Pollution : le préfet du Nord abaisse les limitations de vitesse de 20 km/h

Le niveau 2 du plan de lutte contre la pollution a été enclenché par la préfecture pour tout le département du Nord ce vendredi. En conséquence, toutes les limitations de vitesse sont abaissées de 20 km/h de manière obligatoire. La pollution demeure ce samedi.

voiture_20-3618691

Images d’illustration. / © MAXPPP

L’agence de surveillance de l’air, Atmo, déclenche ce samedi un niveau « d’alerte » aux particules en suspension dans le Nord, et un niveau « d’information et de recommandation » pour le Pas-de-Calais.

Pour lutter contre l’épisode de pollution atmosphérique qui s’installe dans notre département du Nord, la préfecture a décidé de mettre en place son plan de réductions des émissions de polluants. Lire la suite

Pollution de l’air : impact sur la mémoire des enfants

Les enfants sont fortement exposés à la pollution lorsqu’ils marchent pour aller à l’école. Selon une étude, les particules fines qui polluent l’air ont un impact sur leur développement cognitif.

gaz-echappement

Photo : Shutterstock

Les principaux facteurs de pollution

La pollution de l’air naît de multiples éléments. Les gaz émis par les échappements des véhicules sont évidemment en cause, sans parler des fumées qui s’échappent des sites industriels, etc. En se rendant à l’école en marchant, les enfants sont exposés à tous ces polluants. On sait déjà que la pollution nuit à la santé. Mais selon les résultats d’une étude, le cerveau des enfants en subit également les conséquences. La mémoire de travail est particulièrement mise à mal, toujours selon les études. Ces dernières ont été réalisées sur 1 an et sur 1 200 individus de 7 à 10 ans fréquentant 39 établissements scolaires différents.

Une mémoire de travail affaiblie de 4 à 5 %

Les chercheurs ayant réalisé l’étude ont effectué quatre prélèvements des particules polluantes tout au long de l’année de suivi. Ils se sont particulièrement intéressé aux PM2,5 qui sont des particules d’un diamètre inférieur à 2,5 microns.
Les enfants ont subi des tests portant à la fois sur l’attention et la mémoire. Les résultats ont démontré que l’exposition aux PM2,5 diminue les capacités de la mémoire de travail. L’impact de la pollution de l’air chiffre cette baisse entre 4 et 5 % des capacités de mémorisation chez l’enfant. Ces estimations ont été officiellement fournies par Mar Álvarez-Pedrerol qui est l’auteur principal de l’étude en question.
Il semble que les garçons sont plus vulnérables aux PM2,5. Pour l’heure, les chercheurs n’ont pas encore réussi à déterminer pourquoi les filles sont un peu moins sensibles aux conséquences de la pollution de l’air.
Quoi qu’il en soit, il est important de rappeler que la capacité pulmonaire est affectée par la pollution. En étant exposés à de fortes concentrations de polluants, même à court terme, les enfants voient leur système pulmonaire s’affaiblir. La respiration se fait plus rapide. Ces informations résultent d’études expérimentales réalisées préalablement.

Lire la suite de l’article

Source : HAGERSERVICES.FR – 10 janvier 2018

Articles connexes

Appel aux ministres pour un air plus sain pour nos enfants (Greenpeace)

Faut-il encore rappeler que la qualité de l’air dans notre pays laisse à désirer? Presque partout, en ville et à la campagne, les gaz d’échappement polluent dangereusement l’air. Mais saviez-vous que les enfants sont particulièrement vulnérables à l’impact des particules fines et du dioxyde d’azote? Ils développent de plus en plus souvent de l’asthme et des infections pulmonaires, ou sont aux prises avec des problèmes de concentration à l’école en raison d’un manque d’air sain.

Cliquer sur le lien suivant pour signer l’appel de Greenpeace aux ministres régionaux de l’Environnement et de la Mobilité:

https://cleanairnow.greenpeace.be/fr/

Lire la suite

La pollution de l’air par le diesel provoque des infarctus

La pollution de l’air exerce un impact presque immédiat sur les infarctus du myocarde. Les particules fines et le dioxyde d’azote contenus dans le diesel sont particulièrement nocifs. D’où l’importance de réduire la proportion de véhicules diesel et de les écarter autant que possible des centres urbains.

pollution-air-diesel

La pollution de l’air, en particulier celle provenant du diesel, exerce un impact presque immédiat sur les infarctus du myocarde. Telle est la conclusion d’une étude scientifique réalisée sous la direction du cardiologue Jean-François Argacha (UZ Brussel). Cette étude est présentée au Congrès de la Belgian Society of Cardiology (BSC) ce jeudi à Bruxelles.

