La ressource en eau à Comines-Warneton

Par Philippe Mouton

Quelques pistes de réflexion sur la gestion des sécheresses récurrentes dans nos régions.

L’eau de la Lys est retenue.
Il faut observer ce qui se trouve à notre portée pour admettre quelques constats de base et ébaucher des solutions. Il n’y a aucune profusion d’eau dans la Lys. Même si on voit beaucoup d’eau, on remarque vite qu’elle coule à peine. C’est le système d’écluses barragées qui retient l’eau artificiellement et lui seul. S’il n’y avait pas ces écluses et leurs barrages, il y aurait beaucoup moins d’eau dans la rivière. Pour la Lys, il y a de grandes différences de débit entre les périodes de crues et celles d’étiage. L’été est la période d’étiage normale.

dsc046736856103716694505406.jpg

Bras mort de la Lys à Warneton – Photo : Patrick Maton (août 2017)

Reproduire à l’échelle locale ce qui existe dans l’ensemble de la vallée de la Lys.
Ce que l’on voit en grand dans la vallée de la Lys, il faudrait pouvoir le reproduire à petite échelle dans les petits bassins qui alimentent la rivière.
Le principe de ralentir le flux vers la rivière et d’en retenir une partie solutionnerait certains problèmes de sécheresse mais pas tous. Des intercommunales comme Ipalle préconisent cela pour limiter les inondations. Pourquoi ne pas songer à des moyens de retenir une partie de l’eau des crues et la stocker en des lieux adéquats pour s’abriter des sécheresses, cela se fait déjà en beaucoup d’endroits. Les bassins d’orage des zones industrielles pourraient aussi devenir des réserves d’eau pour l’agriculture.
Tout cela doit être considéré dans étude approfondie.

Lire la suite

Pompages de l’eau de la Lys à Comines-Warneton

Par Philippe Mouton,
Conseiller Communal Ecolo à Comines-Warneton.

Comines-Warneton est la seule commune du Hainaut qui soit enclavée entre la France et la Flandre Occidentale. Géographiquement elle fait partie du bassin de l’Escaut, plus précisément en rive gauche de son affluent la Lys.

Bras mort de la Lys entre Warneton et Bas-Warneton – Photo: Patrick Maton (août 2017)

L’herbe des prairies est brûlée, les champs sont poussiéreux, on voit que les nappes phréatiques baissent car les eaux des mares sont basses et il n’y a presque plus de courant dans les cours d’eaux.

De nombreux agriculteurs flamands viennent s’approvisionner en eau dans la Lys en un point situé exactement à la frontière avec la ville de Wervik. Ils ont le droit de le faire à la condition d’avoir demandé une autorisation aux voies navigables.

Lire la suite

Flandre : interdiction de pomper l’eau des rivières et d’arroser en journée

Bras mort de la Lys à Bas-Warneton – Photo : Patrick Maton (août 2017)

Les provinces de Flandre occidentale et Flandre orientale ont annoncé jeudi prendre des mesures contre la sécheresse qui sévit dans la région, ont indiqué les gouverneurs Carl Decaluwé et Jan Briers par communiqués distincts. Si la première a déjà décidé, après consultation urgente, d’interdire le pompage de tous les cours d’eau non navigables dès vendredi ainsi que l’arrosage en journée, la deuxième planche actuellement sur des mesures pour limiter la consommation d’eau.

En plus d’une interdiction de pompage en Flandre occidentale, les citoyens ne sont pas autorisés à laver leur voiture et arroser leur jardin, et ce pour une durée indéterminée, pendant la journée. L’arrosage est autorisé seulement après 20h00, jusqu’à 08h00 du matin. « Pendant la journée, ça n’a pas de sens. Tout s’évapore immédiatement« , a noté le gouverneur. Les habitants sont en outre invités à ne pas gaspiller l’eau potable, le stock étant également en baisse.

