Une nouvelle construction métallique chez CL Warneton au Pont Rouge

Par Patrick Maton

2/05/2018 – Des riverains de la chaussée du Pont rouge nous signalent qu’une construction métallique plus haute que les hangars existants est visible depuis ± 1 semaine.

cl-warneton-pont-rouge-20180502

Photo prise par un riverain de la chaussée du Pont Rouge (2/05/2018)

A ce jour, deux silos ou citernes en métal ont été montées en haut de cette construction. Elles se situent dans la cour des hangars et sont attenantes à l’un d’eux. Une armature les entoure et devrait permettre prochainement la fermeture de l’ensemble.

Ces riverains s’interrogent sur le contenu de ces citernes ou silos qui s’ajoutent aux deux déjà existantes…

Selon l’un d’entre eux, cette nouvelle construction est visible depuis le chemin du Bon Coin à proximité du croisement avec le Ravel.

Notre association se pose les questions suivantes :
1) Est-ce que cette nouvelle construction nécessite ou non une demande de permis d’urbanisme ?
2) Que vont contenir ces silos ? Des produits anti-germinatifs liquides (toxiques?) et agressifs pour les voies respiratoires ?

Lire la suite

Craintes pour les prés humides à Comines-Warneton

Divers projets transformeront ou détruiront des prés humides, déplore Ecolo.

zone-humide-bas-pres-photo-345

Les bas prés de la Lys à Comines sont concernés par les travaux de modernisation du fleuve. Photo : ©Philippe Mouton

Le groupe Ecolo de Comines-Warneton déplore une certaine urbanisation dans l’entité. Il s’inquiète également pour les prés humides de Comines-Warneton. « Le 2 février, c’est la journée mondiale des zones humides. Et j’ai parfois l’impression que le monde s’arrête à la frontière de Comines-Warneton« , lâche Philippe Mouton, conseiller communal Ecolo.

IL EVOQUE tout à tour un pré humide au Pont Rouge à Warneton, où est projetée une plate-forme portuaire, les bas prés de la Lys à Comines, concernés par les travaux de modernisation de la Lys, et d’autres prés humides encore, à Comines, qui seront transformés en champs dans le cadre du projet du Kortekeer, où 408 logements sont pour l’instant annoncés.

« Ces trois zones seront détruites ou implantées fortement par les projets d’urbanisation le long de la Lys« , déplore Philippe Mouton.
« La vallée de la Lys est en pleine mutation industrielle et urbanistique. Les projets d’urbanisation de toutes natures s’imposent sans qu’aucune vision globale ne les harmonise ni entre eux, ni avec les éléments paysagers existants, ni avec ceux de la Flandre ou de la France. »

Lire la suite de l’article

Source : DH (Edition Tournai, Ath, Mouscron) – 30 janvier 2018

Articles connexes

2 février 2018 : journée mondiale des zones humides

Chaque année, la Journée mondiale des zones humides (JMZH) – comme celle du Pont-Rouge à Warneton – est célébrée le 2 février, pour commémorer la signature de la Convention sur les zones humides, le 2 février 1971, dans la ville iranienne de Ramsar.

Chaque année depuis 1997, des organismes gouvernementaux, des organisations non gouvernementales et des groupes de citoyens à tous les niveaux de la société profitent de l’occasion pour lancer des actions de sensibilisation du public aux valeurs et aux avantages des zones humides en général, et de la Convention de Ramsar en particulier.

Menacé par les activités humaines et les changements globaux, ce patrimoine naturel fait l’objet d’une attention toute particulière. Sa préservation représente des enjeux environnementaux, économiques et sociaux importants.

zones-humides-journee-mondiale-2018.png

 

 

Les affirmations très approximatives voire ineptes de M. Vandeskelde à Notélé sur la (sur)production chez CL Warneton

Par Patrick Maton

21 janvier 2018 – Interview de M. Vandeskelde par Notélé à l’issue du conseil communal suite l’énumération par Philippe Mouton des indices convergents tendant à prouver la surproduction chez CL Warneton. Les arguments avancés par l’échevin des travaux (Action)  lors de cette interview nous paraissent très approximatifs pour ne pas dire complètement ineptes…

Rappelons-nous les affirmations de M. Vandeskelde (soutenus par Mme Françoise Declercq, responsable de l’urbanisme à Comines), publiés dans l’édition de Nord Eclair du 19 août 2017 au lendemain de la publication d’une analyse de notre association dans le journal L’AVENIR. Je cite : « Nous contestons à 100% les dires des Amis de Warneton. Pour que Clarebout puisse augmenter sa production, il lui faut les autorisations nécessaires… » Et si CL Warneton n’attendait pas d’avoir les autorisations du SPW pour accroître sa production…

vandeskelde-notele-20180124

Interview de M. Vandeskelde à Notélé à l’issue du conseil communal du 22 janvier 2018 (curseur vidéo entre 0:59 et 0:36) – Cliquer sur l’image pour visionner le reportage de Notélé.

