Aujourd’hui, 10 décembre, c’est la journée mondiale des Droits de l’Homme…

featured-image-index

« Où commencent les droits universels, après tout ? Ils commencent près de chez soi, en des lieux si proches et si petits qu’on ne peut les voir sur aucune carte du monde. […] Si dans ces lieux, les droits sont dénués de sens, ils n’en auront guerre davantage ailleurs. Si chacun ne fait pas preuve du civisme nécessaire pour qu’ils soient respectés dans son entourage, il ne faut pas s’attendre à des progrès à l’échelle du monde. »  – Eleanor Roosevelt

La Déclaration universelle des droits de l’homme a 70 ans

Œuvrons pour l’égalité, la justice et la dignité humaine

La Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre, jour anniversaire de l’adoption par l’Assemblée générale des Nations Unies de la Déclaration universelle des droits de l’homme en 1948. Cette année, la Journée des droits de l’homme donne le coup d’envoi à une année d’événements marquant la célébration prochaine du 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, un document fondateur qui a proclamé les droits inaliénables de chaque individu en tant qu’être humain, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. Il s’agit du document le plus traduit dans le monde, disponible en plus de 500 langues.

Lire la suite

Clarebout Warneton: une personne écrasée sous un chariot élévateur

clarebout-nouvelle-cheminee-20161126-02

Un accident mortel s’est produit ce mardi après-midi dans l’usine Clarebout de Warneton où un ouvrier en charge du nettoyage d’une ligne de surgélation a été écrasé par un chariot élévateur.

Ce sont des collègues de travail qui l’ont retrouvé après s’être inquiétés de son absence.

Les services de secours de Comines ont été alertés vers 15h45 qu’un accident s’était produit au sein de cette entreprise. A 16h30, les services de secours étaient toujours sur place.

Cet hommes n’aurait pas survécu à ses blessures. Il avait 42 ans, était originaire de Roubaix (France) et père de deux enfants, … Il venait juste de signer son CDI.

Sources : DAVID KYRIAKYDIS & NORD ECLAIR – 24 octobre 2017

Communication verrouillée sur la maladie des employés de l’usine de pommes de terre belge

pommes_de_terreL’épidémie pourrait être une fièvre de Pontiac ou syndrome toxique des poussières organiques.
Les autorités refusent pour l’heure de donner la moindre information sur l’épidémie qui a touché en une semaine, 85 salariés d’une usine de Neuve-Eglise en Belgique.

Le 26 juillet dernier, une quinzaine de personnes étaient admis au Centre hospitalier d’Armentières, pour des symptômes respiratoires, des courbatures et de la fièvre. Tous étaient salariés de l’entreprise Clarebout Potatoes, qui conditionne des pommes de terre en frites surgelées. Une semaine plus tard, le jeudi 3 août, le bilan atteignait 85 salariés contaminés.

Si une grande partie des patients sont renvoyés chez eux avec des médicaments contre la fièvre, certains restent hospitalisés ou en isolement par précaution. Des analyses sont également réalisées afin de déterminer l’infection. Si les résultats devaient arriver vendredi dernier selon le directeur de garde d’Armentières, Claude Decrock, interviewé par la Voix du Nord, il n’en est toujours rien ce dimanche 6 août. D’ailleurs la communication autour de la mystérieuse épidémie, semble verrouillée à tous les niveaux.

Lire la suite

Des techniciens de Tacquet industries, victimes oubliées de Clarebout Potatoes ?

C’est ce qu’affirme le patron de cette entreprise carvinoise dont quatre techniciens, après être intervenus, fin juillet, sur le site industriel belge touché par une infection, ont été malades et sont, pour deux d’entre eux, toujours en arrêt.

b9712802812z-1_20170805150849_0002bg879i9n9h-1-0

Jean-Pierre TACQUET, le PDG.

Tacquet industries est spécialisée en usinage sur site. «On répare toutes les pièces non démontables sur des machines industrielles », explique Jean-Pierre Tacquet, le patron. Une activité qui l’amène à intervenir partout en France et même dans le monde. Et qui a conduit quatre de ses quarante techniciens sur le site de Clarebout Potatoes, à Neuve-Église, en Belgique.

«Deux d’entre eux y sont allés les 19, 20 et 21 juillet, tout s’est bien passé. Puis, ils y sont retournés entre le 26 et le 29, on a dû remplacer l’un d’eux le 28 car il ne se sentait pas bien du tout. Celui qui a pris sa place a, lui aussi, été malade, ainsi qu’un troisième qui est venu en renfort pour donner un conseil technique et qui a été contaminé en deux heures de temps. Quant au quatrième, il a été incommodé mais plus légèrement. » Résultat : deux ont été hospitalisés le week-end et mis en arrêt maladie toute la semaine, sans savoir de quoi ils souffraient. Ni même soupçonner l’origine de leurs maux…

Lire la suite de l’article : LA VOIX DU NORD – 5 août 2017

Clarebout potatoes: fièvre de Pontiac ou réaction aux pesticides?

a98f2d10-909b-4d71-b06d-5966a2c6d242_web__scale_0-3767561_0-3767561

Pendant que les scientifiques se penchent sur cette mystérieuse épidémie, l’usine tourne toujours à plein régime.