Lire la suite

Ces agriculteurs flamands qui prennent le droit de pomper l’eau de la Lys à Bas-Warneton alors que c’est interdit en Flandre

Mise à jour: 18 juillet 2018

Il y a un an notre association signalait l’existence d’un trafic incessant d’engins agricoles flamands venant pomper illégalement l’eau de la Lys à Bas-Warneton.

Cette barrière, ces deux blocs de béton installés en travers du chemin du Prieuré près du cimetière à Bas-Warneton interdisent les tracteurs d’accéder au bord de la Lys. Photo: Patrick Maton (août 2017)

Les autorités communales avaient réagi un peu tardivement, avouons-le, en installant des barrières et des blocs de béton.

L’arrivée d’une période pluvieuse avait réglée le problème et mis fin aux dégradations des berges de la Lys et du chemin de halage non conçus pour accueillir des engins agricoles pesant des dizaines de tonnes….

Nous sommes en 2018, il n’a pas plu depuis plusieurs semaines et, de nouveau, le ballet des tracteurs reprend jour après jour.

Le 9 juillet, nous avons signalé cette atteinte à l’environnement à la police de Comines-Warneton. Cette information lui a été répétée le 11 et le 13 juillet. A ce jour, rien n’a changé alors que la Bourgmestre f. f. a été informée le 12/7. Le même jour, l’administration des voies hydrauliques avouait son impuissance…

Lire la suite

Samedi 7/07/2018 – CL Warneton – Rejets d’effluents industriels polluants dans la Lys.

Les vidéos contenus dans ce montage ont été filmées entre 8h02 et 8h25 (durée : 2:56).

Anomalies constatées

– le débit est trop important à la sortie d’un des deux tuyaux, ce qui nous fait penser que CL Warneton a fait ouvrir une vanne de la station d’épuration et qu’il est en train de vider un des bassins dans la Lys (comme cela a déjà été constaté et filmé à de multiples reprises).
– Le débit n’est pas continu. Des « paquets de matière solide » (de boue ?) interrompant ponctuellemment le débit de l’eau sont rejetés par le tuyau au débit est anormalement élevé…  Pour mémoire, notre vidéo du 23/06 dernier montre que l’eau traitée rejetée dans la Lys peut être claire et, ce, avec un débit normal quand la station d’épuration fonctionne correctement…
– Les effluents rejetés dans la Lys ont tendance à mousser…

Lire la suite

Future plateforme portuaire : « C’est pas nous », clame la bourgmestre

Mise à jour le 29 juin 2018

Par Christelle Jeudy

Le dossier de la future plateforme portuaire prévue à Warneton, au Pont Rouge, s’est invité au conseil communal belge vendredi soir. Mais les questions des élus de l’opposition à la majorité restent sans réponses.

b9716128565z-1_20180623165315_0002bgafbi6k7d-2-0

Inhabituellement programmé à 18 h vendredi soir, le conseil communal belge s’est malgré tout étiré en longueur au gré des quarante délibérations. Rien dans celles-ci sur la future plateforme bimodale prévue au Pont Rouge par le Port autonome du centre et de l’Ouest (PACO), un dossier revenu dans l’actualité ces derniers jours, avec le lancement annoncé de l’enquête publique, côté belge, le 28 juin. Un coup de massue pour les habitants de Deûlémont et les élus du village français, qui se battent contre ce projet depuis son annonce, fin 2016. (…)
L’élu Ecolo, Philippe Mouton, a regretté que « les autorités françaises n’aient pas été informées et aient été de nouveau oubliées » et rappelant les multiples raisons qui le poussent à « avoir peur » de cette plateforme, annonciatrice pour lui et d’autres d’une « zone industrielle » à venir au Pont Rouge.
« On n’a jamais été contre le développement de la voie d’eau, mais là, on est contre« , a-t-il lancé, reliant la plateforme à la future « extension de Clarebout Potatoes » et déplorant  « les tergiversations de Carlo Di Antonio (le ministre wallon de l’environnement) sur ce dossier…. » (…)
Mais on n’en saura pas plus sur ce qu’en pense la majorité. « C’est un projet du PACO, c’est pas nous« , s’est défendu Marie-Eve Desbuquoit…..