Transcription de l’interview de Vandeskelde : « Ils ont un permis d’exploitation pour 2 ou 3 lignes(1). L’espace ne permet pas d’augmenter ces lignes(2). Donc, est-ce qu’ils ont un système pour augmenter la production dans ces lignes ? En tout cas, ils n’ont pas de lignes supplémentaires. C’est impossible(3). »

Analyse des affirmations de M. Vandeskelde

1. « Ils ont un permis d’exploitation pour 2 ou 3 lignes. »

FAUX : A ce jour, CL Warneton a l’autorisation d’exploiter 4 lignes de production + 2 lignes de flocons :

– Frites surgelées
Nombre de lignes autorisé : 2 (page 91 de l’annexe 8)
(numérotées 3 et 4, les n° 1 et 2 se trouvent dans l’unité de production de Neuve-Eglise)
Production : 864T/j de frites surgelées (chiffre officiel déclaré par CL Warneton dans la demande de permis unique)

– Spécialités
Nombre de lignes autorisé : 2 (page 92 de l’annexe 8)
Ces deux lignes sont numérotés 5 et 6.
Production : 216T/j  (chiffre officiel déclaré par CL Warneton dans la demande de permis unique)

– Flocons
Nombre de lignes autorisé : 2 (page 91 de l’annexe 8)
Production : 60T/j

La production totale déclarée par CL Warneton pour l’obtention du permis unique et autorisé par le SPW est de 1.140T/jour. En réalité, et selon nos sources dans l’usine, la production actuelle serait en réalité 35 à 40% supérieure à ce que le SPW a autorisé, voire près de 100% certains jours !

Lire la suite

Deûlémont – En 2018, la plateforme portuaire et Clarebout mobiliseront le village

par Christelle Jeudy

Impossible pour le maire, Christophe Liénart, de ne pas évoquer les menaces belges pesant sur le village, dimanche lors des voeux à la population. (…)

La plateforme portuaire, futur cauchemar ?

Mais impossible, à Deûlémont, de faire sans parler de Clarebout Potatoes. Christophe Liénart a salué le fait que la mobilisation ait permis de contrer le projet de second frigo, « mais est-ce définitif? Rien n’est sûr« .

Surtout, il a alerté les autres maires sur le nouveau risque qui plane « à seulement 71 mètres » de la commune, celui de la future plateforme portuaire que les Belges veulent ériger au Pont-Rouge. « Je déplore l’absence totale de communication et même, la rétention d’information de la part des autorités belges« , a -t-il dénoncé en pointant les incohérences, nombreuses dans ce dossier : la principale étant de voir, côté français, les zones humides valorisées, y compris via des fonds européens. Les mêmes fonds européens. Les mêmes fonds européens qui serviront à construire la plateforme portuaire. Comprenne qui pourra. (…)

Source : LA VOIX DU NORD – 17 janvier 2018

Articles connexes

Quelques bonnes raisons d’être vigilants à Warneton (B)

Les 5 signes d’une importante urbanisation projetée dans le quartier du Pont Rouge avec le soutien de la majorité Action PS.

Ce que le groupe Ecolo reproche aux élus de la majorité Action PS, ce n’est pas seulement de vouloir développer la ville de la façon qu’ils ont choisie, mais surtout d’être incapables d’avoir un parler vrai face aux problèmes que cela engendre. Ne renonçant à aucunes coquetteries, certains  laissent à croire qu’ils regrettent leurs choix.

1. Le PACO demande une plate-forme portuaire dans des zones agricoles inondables. L’intercommunale IEG suppose un zoning à venir autour d’une plate forme portuaire dans les terres agricoles et inondables du Pont Rouge : Mr Vandeskelde le confirme.

2. L’adoption de dérogations concernant la modification du plan de secteur pour des terrains situés près des anciens établissements Wienerberger. La persistance d’énormes dépôts de gravats dans les anciens établissements Wienerberger.

3. Les erreurs manifestes qui se retrouvent dans des documents officiels destinés aux réunions de l’Eurométropôle (France-Wallonie-Flandre) concernant l’avenir de la zone agricole et inondable du Pont-Rouge. Le fait qu’il n’y ait pas eu, ou si peu, de contacts entre les autorités belges et françaises, même si elles étaient réclamées avec pertinence par ces dernières.

Lire la suite

Warneton (B) – Des blocs de béton qui inquiètent…

Par Antoine Pontrandolfi

b9714398160z-1_20180112185955_0002bgcfag3tlo-1-0

Des blocs de béton qui font de la chaussée une impasse. ©C. J.

Les plots en béton installés en décembre sur la chaussée du Pont-Rouge ont transformé la chaussée en impasse. A quelques mètres de l’usine Clarebout Potatoes, cet aménagement n’a rien d’une décision hasardeuse, et encore moins prise à la va-vite. « Nous avons adressé un courrier(1) à la bourgmestre Marie-Eve Desbuquoit en novembre 2016. Un courrier resté sans réponse » indique Patrick Maton, des Amis de Warneton. Cette lettre expliquait les inquiétudes des riverains.