Jeudi soir, l’agence flamande de soins et santé a émis un communiqué quant à la contamination à l’entreprise Clarebout, site de Neuve-Église. Une centaine de personnes se sont présentées dans les services d’urgence, mais plus aucune n’est hospitalisée. De plus, aucun nouveau cas n’a été signalé depuis quelques jours.

Dans l’usine, des échantillons d’eau et d’air ont été prélevés pour déterminer si la maladie est due à la présence de légionelles dans l’eau ou de poussières toxiques, dans l’air. Les mesures de sécurité sanitaires sont appliquées à la lettre: port du masque obligatoire et désinfection de toute l’installation d’eau.

Lire la suite

Clarebout : quatre questions sur la mystérieuse infection des salariés de l’usine de pommes de terre

Depuis la semaine dernière, les salariés de l’usine de pommes de terre Clarebout Potatoes, à Neuve-Eglise en Belgique, sont hospitalisés les uns après les autres pour une infection semblable à un état grippal. Le point sur la question. 

20161117112353img_8403-3196997

(…)

Que se passe-t-il à l’usine de Neuve-Eglise (B) ?

Depuis la semaine dernière, un grand nombre d’employés ont été hospitalisés pour des symptômes similaires, proches d’un état grippal : fièvres, courbatures, vertiges…

Les patients ne sont en général restés que quelques heures en hospitalisation, mais ils sont aujourd’hui au moins une centaine à avoir été hospitalisés en France et en Belgique, selon un décompte de la télévision régionale Focus Wtv.

La dernière personne encore à l’hôpital au CH d’Armentières est sortie ce jour.

L’Agence Régionale de Santé des Hauts-de-France, qui s’est penchée sur les cas français, a pour sa part recensé 71 hospitalisations.

Quelles pistes sont envisagées ?

La piste de l’épidémie de grippe a d’abord été envisagée, et cette thèse a d’ailleurs été très vite soutenue par l’entreprise. « On ne peut pas encore le confirmer, mais la probabilité est très grande pour que ce soit la grippe«  avait soutenu l’entreprise auprès de nos confrères de laVoix du Nord.

Lire la suite

Le dernier salarié de Clarebout hospitalisé ne l’est plus

Suite et sûrement pas fin du « feuilleton » Clarebout potatoes, l’usine dont les salariés du site de Neuve-Église sont touchés par une mystérieuse maladie…

b9712775054z-1_20170802163818_0002bgc49hmim5-4-0

Motus et bouche cousue. La stratégie de « communication » de l’usine Clarebout, (…), est claire. Ce jeudi, par téléphone comme lorsque nous sommes allés sur place, nous nous sommes heurtés à la barrière de l’accueil. Nous renvoyant vers l’équivalent belge du ministère de la Santé. Dont le porte-parole, M. Eyckmann, nous assure : «  Un grand nombre de laboratoires sont occupés à analyser les différents échantillons, prélevés dans l’usine, et sur les travailleurs. »…

 

Lire la suite de l’article : LA VOIX DU NORD – 3 août 2017

La compagne d’un ouvrier intérimaire accable Clarebout. 85 travailleurs ont été infectés depuis mercredi

nordeclair-20170803-p003

Jérémy a travaillé dans l’entreprise Clarebout à Neuve-Eglise. Comme les 84 autres, il a été hospitalisé

Aurély D’Hulst est une conjointe inquiète et en colère. Son compagnon fait partie des 85 ouvriers de chez Clarebout passés dans un hôpital de la région pour ce mystérieux virus qui a déjà infecté de nombreux travailleurs de Neuve-Eglise.

« Nous sommes complètement paumés, résume Aurély, nous attendons désespérément des nouvelles de l’hôpital pour savoir ce qu’il se passe!  » Ce témoignage s’apparente à un coup de gueule. Celui d’une compagne inquiète de l’état de son homme. Jérémy a été appelé comme intérimaire chez Clarebout la semaine passée. Dès sa première nuit, il constate que les conditions d’hygiène ne sont qu’à moitié respectées.
Jeudi matin, il constate que plusieurs employés de l’entreprise sont malades et ne veut plus s’y rendre. L’agence d’intérim insiste et invoque une « grippe intestinale « . Mais Jérémy ne cède pas. Dans la soirée, cet habitant de Wasquehal, dans le Nord de la France, est mis K.O. par une violente fièvre. « A notre arrivée aux urgences, ils lui ont posé un masque respiratoire toute de suite « , reprend Aurélie. Après une nuit à l’hôpital d’Armentières, le couple est rentré chez lui après plusieurs examens.

Lire la suite de l’article : PROVINCE.BE – 2 août 2017