La force de cette étude réside principalement dans son caractère multidisciplinaire, en associant à la fois des cardiologues, des biostatisticiens et des spécialistes de l’environnement. « La cardiologie environnementale est une discipline en plein développement », explique le professeur Argacha. Son étude dresse plusieurs constats interpellants.

Premier constat: la pollution de l’air attaque le cœur plutôt que les poumons.

La pollution a des effets pulmonaires et cancérologiques qui sont connus. Par contre, cela fait peu de temps que l’on s’intéresse aux effets cardiologiques. « Or, insiste le Dr Argacha, les affections qui résultent de la pollution de l’air sont pour 40% pulmonaires et pour 60% cardiovasculaires. Des dégradations rapides de la qualité de l’air s’avèrent avoir un impact direct sur la survenue d’infarctus. » Pourquoi? En raison du stress oxydatif que la pollution génère dans le sang. Les vaisseaux sanguins détestent cela et auront une réaction inflammatoire qui peut déclencher l’infarctus.

Lire la suite de l’article

Source : L’ECHO – 8 février 2018

Pollution de l’air : la Belgique, “prochain pays à se faire taper sur les doigts” selon Greenpeace

Ce mardi, la Commission européenne a convoqué neuf États membres de l’Union Européenne qui ne font pas assez d’efforts pour lutter contre la pollution de l’air. La Belgique n’en fait pas partie mais le pays pourrait être le prochain “à se faire taper sur les doigts” estime Greenpeace. L’organisation a d’ailleurs organisé une action ce mardi au rond-point Schuman.

greenpeace

Des pays comme l’Allemagne, la France et l’Espagne ont été appelés à Bruxelles pour détailler leur plan d’action d’urgence. La Belgique n’en faisait pas partie mais cela ne saurait tarder pour Greenpeace. “Une procédure est en cours à l’encontre de notre pays tant pour le dioxyde d’azote (NO2) que pour les particules PM10 (particule inférieure à 10 micromètres) “, souligne l’organisation. La législation de l’Union européenne fixe des valeurs limites concernant les concentrations de PM10 et de NO2 dans l’air. Lorsque ces valeurs sont dépassées, les États sont tenus d’adopter des plans relatifs à la qualité de l’air et à veiller à ce que ceux-ci prévoient des mesures appropriées pour que les dépassements soient les plus brefs possibles. À ce jour, des actions en justice portant sur le NO2 ont été engagées par la Commission contre treize États membres, dont la Belgique. Cette dernière est également concernée, tout comme quinze autres pays européens, par des procédures devant la Cour de Justice de l’Union portant sur les particules PM10. Les neuf États convoqués mardi au sommet sur la qualité de l’air sont ceux qui ont déjà reçu un avis motivé et pour qui l’étape suivante, dans la procédure d’infraction, serait une saisie de la Cour de justice.

“La Belgique est la prochaine qui se fera taper sur les doigts”, estime cependant Joeri Thijs, expert qualité de l’air et mobilité chez Greenpeace Belgique. “Nous réclamons à pleins poumons à nos politiciens de prendre rapidement au sérieux ce problème de pollution de l’air qui tue prématurément plus de 400.000 Européens. Pour protéger les citoyens, il faut qu’ils dressent d’urgence un plan d’action ambitieux, certainement contre la pollution au dioxyde d’azote, et mesurent convenablement la problématique”, ajoute-t-il.

Avec Belga

Source : BX1 – 30 janvier 2018

Le plus grand purificateur d’air au monde commence à faire ses preuves en Chine

 dtpfianx0ai6ubt

Près d’une année après son inauguration, le purificateur géant situé dans le centre de la Chine a livré un premier bilan encourageant, mais à prendre toutefois avec des pincettes.

Ce plus grand purificateur d’air au monde prend la forme d’une immense tour de 100 mètres de hauteur située dans la province du Shaaxi, dans le centre du pays. Comme l’explique le quotidien South China Morning Post, des chercheurs de l’Institut de l’environnement de l’Académie chinoise des sciences ont récemment mené une étude afin d’évaluer la viabilité du rendement du purificateur.

Mais comment fonctionne cette tour ? Autour du bâtiment, des serres se chargent d’aspirer l’air pollué et le réchauffent grâce à l’énergie solaire. Ensuite, l’air chaud traverse plusieurs couches composées de filtres purifiants avant de ressortir par le sommet.

Principal meneur de l’étude, le professeur Cao Junji indique que dans une zone de 10 km² autour du site, une amélioration de la qualité de l’air a été observée grâce à une douzaine de capteurs installés à des fins de contrôle. Selon l’intéressé, la tour a depuis son inauguration produit plus de 10 millions de mètres cubes d’air pur par jour et a fait baissé de 15 % le taux de particules fines durant les pics de pollution dans la ville de Xi’an (10 millions d’habitants).

