de 90 degrés à 90 km/h, et n’est que de 35 degrés à 120 km/h.
  • A vitesse réduite, l’’adhérence du véhicule à la route est augmentée.
  • Plus la vitesse est réduite, moins violent est le choc éventuel.

Et pour finir, la différence de temps de trajet sur les 13 km n’est que de 2 min. et 10 sec. en roulant à 90 km/h au lieu de 120 km/h.

Ça concerne qui ?

Tous les véhicules sont concernés (automobiles, poids lourds, tracteurs, motos…). Il est à préciser que la RN58 sera, par contre, toujours interdite aux scooters de classe a et b,
cavaliers, cyclistes, piétons.

Lire la suite

COMINES-WARNETON : Les flashes vont crépiter dès le 27 juin, dès la semaine prochaine, le SPW posera des panneaux pour signifier les 90 km/h. La vitesse sera immédiatement contrôlée

a769a7c8-208f-4558-bc05-c387a3263141_original

Le 1er juillet, ce camion devrait être verbalisé.

«La finalité n’est pas de réaliser un maximum d’amendes et de remplir les caisses, mais bien d’assurer la sécurité du citoyen, rassure Yves Fobelets, directeur des routes au SPW Mons. Concrètement, un Lidar sera fonctionnel dès le mardi 27 juin, mais il sera réglé sur la vitesse maximale de 120 km/h. Le 1er juillet, la vitesse sera modifiée à 90 km/h. Un deuxième Lidar sera utilisé durant dix semaines. Des contrôles de la zone locale, renforcés par la police de la route(1) sont programmés

Courant premier semestre 2018, les 13 km seront équipés d’un radar multitronçons doté du dispositif de reconnaissance de plaques. Ce dispositif équipé de portiques calcule, grâce à un logiciel, le temps mis entre deux points et, par conséquent, la vitesse. Un investissement estimé à 500 000 euros.

Les camionneurs ne seront pas ravis de ne plus pouvoir emprunter le centre de Warneton: à cause des 10 km de détour, mais aussi pour la taxe OBU(2) redevable sur la RN58. D’autant plus que leur GPS les fait trop souvent passer par le centre.

Lire la suite

COMINES-WARNETON – Les tracteurs admis sur la RN58 dès le 1er juillet, une conférence de presse transfrontalière a donné le top départ: RN58 à 90 km/h avec tracteurs autorisés et fin des 3,5 t au centre de Warneton

Après sept années de tergiversations, la RN58 passe à 90 km/h pour permettre aux tracteurs d’y circuler. Belges et Français ont collaboré au projet.

Mardi soir, au commissariat de police de la rue de Warneton, la Ville, le Service Public de Wallonie et la police ont organisé une conférence de presse afin d’annoncer ce qui changera le 1er juillet. Les maires français des communes avoisinantes, Christophe Liénart pour Deûlémont et Yvon Pétronin pour Warneton France, étaient invités. On notait aussi la présence du conseiller de la MEL(1), Michel Plouy et de Bernard Parez, élu warnetonnois; de même que d’Yves Fobelets, Pierre Frénotte et Sébastien Maes, tous trois du SPW.

Ce n’est plus une surprise: la RN58 passera à 90 km/h dès l’aube du 1er juillet, avec des contrôles drastiques appliqués dès le premier jour, a expliqué le chef de corps Sébastien Dauchy. Parallèlement, le centre de Warneton sera interdit au «transport de choses de plus de 3,5 tonnes». À savoir pour les rues Pierre de Simpel, d’Ypres et de Lille. D’où l’interdiction d’emprunter le pont frontière, que des panneaux annonceront sur le rond-point du Match, à Deûlémont. «Deux dessertes locales sont prévues, surtout pour les livraisons: de la sortie “ Cœur Joyeux ” à la place de la Station et de la sortie “ Pont Rouge ” jusqu’au rempart Volbrecht. Les agriculteurs qui se rendent à leurs champs pour y cultiver la terre ne sont pas concernés par l’interdiction.»

Lire la suite

Avis du porte-parole de Marie-Eve Desbuquoit sur le projet de plateforme portuaire au Pont rouge à Warneton (B)

Dans l’émission SAMEDI+ diffusée hier 10 juin 2017 sur NOTELE M. Vandeschelde, le porte-parole de notre bourgmestre f. f. et de la majorité à Comines-Warneton, donne son avis sur le projet de plateforme portuaire au Pont rouge à Warneton. Ses propos sont  sans équivoque : dans ce projet la pollution et les nuisances seront pour Warneton et ses habitants. En compensation des espaces naturels seront aménagés au Bizet et à Comines…

Ecoutons-le.

Extrait de l’émission Samedi+ diffusée sur NOTELE le 10 juin 2017.

Suivre ce lien pour visionner l’intégralité de cette émission : http://www.notele.be/list13-le-jt-a-la-carte-media51093-plate-forme-bimodale–economie-vs-environnement.html