Lire la suite de l’article 

Source : LA VOIX DU NORD  – 23 juin 2018

Lire la suite

Rejets d’effluents industriels polluant la Lys par CL Warneton (vidéos filmées entre le 25/05 et le 17/06/2018)

Montage de 10 vidéos filmées entre le 25 mai 2018 et le 17 juin 2018 montrant des rejets polluants d’effluents industriels dans la Lys par la station d’épuration (STEP) de l’usine Clarebout de Warneton.

Suite au permis accordé en 2012 par la région wallonne, la capacité de traitement de la STEP est de 200.000 EH (équivalent habitant), ce qui correspond à la population de Roubaix et Tourcoing ou celle de Charleroi…
Les eaux usées traitées par la STEP déversées dans la Lys devraient être claires comme de l’eau du robinet, ce qui n’est malheureusement pas le cas.
La couleur, l’opacité et le débit important des effluents rejetés mis en évidence dans ce montage laissent penser que CL Warneton est en train de vider un des bassins de la STEP dans la Lys.
Selon nos informations, c’est l’ordre qui serait donné aux opérateurs de la STEP quand un bassin est sur le point de déborder… La surproduction et le manque de formation du personnel seraient la cause de la saturation de la station d’épuration et des rejets polluants qui en résultent. D’où l’augmentation de la capacité de traitement de la STEP en cours avec la transformation du digesteur1 en bassin aérobie, l’installation d’un biréacteur à membrane2 (dans le nouveau bâtiment B33) et de blowers (dans l’extension du bâtiment B21),…

Lire la suite

Contrôle multidisciplinaire dans l’entreprise CL-WARNETON

Mise à jour : 20 juin 2018

clarebout-warneton-20151011-01

Photo: Patrick Maton (octobre 2015)

Ce 15 juin 2018 au matin, un contrôle multidisciplinaire non-annoncé a été mené au sein de l’entreprise CL-WARNETON située chaussée de Lille 61 à 7784 Warneton. Ce contrôle coordonné a été mené sous la direction conjointe de l’auditorat du travail du Hainaut et de l’autorité administrative de la Ville de Comines-Warneton, en présence de Monsieur l’Auditeur du Travail, de madame la Bourgmestre f.f. de Comines-Warneton, d’un magistrat du Parquet du Procureur du Roi de Mons-Tournai, du département de la police et des contrôles de Wallonie, du service de contrôle du Bien-être au travail de Mons, de la Zone de secours de Wallonie Picarde notamment les départements prévention incendie et planification d’urgence, du service urbanisme de la Ville de Comines-Warneton et de la police locale de Comines-Warneton.

Les détails et résultats de cette opération de contrôle feront, le cas échéant, l’objet d’une prochaine communication par les instances précitées.

Source : POLICELOCALE.BE – 15 juin 2018

Remarques de Amis de Warneton

Dans La Voix du Nord du 19/06/2018, nous apprenons notamment que

  • La visite surprise a semé la panique dans l’encadrement.
  • Aucun PV n’ a été établi et l’intention de ce contrôle était de faire passer un message auprès de la direction de CL Warneton…
  • Les services de secours (pompiers) réclament toujours des documents sur la 7e ligne de production(1)
  • Selon l’auditeur du Travail : « Lorsque la police s’est présentée il y a un mois et demi sur un accident de travail, l’accès à l’usine leur a été refusé. Nous n’avons pas vraiment apprécié, alors, nous sommes venus en groupe montrer que nous sommes là.« 
  • Selon le Procureur ce contrôle est une « visite de vérification ».