Lire la suite

Warneton (B) – Des plots en béton au Pont rouge

par Christelle Jeudy (Voix du Nord)

Au Pont-Rouge, des plots en béton ont été installés, transformant la chaussée en impasse.

Des plots en béton barrent dorénavant la route à hauteur du chemin de la Grande Haie et de l’usine Clarebout Potatoes. La chaussée du Pont Rouge est devenue, de fait, une impasse, une décision prise par la commune et appliquée depuis le 22 décembre. Explications de l’échevin, Didier Vandeskelde : « Au départ, les Voies navigables comptaient créer une nouvelle route du chemin de la grande haie jusqu’à la future plateforme portuaire du Pont-Rouge. Mais le carrefour a été jugé dangereux, il aurait fallu réaliser un feu rouge ou créer un stop ».

Le chemin de la Grande-Haie, nouvelle route créée pour que les camions se rendant chez Clarebout puissent facilement passer de la RN58 à l’usine, n’était de plus pas toujours utilisé par les poids lourds qui continuaient à passer par la chaussée du Pont-Rouge. « Les riverains se plaignaient du charroi, donc, pendant trois mois, nous avons décidé de mettre la rue en impasse et on fera le point après ». poursuit Didier Vandeskelde.

(…)

Source : NORD ECLAIR – 10 janvier 2018

Remarques des Amis de Warneton

  • Les explications de M. Vandeskelde confirment nos craintes d’une augmentation du nombre de camions et de tracteurs convergeant vers la future plateforme portuaire et l’usine Clarebout…
  • A notre connaissance, il est toujours prévu qu’une route relie la chaussée du Pont-Rouge à la plateforme portuaire via l’entrée du parking de l’usine Clarebout. Voir l’illustration ci-dessous.

platerforme-portuaire-pont-rouge-warneton-vue-aerienne

Articles connexes

Warneton – Pour soulager la chaussée du Pont-Rouge

Pour obliger les charrois lourds à emprunter la route de la Grande Haie, des blocs de béton ont été posés chaussée du Pont-Rouge.

41a956d0-b5d1-4825-a393-e6eb9124a694_original

Les blocs sont présents pour une période d’essai de trois mois.

Des blocs de béton viennent d’être placés dans la chaussée du Pont-Rouge, juste à l’entrée de l’entreprise de frites surgelées : « Il s’agit d’une décision de la commission communale de travaux et sécurité pour un essai de trois mois, explique l’échevin Didier Vandeskelde. Ils ont été placés pour empêcher les charrois lourds de passer par là et les obliger à passer par la route de la Grande Haie. Les charrois agricoles et les camions prenaient encore beaucoup cette route. Cela permettra également de gagner du parking dans cet espace; avec les ouvriers de chez CL Warneton, les riverains n’ont plus beaucoup l’occasion de se garer. »

Marie-France Philippo

Source : L’AVENIR – 28 décembre 2017

La future plateforme portuaire crée la discorde entre Belges et Français

Par Christelle Jeudy

b9713901700z-1_20171122182318_0002bgd6a73fd2-2-0

Sur le site internet du Port autonome du centre et de l’ouest, dans la liste des « projets en cours », le plan de la plateforme portuaire qui fait peur au village de Deûlémont.

(…)  Il y a un an, le Port autonome du centre et de l’ouest (PACO) et la Région wallonne présentaient la plateforme portuaire prévue au Pont Rouge, sur la Lys. La structure doit être réalisée côté belge, juste en face de Deûlémont. Où on a très mal vécu l’annonce de cette plateforme qui ferait 235 mètres de long et permettrait l’accostage de deux bateaux de 110 m de long, chacun pouvant transporter 2 à 3 000 tonnes de marchandises.

Un an après, où en est-on ? Pas de nouvelle du PACO mais le maire de Deûlémont a raconté à ses élus comment il a découvert, vendredi à la préfecture, sur un plan «  quasiment illisible  », un petit numéro où à l’emplacement de la future plateforme il était indiqué, «  quai de déchargement en construction  ». Levée de boucliers immédiate de sa part, mais aussi, de la préfecture et des Voies navigables de France, occupées à préparer l’enquête publique sur la mise au grand gabarit de la Lys.

«La préfecture a questionné la Belgique sur ce projet, aucune réponse. Idem pour VNF, qui prévoit pourtant la pose de palplanches, sous l’eau, à l’emplacement même de la plateforme belge», expose Christophe Liénart.

Cliquer sur ce lien pour lire la suite de l’article :
http://www.lavoixdunord.fr/271201/article/2017-11-22/la-future-plateforme-portuaire-cree-la-discorde-entre-belges-et-francais

Source : LA VOIX DU NORD – 22 novembre 2017