Lire la suite

Poids lourds et tracteurs agricoles traversant le centre de Warneton malgré l’interdiction aux +3,5T (vidéos)

Les poids lourds et les tracteurs agricoles sont nombreux à traverser en toute impunité le centre de Warneton malgré la présence de panneaux d’interdiction aux +3,5T.

Visionner les montages vidéos ci-dessous réalisés à partir d’enregistrements effectués entre les 25/10 et le 23/11 à différents moments de la journée…

25/10/2017 (16h00 à 17h30 et 19h00 à 20h50)
Durée du montage vidéo : 12mn34s

26/10/2017 (19h00 à 22h15)
Durée du montage vidéo : 5mn

Lire la suite

Pollution de l’air: cri d’alarme des médecins, Smet se réjouit de l’initiative

Emissions of a starting diesel engine

Les quotidiens Le Soir et De Standaard publient lundi une lettre ouverte, transmise par « une centaine » de médecins de Belgique, qui souhaitent « tirer la sonnette d’alarme » auprès des autorités fédérales et régionales bruxelloises au sujet de la pollution atmosphérique. « Malgré l’obligation des autorités de garantir un air plus sain depuis 2010, la population vit dans un air dangereux et malsain », préviennent les scientifiques. « La pollution de l’air nuit gravement à la santé des Bruxellois et des navetteurs, et particulièrement à celle des enfants, des personnes âgées et des personnes déjà atteintes d’une maladie », ajoute le texte, qui précise que, de nos jours, « même les non-fumeurs courent le risque de mourir d’un cancer du poumon ». Du risque cardiovasculaire à l’asthme en passant par des troubles cognitifs: les effets de la pollution de l’air sont liés en Belgique à « une réduction importante de l’espérance de vie, qui se traduit annuellement par au moins 632 décès prématurés ».

« Ceci pourrait être évité si Bruxelles appliquait les normes de l’OMS et respectait les taux de concentration moyenne de particules fines de 20 microg/m³ », assènent les auteurs. « Le gain d’espérance de vie se traduirait par une économie d’un montant impressionnant de plus de 758 millions d’euros par an ».

« Dans le cas de la pollution de l’air, la recherche scientifique ne laisse pas d’ambiguïté sur les causes que nous devons viser pour protéger les citoyens », et la résolution de ce problème « incombe à notre gouvernement et à nos ministres ». « Un air sain est d’ailleurs un droit fondamental et universel », souligne la lettre ouverte, qui évoque une « crise de santé silencieuse et inacceptable ».

Les médecins pointent une politique insuffisante, notamment dans le cadre du Plan Air-Climat-Énergie mis sur pied par le gouvernement bruxellois en 2016, qui « ne satisfait pas (…) aux exigences de la directive européenne en matière de qualité de l’air (directive 2008/50/CE) ».

Lire la suite

La pollution de l’air coûte 225 milliards de dollars à l’économie mondiale

4994719_3_55d5_des-enfants-et-leurs-parents-portant-des_8f10f37afd58f359a64e7f61b584d5a5

Des enfants et leurs parents portant des masques, dans une rue de Harbin, ville de la province de Heilongjiang en Chine, le 3 novembre 2015, un jour de pollution sévère.

La pollution atmosphérique est responsable d’un décès sur dix dans le monde, six fois plus que le paludisme, selon un rapport de la Banque mondiale.

La pollution atmosphérique est responsable d’un décès sur dix dans le monde, six fois plus que le paludisme. Un fléau sanitaire qui entraîne un colossal manque à gagner pour l’économie mondiale : 225 milliards de dollars (199 milliards d’euros) de pertes de revenus par an. En publiant, jeudi 8 septembre, une évaluation du fardeau financier que fait peser la mauvaise qualité de l’air, la Banque mondiale cherche à susciter un sursaut.

Lire la suite

Particules en suspension (PM10, PM2,5)

Définition et principales sources des particules fines

repere-taille-pm-10-25Les particules en suspension (notées « PM » en anglais pour « Particulate matter ») sont d’une manière générale les fines particules solides portées par l’eau ou solides et/ou liquides portées par l’air (Wikipédia).

Pour faire simple, les particules fines, c’est de la poussière. Dans le cas de la pollution de l’air, ces poussières sont souvent issues de combustions qui ne sont pas totales. Elles génèrent ce qu’on appelle des imbrûlés. Quand on voit la fumée sortir du cheminée, d’un pot d’échappement ou quand on recrache de la fumée de cigarettes, c’est parce qu’il y a énormément de particules, de plus ou moins petites tailles.
Lire la suite