__________________

Notes :

  1. Cette nouvelle ligne de production devrai être mise en service en juillet 2018.
  2. Suite à la demande de permis de CL Warneton en 2011-2012, le SPW a autorisé:
    – 3 lignes de spécialités de 72 tonnes/jour chacune. Ces lignes portent les n°5, 6 et 7;
    – l’augmentation de la capacité de traitement de la station d’épuration (STEP) avec la construction d’un nouveau bassin aérobie qui atteint ainsi 200.000 EH (eq. habitants) au lieu de 35.000 EH;
    – la construction de l’actuel grand congélateur automatisé (capacité de stockage: 65.520 palettes).
    – avec ces extensions la capacité de production journalière en produits finis de CL Warneton officiellement autorisé par la SPW passe à 1.140 tonnes. En réalité, le tonnage de production journalière est beaucoup plus élevé…
  3. Selon nos sources, la capacité de production de la ligne 7 devrait être entre 40 et 60T/heure, soit entre 960 et 1.440 tonnes/jour et devrait aussi produire, comme c’est le cas avec la ligne 6, des frites surgelées et non seulement des spécialités…
  4. Les lignes 5, 6 et 7 étant identiques aux lignes 3 et 4 dont la production de frites surgelées autorisée par le SPW est 432 tonnes/jour chacune (en réalité 960 à 1.032 tonnes/jour chacune), leur capacité de production peut allègrement atteindre celle des lignes 3 et 4, ce qui est le cas en réalité…
  5. Le nombre de mouvements de poids lourds et tracteurs autorisé par le SPW suite à la demande de permis de 2011-2012 passe à 414.
  6. Nous avons aussi appris que CL Warneton a aussi fait installé un énorme four de cuisson au gaz qui ne figure nul part dans les demandes de permis de 2011-2012 et 2016… Les pompiers feraient bien de s’intéresser à ce four, qui, selon nos informations inquiètent certains employés de l’usine.

A suivre…

Origine des eaux utilisées par CL WARNETON

Attention ! Les chiffres ci-dessous correspondent à une production journalière de produits finis s’élevant à 1.140 tonnes/jour (tonnage officiel autorisé par le SPW)… Comme CL Warneton produit en réalité beaucoup plus, les chiffres ci-dessous sont à augmenter d’autant plus….

dsc00865.jpg

L’établissement dispose de quatre sources d’approvisionnement en eau, à savoir:

  • de l’eau de distribution publique,
  • des eaux pluviales,
  • de l’eau de captage de la Lys,
  • de l’eau recyclée, issue de sa station d’épuration.

L’eau de distribution publique est essentiellement utilisée pour les usages domestiques de l’établissement. Elle peut également être utilisé dans les installations de production (blanchissement et lignes de flocons)

La consommation d’eau de distribution pour les usages industriels n’est pas fixe et varie selon les jours et les besoins. L’établissement dispose à cet effet d’un bassin de stockage d’une capacité de 500 m3 qu’il ponctionne en cas de nécessité. Cette consommation est actuellement estimée à 50.000 m3/an; le demandeur espère diminuer à 12.000 m3 en privilégiant d’autres sources d’approvisionnement.

Les eaux pluviales récoltées au niveau des toitures d’une partie des bâtiments sont utilisées dans les systèmes de refroidissement des unités logistiques du froid, mais également pour le triage et le lavage des pommes de terre.

L’eau issue des captages de la Lys est utilisée pour les parties suivantes du process :

  • blanchiment (frites et flocons);
  • passage des frites dans les bacs contenant du pyrophosphate;
  • refroidisseurs de la ligne de flocons;
  • préparation de polymère;
  • alimentation des chaudières à vapeur;
  • nettoyage à l’eau chaude.

L’eau captée dans la Lys subit un traitement par micro-filtration et d’osmose inversée. Le demandeur dispose actuellement d’une autorisation de captage de 45 m3/h, soit 394.200 m3/an. Il souhaite augmenter cette capacité à 100 m3/h ou encore 876.000 m3/an.

Lire la suite