Poids lourds et tracteurs agricoles traversant le centre de Warneton malgré l’interdiction aux +3,5T (vidéos)

Les poids lourds et les tracteurs agricoles sont nombreux à traverser en toute impunité le centre de Warneton malgré la présence de panneaux d’interdiction aux +3,5T.

Visionner les montages vidéos ci-dessous réalisés à partir d’enregistrements effectués entre les 25/10 et le 23/11 à différents moments de la journée…

25/10/2017 (16h00 à 17h30 et 19h00 à 20h50)
Durée du montage vidéo : 12mn34s

26/10/2017 (19h00 à 22h15)
Durée du montage vidéo : 5mn

Lire la suite

Taxe kilométrique: Augmentation des tarifs en Wallonie à partir du 1er janvier

De nouveaux tarifs de prélèvement kilométrique pour les camions de plus de 3,5 tonnes seront d’application en Wallonie à partir du 1er janvier 2018, a annoncé Viapass, l’entité interrégionale qui coordonne la taxe kilométrique (ou redevance en Wallonie).

Contrairement aux deux autres régions du pays, la Wallonie n’avait pas procédé à l’indexation de ses tarifs le 1er juillet dernier. Pour cet ajustement, la Région n’a pas pris en compte l’indice des prix à la consommation. Au 1er janvier 2018, une augmentation linéaire de la redevance de 0,003 euro/km sera appliquée à l’ensemble des tarifs.

Selon l’UPTR, il s’agit d’une augmentation allant de 1,50% à 4,05%. « Difficile dans ces conditions de parler d’indexation. Difficile aussi de comprendre pourquoi les camions les plus propres (normes Euro 6 et 7) sont les plus impactés par cette augmentation », relève l’Union Professionnelle du Transport et de la Logistique vendredi dans un communiqué.

Belga

Source : DHNET.BE – 16 novembre 2017

Pollution de l’air: cri d’alarme des médecins, Smet se réjouit de l’initiative

Emissions of a starting diesel engine

Les quotidiens Le Soir et De Standaard publient lundi une lettre ouverte, transmise par « une centaine » de médecins de Belgique, qui souhaitent « tirer la sonnette d’alarme » auprès des autorités fédérales et régionales bruxelloises au sujet de la pollution atmosphérique. « Malgré l’obligation des autorités de garantir un air plus sain depuis 2010, la population vit dans un air dangereux et malsain », préviennent les scientifiques. « La pollution de l’air nuit gravement à la santé des Bruxellois et des navetteurs, et particulièrement à celle des enfants, des personnes âgées et des personnes déjà atteintes d’une maladie », ajoute le texte, qui précise que, de nos jours, « même les non-fumeurs courent le risque de mourir d’un cancer du poumon ». Du risque cardiovasculaire à l’asthme en passant par des troubles cognitifs: les effets de la pollution de l’air sont liés en Belgique à « une réduction importante de l’espérance de vie, qui se traduit annuellement par au moins 632 décès prématurés ».

« Ceci pourrait être évité si Bruxelles appliquait les normes de l’OMS et respectait les taux de concentration moyenne de particules fines de 20 microg/m³ », assènent les auteurs. « Le gain d’espérance de vie se traduirait par une économie d’un montant impressionnant de plus de 758 millions d’euros par an ».

« Dans le cas de la pollution de l’air, la recherche scientifique ne laisse pas d’ambiguïté sur les causes que nous devons viser pour protéger les citoyens », et la résolution de ce problème « incombe à notre gouvernement et à nos ministres ». « Un air sain est d’ailleurs un droit fondamental et universel », souligne la lettre ouverte, qui évoque une « crise de santé silencieuse et inacceptable ».

Les médecins pointent une politique insuffisante, notamment dans le cadre du Plan Air-Climat-Énergie mis sur pied par le gouvernement bruxellois en 2016, qui « ne satisfait pas (…) aux exigences de la directive européenne en matière de qualité de l’air (directive 2008/50/CE) ».

Lire la suite

23/10/2017 – Poids lourds et tracteurs agricoles traversant le centre de Warneton malgré l’interdiction aux +3,5T…

Ce 23/10/2017, les poids lourds et les tracteurs agricoles étaient nombreux à traverser en toute impunité le centre de Warneton entre 13h00 et 15h00 malgré la présence de panneaux d’interdiction au +3,5T. Nous déplorons l’absence d’agents de police pour constater et verbaliser…

Articles connexes

28/10/2017 – Le point sur la circulation du charroi lourd dans le centre de Warneton depuis la mise à 90km/h de la N58

La N 58 bientôt limitée à 90 km/h

b2756633-6098-4ea5-bdcc-5320b02c9ad1_original

Selon des statistiques, près de 800 tracteurs et poids lourds empruntent chaque jour le centre de Warneton

La N58 bientôt limitée à 90 km/h, après des années de tergiversations, Maxime Prévot, le ministre wallon des Transports, a donné son accord pour que la vitesse sur la N58 soit limitée à 90 km/h.

Les 13 kilomètres sur le sol wallon, entre le pont du Badou au Bizet et la frontière avec Wervicq, sont concernés. Une partie de ce tronçon est actuellement à 120 km/h.

La diminution de la vitesse autorisée permettra aux tracteurs de l’emprunter et de ne plus encombrer le centre de Warneton, mais aussi ceux de Comines et de Bas-Warneton. Cette décision est liée à l’important charroi qui alimente l’entreprise de frites surgelées, chaussée de Lille.

«Il y a eu un protocole d’accord entre le SPW et le ministère afin de limiter la vitesse, moyennant quelques aménagements, se réjouit l’échevin Didier Vandeskelde. Des panneaux doivent être installés. Le SPW annonce que tout sera mis en place pour le 1er juillet; ce qui me paraît fort rapide, mais nous ne sommes plus à quelques semaines près.» Lire la suite

RN58 : de 120 à 90 dès juillet!

ne-20170518-rn58-120-a-90

La RN58 pourra prochainement être utilisée par les tracteurs, une bonne nouvelle.

Un soulagement pour les habitants de Warneton.

Avec près de 800 tracteurs et poids lourds qui transitent par Warneton chaque jour, il était temps qu’une solution soit trouvée pour désengorger les centres de Warneton, Bas-Warneton et Comines. Visiblement, le SPW, après de nombreuses interpellations des pouvoirs locaux (NDLR: et de notre association), a décidé de modifier la vitesse sur la RN58 dans les prochains mois. À partir de juillet, la vitesse devrait passer de 120 à 90 km/h. Lire la suite

Pollution au diesel : après les logiciels truqueurs des voitures, les boîtiers tricheurs des camions !

Des transporteurs déconnectent les systèmes antipollution grâce à des boîtiers en vente sur internet. La combine se répand et les autorités tardent à réagir. 

La triche sur les moteurs diesel ne concerne pas que les voitures des particuliers. Les poids lourds qui circulent en France comme en Europe sont pour une bonne part munis d’un système qui permet de désactiver le dispositif antipollution. En toute illégalité, et avec des conséquences dramatiques en termes de pollution. En cause : de petits boîtiers qui, pour une centaine d’euros, évitent aux camionneurs de refaire le plein d’AdBlue, l’additif qui permet de réduire les émissions en oxydes d’azote (NOx).

12454301

Schéma du système AdBlue  (THOMAS JOST / RADIO FRANCE)

L’AdBlue est un additif qui permet de « traiter » les émissions

Cela peut paraître paradoxal, mais quand ils ne sont pas trafiqués, les camions de dernière génération polluent nettement moins que les voitures qui sortent actuellement des chaînes de production des constructeurs automobiles. Ce constat a été tiré par l’ONG américaine ICCT. C’est aussi elle qui a révélé le scandale Volkswagen. Dans son étude, elle montre qu’en conditions réelles, les camions émettent deux fois moins d’oxydes d’azote (NOx) que les automobiles. La raison de cette prouesse technique ? Les dispositifs antipollution qui équipent les poids lourds sont nettement plus contraignants. Et l’utilisation de l’AdBlue permet de « traiter » les gaz déchappement et de réduire les NOx.

Suivre ce lien pour lire la suite :
http://www.francetvinfo.fr/economie/automobile/volkswagen/pollution-au-diesel-apres-les-logiciels-truqueurs-des-voitures-les-boitiers-tricheurs-des-camions_2186239.html

Source : FRANCETVINFO.FR – 12 mai 2017

Question orale de M. Gillot à M. Di Antonio, Ministre de l’Environnement, sur « l’impact environnemental de l’entreprise Clarebout Potatoes à Warneton »

31/01/2017 – Question orale de M. Frédéric Gillot, Député wallon PTB, à M. Carlo Di Antonio, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire, de la Mobilité et des Transports et du Bien être animal, sur « l’impact environnemental de l’entreprise Clarebout Potatoes à Comines-Warneton »

  • Session : 2016-2017
  • Année : 2017
frederic-gillot

Fédéric Gillot

M. Gillot (PTB-GO !). –

Monsieur le Ministre, l’entreprise Clarebout Potatoes exporte mondialement des produits à base de pommes de terre. Depuis 2009, cette entreprise a une unité de production à Warneton. Il y a également une grosse unité de production à Nieuwkerke, dans la commune voisine de Heuvelland, en province de Flandre occidentale. Ces deux sites de production causent depuis des années des nuisances aux riverains. En ce qui concerne le site de Warneton, il y a essentiellement des plaintes pour mauvaises odeurs, trafic de camions aux environs de Warneton, dans la vallée de la Lys et dans la commune voisine de Deûlémont en France. On rapporte également des déversements d’eaux usées dans la Lys, tandis que l’entreprise dispose pourtant d’une station d’épuration.

Le 22 décembre 2016, un tel déversement dans un ancien bras de la Lys a été documenté par des passants et a étépostésur Internet. Cet incident fut l’occasion d’un sujet dans le journal de la télévision régionale Focus WTV. Le rejet était d’une telle importance que de nombreuses normes en vigueur étaient sans aucun doute dépassées. Malgré les dénégations initiales par l’entreprise, celle-ci a reconnu le jour suivant qu’il s’agissait d’une défaillance accidentelle unique du système d’épuration. Pourtant, on peut constater visuellement très clairement que le bras de la Lys lui-même est très pollué et envasé, ce qui indique des déversements répétés. La pollution elle-même poursuit son cours via la Lys vers la Flandre.

Y a-t-il eu dans le passé des constatations de dépassement des normes d’émission pour cette entreprise ?

Quelle est la fréquence de contrôle des émissions de cette entreprise ? Y a-t-il eu des contrôles de la pollution du bras de Lys adjacent, ainsi que de ses sédiments ? L’administration est-elle au courant de l’incident du 22 décembre dernier mentionné ci-dessus ?

Y a-t-il déjà eu une concertation avec la Région flamande concernant la pollution transfrontalière par cette entreprise ?

Réponse de M. Di Antonio, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire, de la Mobilité et des Transports et du Bien-être animal.

En ce qui concerne les constats d’infractions environnementales, Monsieur Gillot, le Département de la Police et des Contrôles de Mons a déjà constaté des infractions en matière de déversements d’eaux usées au niveau de cette entreprise. Conformément à la réglementation, divers avertissements et procès-verbaux ont été dressés à son encontre.

Cette entreprise étant classée IED, elle est contrôlée régulièrement par le DPC – c’est la directive sur les émissions industrielles – qui se déplace également sur base des plaintes reçues. Pour des motifs notamment fiscaux, les eaux usées sont contrôlées au minimum quatre fois par an. D’autres contrôles inopinés peuvent être planifiés en fonction des besoins.

Les sédiments du bras mort de la Lys ont été analysés en mars 2014, préalablement à des travaux de curage lesquels ont été réalisés en juin 2015. Il apparaît que certaines photos reprises sur internet sont antérieures à ces travaux de curage.

Les rejets dans cette section de la Lys ont fait l’objet d’un contrôle en 2016. L’entreprise a été verbalisée à ce sujet en octobre 2016. Elle a pris diverses mesures pour régulariser sa situation.

Une visite récente sur place a permis de constater l’absence de rejet infractionnel dans le bras mort de la Lys. Un nouveau contrôle complet sera réalisé à ce niveau en 2017.

La Région flamande ayant lancé une alerte via la Commission internationale de l’Escaut, le DPC a communiqué les mesures prises à cette autorité.

Enfin, pour ce qui concerne les subsides spécifiques accordés aux entreprises pour réduire leur impact sur l’environnement, je vous informe, Monsieur Gillot, qu’ils relèvent des compétences de mon collègue, le Ministre de l’Économie. Je vous invite à lui soumettre cette question.

27/06/2016 – Le chauffeur de ce poids lourd pensait pouvoir traverser le pont rouge…

27/06/2016 (19h00) – En sortant du parking de l’usine Clarebout Potatoes le conducteur de ce poids lourd pensait pouvoir traverser le pont situé à l’extrémité de la chaussée du pont rouge, ce qui n’est pas possible puisque que ce pont n’est praticable que pour les piétons, les cyclistes et les cavaliers… Ce camion frigorifique est donc contraint de faire marche arrière sur plusieurs centaines de mètres. Ce type de situation se reproduit au moins une fois par jour (et souvent la nuit)…

Vidéo : K. D.